Huawei : Plusieurs centaines d’emplois sont menacés aux États-Unis

Business

Par Henri le

Dans le collimateur de l’administration Trump depuis plusieurs mois, Huawei pourrait se voir contraint de supprimer de nombreux postes sur le secteur de la recherche et du développement.

Accusé d’espionnage par les États-Unis, Huawei est toujours dans la tourmente. Et cela ne va visiblement pas en s’arrangeant, même si la société ne cesse de clamer son innocence.

Le 13 juillet dernier, le Wall Street Journal a en effet indiqué que le géant chinois pourrait supprimer de nombreux emplois aux États-Unis. Des licenciements qui viseraient particulièrement le centre de recherche et de développement, nommé Futurewei Technologies.

Cela concernerait près de 850 personnes, ce qui est loin d’être négligeable. Les citoyens chinois travaillant au pays de l’Oncle Sam se seraient déjà vu proposer de revenir en Chine pour conserver leur emploi. Une situation qui n’arrange personne puisqu’on imagine que ce choix ne concerne pas tous les salariés en question. La fameuse liste noire du président américain pourrait donc mettre en difficulté… Des Américains.

Bien décidé à mettre des bâtons dans les roues de la firme, Donald Trump exhorte ses alliés européens à suivre son exemple. Mais ces derniers ne semblent pas vraiment enclins à l’écouter, comme le montre le récent exemple des opérateurs britanniques, qui veulent absolument démocratiser la 5G dans les grandes villes du pays.

Il faut dire que Huawei est un des leaders mondiaux du réseau, et que se passer de son expertise sur le sujet risque d’être difficile dans les années à venir. L’argument de la sécurité nationale aura donc peut-être du mal à être entendu chez certains. Sollicité par Reuters, le géant chinois n’a pas voulu commenter ces informations.