Crise climatique : l’Australie en proie aux flammes, à la fumée et à la canicule

politique

Par Felix Gouty le

Canicule et incendies sans précédent : telles sont les conséquences du réchauffement climatique que subit actuellement l’Australie. Malgré tout, son gouvernement ne cède pas au sujet du charbon, dont l’industrie fait partie intégrante de l’économie du pays.

Australie.

Des tornades de feu, des nuages de fumée inarrêtables, des feux de forêt inextinguibles et des pics de température records : l’Australie n’assiste pas vraiment à un “miracle de Noël”. Face à l’accentuation des températures mondiales, la sécheresse accompagnant habituellement le début de la saison estivale australienne est arrivée beaucoup plus rapidement et de manière beaucoup plus prononcée cette année. En conséquence, de nombreux incendies se sont naturellement déclarés – plus particulièrement en Australie occidentale, à l’ouest, et en Nouvelles Galles du Sud, au sud-est. Cet État, où se situe la ville de Sydney, a déclaré l’état d’urgence pour catastrophe naturelle la semaine dernière. Les fumées des incendies représentent en effet une menace pour la population locale : les urgences hospitalières ont recensé une hausse de 80% d’admission pour des problèmes respiratoires, selon l’AFP. En plus des fumées, la température y est insoutenable. Jeudi 19 décembre, l’île-continent a relevé un pic de chaleur historique en Australie occidentale : 49,8°C, battant un record préalablement établi en 1972. La moyenne des températures maximales du jour dans le pays était de 41,9°C !

Le premier ministre australien, Scott Morrison, a présenté des excuses publiques ce vendredi 20 décembre. “Je regrette profondément toute offense que j’aurais pu commettre à l’égard des nombreux Australiens affectés par ces terribles incendies en prenant des congés avec ma famille”, a déclaré l’intéressé à son retour d’urgence de ses vacances à Hawaï. Cependant, même face aux rudes conséquences du réchauffement climatique, celui-ci ne changera pas d’avis sur le sujet du charbon. “Je ne vais pas supprimer l’emploi de milliers d’Australiens en m’éloignant des secteurs traditionnels (…) ni nous engager dans des objectifs irresponsables, destructeurs d’emploi et nuisibles pour l’économie”, a déclaré le premier ministre à la télévision australienne aujourd’hui. En effet, un tiers des exportations mondiales de charbon proviendraient de l’Australie. Cette industrie très polluante constitue l’une des pierres angulaires de l’économie du pays. A force de la favoriser en dépit du réchauffement climatique, l’Australie a été classée parmi les pays les moins performants en matière de lutte contre ce phénomène mondial.