Tarantino recommande les dix films à voir avant Once Upon a Time In Hollywood

Cinéma

Par Henri le

Le neuvième film de Tarantino est particulièrement attendu, et devrait attirer les cinéphiles de tous bords dès le 14 août prochain. Le réalisateur donne des pistes pour se préparer.

Once Upon a Time in Hollywood sera à coup sûr un des événements cinématographiques de cet été, et il y a des raisons à cela. En plus d’être « officiellement » l’avant-dernier film de Tarantino, il réunit un impressionnant casting de stars. Les amateurs ont évidemment hâte de découvrir le duo Leonardo DiCaprio/Brad Pitt à l’écran. Ce dernier devrait faire des étincelles tant on connait la qualité des deux acteurs. Le long-métrage se déroule à la toute fin des années 60, une période qui a toujours fasciné Tarantino. Il ne sera donc pas avare en références en tout genre, notamment à d’autres œuvres qui l’ont inspiré. Pour l’occasion il s’est laissé aller à dresser une liste de dix films qu’il fallait avoir vus pour se préparer à la sienne.

Évidemment, ils font tous partie du catalogue Sony Pictures… Qui produit son film actuel. Ils seront par ailleurs disponibles sur OCS pendant une durée limitée dans le cadre d’une « carte blanche » laissée au réalisateur. Comme vous pouvez le constater, beaucoup d’entre eux sont sortis dans les années 60. Comme on pouvait s’y attendre, elle est particulièrement éclectique :

  • Bob et Carole et Ted et Alice
  • Fleur de Cactus
  • Easy Rider
  • Campus
  • Représailles en Arizona
  • Matt Helm règle son « comte »
  • Model Shop
  • Les Requins volent bas
  • La Salaire de la violence
  • Battle of the Coral Sea

On n’est pas très étonné de retrouver Easy Rider, film culte de Dennis Hopper dans lequel lui et Peter Fonda parcourent les États-Unis et découvrent le mode de vie des communautés hippies, confronté à l’Amérique profonde.

Même constat pour Campus, beau succès de l’année 1970, qui dénonce l’absurdité de la guerre. On sait que Tarantino met en scène des protagonistes dans un véritable âge de transition pour le cinéma (l’entrée dans les 70’s) et on devrait donc ressentir ce vent de liberté dans le film.

Entre les thrillers et les westerns (Représailles en Arizona a directement inspiré le personnage de DiCaprio), on est heureux de retrouver Model Shop de Jacques Demy. Le réalisateur français avait tenté grâce à ce film d’exporter son style entre imaginaire et réalité outre-Atlantique.