YouTube décide de ne pas sanctionner des messages racistes et homophobes lui ayant été signalés

Sur le web

Par Remi Lou le

Alors que le Pride Month, mois célébrant la cause LGBTQ à travers le monde, a débuté au début du mois, YouTube a décidé de ne pas condamner le conservateur Steven Crowder. Celui-ci déversait pourtant des messages homophobes et racistes à l’encontre de Carlos Maza, un journaliste de Vox.

Depuis plusieurs années, le comédien Steven Crowder utilise YouTube pour parler de nombreux sujets différents, mais se sert surtout de la plateforme pour y déverser ses opinions politiques. Jusque là, rien d’anormal, sauf que celui-ci prend régulièrement pour cible un certain Carlos Maza, un journaliste de Vox Media qui s’occupe notamment de la chaine YouTube Strikethrough.

Dans un thread devenu viral sur Twitter, Carlos Maza a démontré qu’il était harcelé depuis un bon moment par Steve Crowder, extraits de vidéo à l’appui. Le comédien aux 3,8 millions d’abonnés sur YouTube aurait pris à partie le journaliste de nombreuses fois en lui lançant des insultes homophobes tout en s’en prenant à ses origines mexicaines.

Carlos Maza aurait par la suite été harcelé par la communauté de Steven Crowder à plusieurs reprises, recevant plusieurs vagues de messages de haine sur ses réseaux sociaux. Il a décidé d’alerter YouTube en signalant les vidéos de Crowder à son encontre, jusqu’à finir par avoir une réponse, après avoir finalement exposé publiquement la situation sur Twitter.

YouTube considère que la situation n’enfreint pas ses conditions d’utilisation

Bien que les règles de YouTube stipulent que les contenus qui incitent à la haine ou au harcèlement sont strictement interdits sur sa plateforme, la firme a décidé de ne pas trancher en faveur de Carlos Maza.

« Nos équipes ont passé les derniers jours à examiner en profondeur les vidéos qui nous ont été signalées, et bien que nous ayons trouvé un langage clairement blessant, les vidéos affichées ne violent pas nos conditions » a déclaré YouTube, tout en indiquant que « en tant que plateforme ouverte, il est crucial pour nous de permettre à tous – des créateurs aux journalistes en passant par les animateurs de télévision de fin de soirée – d’exprimer leurs opinions dans le cadre de nos politiques […] Les opinions peuvent être profondément offensantes, mais si elles ne violent pas nos politiques, elles resteront sur notre site ».

Accablé, Carlos Maza s’est désolé de cette décision sur Twitter : « Je ne sais pas quoi dire. YouTube a décidé de ne pas punir Crowder, après avoir passé deux ans à me harceler pour être gay et latino. Je ne sais pas quoi dire ».