Huawei ouvre deux nouveaux « Flagship Stores » à Paris et Madrid

Smartphone

Par Antoine le

Malgré ses déboires en Amérique du Nord, Huawei continue son développement en Europe de l’Ouest : n’en déplaise à Donald Trump, le groupe devrait ouvrir deux nouveaux “Flagship Stores” à Paris et Madrid.

© Huawei

Le premier magasin Huawei à Paris devrait ainsi ouvroir ses portes d’ici fin 2019, deux ans après le premier centre de service en 2017. Il s’agissait d’un lieu dédié au service-après vente, ce qui ne sera pas le cas de ce nouveau bâtiment. Cette fois, il devrait s’agir d’un magasin en bonne et due forme, qui comportera tout de même un centre de services à l’étage.

Il sera situé 9 Boulevard des Capucines, dans le quartier de l’Opéra. Et d’après le directeur du design François Durin, il devrait s’agir d’un écrin plutôt chic, aménagé avec des matières nobles. Le lieu voulu par l’entreprise semble plus s’apparenter à un espace culturel et digital haut de gamme, avec l’absence de caisse à la sortie, une galerie photo ou encore des salles de réunion. Reste à voir si le pari de jouer la carte French Touch sera payant pour la marque chinoise, qui devra faire avec la concurrence d’Apple et Samsung, déjà bien implantés dans le quartier de l’Opéra.

En parallèle, un second Flagship Store a ouvert aujourd’hui à Madrid. Il s’agit du plus grand magasin Huawei ouvert hors de Chine, avec environ 1100m².

Huawei en mission (re)conquête

Cette stratégie de développement très agressive en Europe est certainement une façon pour la marque de montrer une image sereine, alors qu’elle est au centre d’une véritable guerre commerciale entre Chine et Etats-Unis.

Une façon de rassurer les investisseurs, potentiellement inquiets des sanctions infligées par l’administration Trump, mais aussi les clients qui avaient pu prendre peur suite à la perte du droit de la marque à utiliser Android et tous les autres services affiliés de près ou de loin à Google.

Cette stratégie semble en tout cas porter ses fruits, puisque le groupe affiche tout de même une relative bonne santé en Europe, au point d’être devenu le deuxième constructeur du Vieux Continent.