Le créateur de Barbie lance une poupée non-genrée

Sur le web

Par Amandine Jonniaux le

Après avoir fêté les soixante ans de Barbie cette année, Mattel a lancé un tout nouveau modèle de poupée neutre, capable de s’adapter à n’importe quelle situation. 

Crédits Mattel

Fille ou garçon, ce sera désormais aux enfants de décider. Après avoir longtemps présenté Barbie comme un stéréotype de la femme (au foyer, puis active), Mattel semble faire de plus en plus d’efforts concernant l’évolution de sa poupée mythique. Souvenez-vous il y a quelques années en 2016, la marque lançait déjà sa gamme Fashionista, et dépoussiérait (un peu) l’image de la bimbo blonde aux jambes interminables en offrant à son égérie de plastique des déclinaisons plus menues et plus rondes. Cette année, c’est une nouvelle collection imaginée baptisée Creatable World qui a été lancée aux États-Unis. Composée de sept poupées, la gamme proposera des physiques beaucoup plus androgynes, dépourvus de marqueurs sexuels explicites. Il faut dire que loin de Barbie et Ken, qui arboraient respectivement une généreuse poitrine et des abdos saillants, les personnages de Creatable World représenteront des enfants d’une dizaine d’années.

Des physiques plus neutres promet Mattel grâce à sa nouvelle collection, qui devrait aussi s’accompagner de tout un panel d’accessoires destinés à enliser les stéréotypes de genre. Exit les chaussures à talons et les coloris rose flashy, les nouvelles poupées imaginées par la marque arboreront des vêtements passe-partout, ainsi que des coupes de cheveux interchangeables (chaque figurine sera livrée avec une coupe courte et une perruque longue). L’idée ? Permettre aux enfants de créer leur propre histoire, sans se soucier du sexe ou de l’apparence de son personnage. Qu’il s’agisse de filles aux cheveux courts, ou de garçons portant du rose, la seule limite imposée sera celle de l’imaginaire de l’utilisateur promet Mattel, qui aspire désormais à créer des jouets destinés “à s’émanciper des étiquettes et inclure tout le monde”, tout en précisant au magazine Time dans un article relayé par Le Parisien : “Nous ne faisons pas de politique”. Déjà disponibles aux États-Unis, ces Barbies nouvelle génération seront vendues 29,99$ l’unité, soit environ 27€.