C’est officiel, Google atteint la « suprématie quantique »

Ordinateurs

Par Felix Gouty le

Google a publié aujourd’hui son accomplissement historique dans la revue Nature : la « suprématie quantique » a été officiellement atteinte !

Crédits : Google.

Après une première fuite le mois dernier, Google officialise et partage ainsi au monde de la recherche son dernier accomplissement technologique en publiant ses conclusions dans la prestigieuse revue scientifique Nature. La firme de Mountain View affirme avoir atteint la « suprématie quantique », stade de l’informatique où un ordinateur quantique se montre capable de dépasser les capacités même du plus puissant ordinateur traditionnel. En l’occurrence, elle doit cet exploit au processeur Sycamore 54-qubit. Mis au point par les chercheurs et ingénieurs de Google, celui-ci est capable de calculer en environ 3 minutes ce que le plus puissant super-ordinateur du monde, le Summit d’IBM, prendrait plus de 10 000 ans à atteindre.

« Un PC portable, un smartphone ou un super-ordinateur respecte les mêmes fondamentaux de fonctionnement, tandis qu’un ordinateur quantique opère selon des règles fondamentalement différentes », explique Marissa Giustina, chercheuse et ingénieure sur le projet. En effet, le processeur quantique base sa méthode de calcul sur des qubits, la plus petite unité informatique quantique, équivalent au bit classique. Leur particularité est de pouvoir être dans deux états à la fois, à l’inverse des bits qui ne peuvent qu’être une seule chose à la fois – un 0 ou un 1. « Nous sommes désormais sur le point d’offrir aux chercheurs un outil unique, déclare-t-elle. Maintenant, libre à eux d’en faire quelque chose d’utile, ce auquel l’humanité est plutôt bonne ».

Alors que la course à la suprématie quantique vient de se terminer pour Google, la société concurrente IBM n’est pas du même avis. En réaction à la publication historique, elle réfute les déclarations du géant du web à l’égard des compétences de son super-ordinateur. Autrement dit, si la course s’achève aujourd’hui, la guerre de l’informatique quantique ne fait que commencer !