[CES] Pourquoi l’humain artificiel de Samsung a déçu

Au CES de Las Vegas, Samsung a levé le voile sur un projet d’ “humains articiels ». S’il est impressionnant de réalisme, mais il reste encore très loin de la révolution annoncée.

Crédits : Samsung

En teasant son mystérieux projet d’ « humains artificiels », Samsung avait suscité la curiosité de nombre d’entre nous qui pensaient que la firme allait dévoiler une nouvelle forme d’avatar propulsée à l’intelligence artificielle. Dévoilé durant ce CES à Las Vegas, le projet Neon a enfin fait tomber le masque, et il s’agit avant tout d’avatars ultra-réalistes entièrement générés par ordinateur. Le problème, c’est qu’on ne sait pas vraiment à quoi ils servent… pour l’instant. « Neon est un être virtuel généré par ordinateur qui ressemble et se comporte comme un vrai humain, avec la capacité de montrer ses émotions et son intelligence » explique Samsung sur son site officiel. Le résultat est saisissant de réalisme, comme on peut le constater sur les différentes démonstrations de STAR Labs, la filiale de Samsung à l’origine du projet. Les ambitions du constructeur sont énormes, puisque le boss de STAR Labs indiquait même dans un communiqué repris par The Verge que « Neon est comme une nouvelle forme de vie. » Rien que ça.

Une révolution… qui n’est pas tout à fait prête

Réaliste, oui, clairement. Mais à quoi cela sert-il concrètement ? C’est là que le bat blesse, puisque le Samsung Neon n’est pas destiné à devenir le visage d’un assistant vocal comme Google Assistant ou Amazon Alexa. Selon STAR Labs, Neon n’est « pas une interface vers Internet. Pas un lecteur de musique. Juste, un ami. » La conception « d’ami » reste, à ce jour, bien floue, même si on sait que l’avatar sera capable de parler plusieurs langues, et de développer de nouvelles expressions au fil du temps.

Pour autant, le Neon est bel et bien destiné à faire de grandes choses à l’avenir. STAR Labs a ainsi indiqué que ses avatars pourraient aussi bien accueillir des visiteurs dans des lieux publics que des boutiques, voire même carrément de présenter un journal télévisé ou de jouer dans des films. Le Neon de Samsung est impressionnant, mais il manque aujourd’hui d’applications concrètes. Par ailleurs, si la technologie est prometteuse, elle n’en reste pas moins inquiétante dans la mesure où elle pourrait notamment servir à fins de désinformation, à l’instar des deepfakes. Reste à voir comment Samsung parviendra à éviter que sa technologie ne tombe entre de mauvaises mains.

Deepfake
  • Sarah Darer Littman
  • Éditeur: Scholastic Press
  • Relié: 352 pages