En 2100, les besoins caloriques de la population mondiale auront augmenté de 80%

Science

Par Julie Hay le

D’ici à la fin du siècle, les besoins caloriques de la population mondiale pourraient s’accroître de 80 %, selon une étude. Cette hausse sera liée à l’augmentation de la population mais aussi à celle de l’IMC (indice de masse corporelle) des humains.

crédits Unsplash

Nos besoins en nourriture risquent de s’accroître significativement d’ici la fin du siècle. Dans une étude  publiée par Plos One, des chercheurs allemands dessinent l’avenir alimentaire de l’humanité. D’ici à 2100, la population devrait passer de 7 à 11 milliards. Un boom démographique qui ne sera pas sans conséquences sur nos besoins alimentaires. Les besoins caloriques de la population mondiale devraient ainsi augmenter de 80 % d’ici à la fin du siècle. Sur ces 80 %, 60% sont à attribuer à la croissance démographique. Les 20 % restants seront liés à l’augmentation de l’IMC (indice de masse corporelle). Cette mesure évalue le poids d’une personne par rapport à sa taille et permet d’adapter son alimentation et son besoin en calories. On considère aujourd’hui qu’un homme entre 18 et 40 ans a besoin de 2650 calories en moyenne, alors qu’une femme active du même âge a besoin de 2150 calories par jour. Ces besoins devraient cependant augmenter dans les années à venir ce qui pourrait provoquer une crise alimentaire. “L’augmentation des besoins caloriques sera de 253 kcal par personne entre 2010 et 2100, selon nos estimations et en prenant en compte l’accroissement de la taille et du poids des humains.” 253 kcal représentent par exemple une portion de frite ou deux grandes bananes. Une hausse des besoins qui est donc significative : elle équivaut d’ailleurs aux apports nécessaires en 2010 pour nourrir l’Inde et le Nigéria.

La difficulté de faire face à la demande

Ces augmentations seront synonymes d’une crise alimentaire. Les docteurs Depenbusch et Stephan Klasen de l’Université de Göttingen, estiment que les premiers affectés seront certainement les pays subsahariens. Cette région connaît déjà une forte augmentation des besoins caloriques, à cause de son taux de croissance démographique très rapide. Les scientifiques annoncent une augmentation des inégalités. Les denrées alimentaires deviendront plus chères et les pays pauvres risquent d’être les premières victimes de cette hausse des prix.

Source: BBC