Le « trou » le plus profond sur Terre se trouve en Antarctique

Science

Par Felix Gouty le

Trois kilomètres et demi sous le niveau de la mer : c’est la profondeur record d’un creux se cachant entre un glacier et la calotte polaire en Antarctique.

L'Antarctique et sa glace vu du ciel.

A la pointe est de l’Antarctique glisse, lentement mais sûrement, un glacier nommé Denman. Le « trou » terrestre naturel le plus profond jamais découvert sur Terre se trouve sous cet immense bloc de glace. Ce creux se situe à plus de 3,5 kilomètres sous le niveau de la mer – un record ! Il n’est néanmoins pas rempli d’air mais de glace, s’écoulant de l’intérieur du continent jusqu’à l’océan. Dans son entièreté, ce « trou » couvert de glace ressemble davantage à une vallée. Cette dernière mesure cent kilomètres de long pour 20 kilomètres de large et a été découverte à l’occasion d’une topographie du continent Antarctique. Des glaciologues et chercheurs de l’université de Californie d’Irvine ont cartographié très précisément les reliefs de la calotte polaire de l’Antarctique – la nappe de glace qui recouvre la surface terrestre du continent – grâce à un système de topographie appelé BedMachine. Cette technologie combine des données satellites à de précédents relevés radars des environs. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Nature Geoscience.

Les scientifiques californiens n’ont pas trouvé qu’un « trou » d’une profondeur record. Ils ont aussi fait une découverte rassurante, par rapport aux craintes de montée des eaux. Les glaciers glissant vers l’océan au niveau de la chaîne de montagnes transantarctiques, au sud-ouest du continent, seraient ralentis par des crêtes de glace, jusque là inconnues. « Ces crêtes rendent ce secteur de la calotte polaire extrêmement résistants à une fonte des glaces induite par l’océan », explique Mathieu Morlighem, l’un des chercheurs à la tête de cette étude. Cependant, celui-ci avertit que l’accroissement du réchauffement climatique pourrait impacter la stabilité des crêtes et rendre leur effet barrage inefficace. Par exemple, « les crêtes situées dans la barrière de Filcher-Ronne (au sud-ouest de l’Antarctique) seraient plus vulnérables que nous le pensions », affirme le chercheur. Il y a quelques semaines, au pôle nord, des chercheurs avaient assistés à la disparition d’un lac glaciaire en seulement quelques heures.

Un hiver antarctique
52 Commentaires
Un hiver antarctique
  • Verseux, Cyprien (Author)
  • 256 Pages - 10/17/2019 (Publication Date) - Hugo Image (Publisher)
Source: CNN