Facebook dévoile un nouvel outil destiné à améliorer la santé de ses utilisateurs

Sur le web

Par Amandine Jonniaux le

Facebook se préoccupe décidément beaucoup de la santé de ses utilisateurs. Après avoir voulu désactiver les likes de ses réseaux sociaux dans le but d’améliorer notre santé mentale, le réseau social cible désormais nos examens médicaux. 

Crédits JDG / Qimono via Pixabay CC

Permettre à ses utilisateurs de recevoir des notifications personnalisées pour leur rappeler d’aller chez le médecin, c’est le nouveau projet lancé par Facebook avec l’outil Preventive Health, lancé hier aux États-Unis. Destinée à faciliter l’accès à la santé dite préventive, cette nouvelle fonctionnalité imaginée par les équipes de Mark Zuckerberg permet ainsi de recevoir directement depuis son compte, des rappels incitant à aller faire des tests sanguins, des bilans de santé, ou encore des vaccins. En prenant en compte l’âge et le sexe d’un utilisateur, l’algorithme du réseau social définit ainsi un profil type, et fournit un programme personnalisé. 

Crédits Facebook

Tandis que d’autres géants du web comme Amazon projettent de se lancer dans la vente de médicaments en ligne, et qu’Apple est capable d’émettre des alertes en cas de malaise cardiaque grâce à sa montre connectée, c’est donc au tour de Facebook de miser sur la santé de ses utilisateurs. Concrètement promet Freddy Abnousi, responsable de la recherche au sein du pôle Soins et santé de Facebook dans une interview accordée à The Verge, Preventive Health ne sera relié à aucun dossier médical. L’outil ne permettra donc, en théorie, pas au réseau social d’accéder à d’éventuelles données confidentielles, ni même de partager des informations sensibles — comme un rappel pour un dépistage colorectal par exemple, avec nos contacts. Ce dernier permettra simplement d’obtenir des rappels généraux adaptés à son profil, et d’accéder si besoin à un annuaire de professionnels de santé agréés ou à des centres de soins spécialisés. “Preventive Health consiste simplement à prendre des informations, à les rendre compréhensibles et à les transmettre à nos utilisateurs”, explique Freddy Abnousi. 

Crédits Facebook

Afin de rassurer ses utilisateurs les plus sceptiques sur les dérives possibles d’un tel outil, Facebook promet également de ne pas utiliser d’autres paramètres que l’âge et le sexe de l’utilisateur (comme son historique de navigation où ses centres d’intérêt) pour affiner la personnalisation de son profil santé, mais aussi de ne pas communiquer les informations recueillies à des organismes tiers, comme des compagnies d’assurance par exemple, qui pourraient potentiellement s’en servir pour pénaliser un client. Une percée supplémentaire dans notre intimité pour la plateforme, qui n’est pourtant pas vraiment connue pour son respect de la vie privée.