Microsoft Flight Simulator 2020 dévoile des graphismes incroyablement réalistes

Jeux Vidéo

Par Amandine Jonniaux le

Le jeu de simulation du vol imaginé par l’entreprise américaine vient de présenter une nouvelle vidéo aux graphismes ultra-réalistes. 

Crédits Microsoft

Avec un premier opus sorti en 1982, on pensait que la licence Flight Simulator était définitivement enterrée. Pourtant, lors du dernier E3 que Microsoft a promis une nouvelle version du jeu, annoncée d’ici 2020 sur Windows PC et Xbox One, et incluse dans le catalogue Xbox Game Pass. Si on n’espérait pas grand-chose de cet inattendu retour d’outre-tombe, le titre s’annonce pourtant particulièrement réussi, comme le dévoile cette nouvelle vidéo trailer publiée sur les réseaux sociaux. Microsoft nous avait déjà teasé du très lourd graphiquement, il semblerait que le résultat soit à la hauteur de la promesse. Avec plus de 2 petabytes (2 millions de GB) de données géographiques traitées par le système de cloud gaming Azure, c’est une copie quasi conforme du monde réel qui devrait s’offrir aux joueurs, qui pourront arpenter de nombreux environnements aux commandes des différents appareils proposés par le jeu, le tout dans une résolution qui s’annonce d’ores et déjà excellente, la vidéo de présentation en question étant disponible en 4K. 

Basée sur les clichés de vue aérienne de son service Bing Maps retranscrites en 3D grâce à la photogrammétrie, l’immense carte disponible dans Microsoft Flight Simulator 2020 devrait ainsi intégrer plus de 2 millions de villes réparties un peu partout sur le globe, 40 000 aéroports et près de 197 millions de km² de terre et d’eau au total détaille le site Polygon, qui a déjà pu tester le titre il y a quelques jours. Un résultat photo-réaliste “stupéfiant” pour le média américain, qui explique par exemple que “la ville de New York dans le jeu est presque impossible à distinguer de la ville réelle”. Près de quarante ans après la sortie de son premier opus, la licence Flight Simulator semble donc définitivement prête à reprendre du service, au moins le temps de quelques heures de vol.