Boston Dynamics lance son robot chien Spot à la vente

Robots

Par Remi Lou le

Boston Dynamics n’a pas fini de nous surprendre. La firme lance le Spot à la vente, son robot/chien à la fois inquiétant et fantastique, et en profite pour montrer les progrès d’Atlas, son robot humanoïde prometteur. 

Après des mois de teasing autour de son chien/robot tout droit sorti d’un épisode de Black Mirror, Boston Dynamics indique aujourd’hui que le Spot est désormais disponible à la vente. Pour autant, n’espérez pas pouvoir vous le procurer sur Amazon, puisque le robot est proposé sous forme de leasing à des entreprises, et que seuls quelques douzaines d’appareils seront mis en vente au départ, note 01net. Malgré tout, c’est l’occasion pour le robot Spot de se montrer dans sa version définitive, dans une nouvelle vidéo mise en ligne pour l’occasion.

Dans sa version finale, le Spot de Boston Dynamics écope d’une autonomie de 90 minutes. Sa batterie est amovible, et sa vitesse est plafonnée à 5 km/h. Le robot dispose également d’une vision à 360 degrés et peut emporter 14 kg au maximum. Enfin, il dispose de la certification IP54, et peut résister dans une température comprise en -20° et 45°. Le robot sera livré avec une API afin de permettre aux développeurs d’y programmer ce qu’ils souhaitent. En espérant que les prochains propriétaires ne soient pas des fans de l’épisode Metalhead de Black Mirror…

Pendant ce temps, Atlas progresse encore et toujours

La firme a profité de ses annonces pour dévoiler également les nouvelles compétences d’Atlas, son robot humanoïde à l’agilité sans faille. On avait pu le voir effectuer des saltos arrière et retomber sur ses jambes mécaniques avec brio, ou encore suivre un parcours d’obstacles avec l’aisance d’un personnage d’Assassin’s Creed, mais c’est cette fois un enchaînement de figures gymnastiques autrement plus complexes auxquelles s’attèle le robot devant les caméras. Voyez donc.

Comme le chat, il retombe toujours sur ses pattes. Pour parvenir à ce résultat, Boston Dynamics a expliqué avoir longuement planché sur un algorithme d’optimisation qui permet de transformer les descriptions détaillées de chaque enchaînement en un mouvement réalisable par le robot. La firme a également mis en place « un contrôleur prédictif de modèle qui se fond harmonieusement d’une manœuvre à l’autre. Grâce à cette approche, nous avons développé la routine beaucoup plus rapidement que les routines Atlas précédentes, avec un taux de réussite d’environ 80 %. » Toujours en développement, Atlas n’est, pour l’heure, pas destiné à la vente.