Trou dans l’ISS : La Russie refuse de révéler ce qui s’est passé

Science

Par Jason Mathurin le

La Russie refuse de dire à la NASA la cause de la fuite dans l’ISS, la station spatiale internationale. 

Crédit NASA

L’affaire remonte au 29 août 2018. À l’époque, une fuite d’oxygène est reportée sur le vaisseau Soyouz, amarré à l’ISS. L’équipage a remarqué un petit trou, de quelques millimètres de diamètre, qu’ils ont rebouché avec du scotch ultra-résistant. Un an après, la Russie dit connaître la raison de cet incident mais refuse de la révéler au grand public : “Cela s’est déroulé dans les quartiers d’équipage [du Soyuz MS-09] … On a prélevé des échantillons. Ce qui est arrivé est clair pour nous, mais nous n’allons rien vous dire. Il doit y avoir des secrets entre nous”, a dit Dmitri Rogozin, l’homme à la tête de l’agence spatiale russe Roscosmos, à RIA Novosti. Le Kremlin n’a d’ailleurs pas commenté la déclaration de Rogozin au sujet de la décision de ne pas révéler ce qui s’est passé. 

Ce silence ne semble pas plaire à la NASA, qui collabore avec Roscosmos depuis des années. Jim Bridfenstine, administrateur à la NASA, a dit qu’il souhaitait s’entretenir au plus vite avec Rogozin pour éclaircir la situation. “Ils ne m’ont rien dit”, a-t-il dit à Houston Chronicle. “Je ne veux pas laisser un incident nuire à [nos relations], mais c’est tout à fait inacceptable qu’il y ait des trous dans la station spatiale internationale”. On sait qu’à l’époque, le gouvernement américain, tout comme la Russie, ont enquêté sur ce qui s’était produit. De nombreuses hypothèses avaient été envisagées, dont celles d’une mini-météorite venue percuter l’appareil, mais aussi la piste du sabotage à bord de l’appareil. “Nous considérons toutes les théories. Celle concernant un impact de météorite a été rejetée parce que la coque du vaisseau a vraisemblablement été endommagée de l’intérieur. Cependant, il est encore trop tôt pour dire ce qui s’est réellement passé”, avait dit Rogozin à l’époque, à l’agence de presse russe Tass. Dans un communiqué, la NASA avait quant à elle avancé le fait qu’une cause humaine ne signifiait pas nécessairement un acte de malveillance.