Huawei : une partie des sanctions américaines pourraient bientôt être levée

Android

Par Remi Lou le

Si Huawei reste sur liste noire, le gouvernement américain pourrait prochainement assouplir les sanctions qui entourent la marque chinoise en lui accordant un nombre limité de licences. Pour l’heure, nous ne savons pas encore si Huawei récupérera les services de Google.

L’embargo américain qui empêche Huawei de collaborer avec les entreprises américaines pourrait-il prochainement être levé ? Autant vous le dire tout de suite, c’est non : Huawei devrait bel et bien rester sur liste noire pour le moment, mais le géant chinois pourrait bien bénéficier de quelques autorisations afin d’accéder à un certain nombre de licences, dont, on l’espère, celle de Google.

C’est en tout cas ce que laissait présager la treizième rencontre entre le président américain et des négociateurs chinois à Washington au début du mois d’octobre dans le cadre de la guerre commerciale qui confronte la Chine et les États-Unis. Cette rencontre aurait été l’occasion d’aborder le cas Huawei, et Donald Trump aurait alors accepté d’accorder un certain nombre de licences à Huawei, même si nous ne savons pas si Google en fait partie. Un mois plus tard, aucune licence n’a encore été accordée, mais cela ne saurait tarder, d’après Wilbur Ross, secrétaire au Commerce du gouvernement américain au micro de Bloomberg.

Selon Ross, les licences devraient être « bientôt disponibles », sans plus de détail sur le type d’entreprise sélectionnée. L’interview aura toutefois été l’occasion de démontrer l’intérêt des entreprises américaines pour Huawei : le gouvernement aurait ainsi reçu près de 260 demandes de licences. Toutes ont été refusées pour le moment, explique Wilbur Ross « la chose la plus sûre pour ces entreprises serait de supposer que nous refuserons leur demande, même si nous allons évidemment en approuver plusieurs ».

Nous serons donc bientôt fixés sur le sort de Huawei, et notamment sur le retour (ou non) des services de Google sur les produits de la firme chinoise. De son côté, Huawei a réagi à cette interview de Bloomberg durant une conférence de presse à Bangkok. Le vice-président de Huawei a ainsi tenu à rappeler que, « malgré la grande pression du gouvernement américain », la firme s’affiche en grande forme, et espère prochainement rattraper Samsung en terme de vente, actuellement plus gros vendeur de smartphones au monde.