Stephen Hawking : « L’intelligence artificielle pourrait mettre fin à la race humaine »

culture geek

Par Elodie le

Stephen Hawking est toujours fâché avec les robots et l’intelligence artificielle. Sous-estimée, « l’intelligence artificielle pourrait mettre fin à la race humaine ».

crédits : The Guardian
crédits : The Guardian

Quand bien même la technologie lui a permis de s’exprimer de nouveau et a facilité son quotidien, l’astrophysicien Stephen Hawking ne lui signerait pas un chèque en blanc pour autant et n’en reste pas moins prudent, voire même alarmiste concernant le développement de l’intelligence artificielle.

Celui, qui en mai dernier, professait déjà que « l’intelligence artificielle pourrait être la pire erreur de l’Histoire de l’humanité », réitère ses propos lors d’une interview accordée à la BBC :

« L’intelligence artificielle pourrait mettre fin à la race humaine »

I, Robot, Terminator, le soulèvement des machines, le retour ? C’est peu ou prou ce qu’il prédit en réponse à une question sur la technologie qui l’aide aujourd’hui à communiquer. Même si certaines avancées technologique concernant l’intelligence artificielle ont été utiles dans de nombreux domaines et pour de nombreuses personnes, ne serait-ce que pour lui-même avec Speech Plus, il s’inquiète que cette lubie de vouloir créer des robots toujours plus intelligents ne causent notre perte.

Les formes primitives d’intelligence artificielle que nous avons déjà se sont montrées très utiles. Mais je pense que le développement d’une intelligence artificielle complète pourrait mettre fin à la race humaine.

Les humains ne seront pas en mesure de suivre le développement de l’IA totale et faire face à des robots version augmentée qui correspondront ou surpasseront les humains.

Une fois que les hommes auraient développé l’intelligence artificielle, celle-ci décollerait seule, et se redéfinirait de plus en plus vite.
«Les humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés».

Au chapitre Internet, Stephen Hawking a dressé un bilan avantages/dangers d’Internet. Malgré les risques d’un développement poussé de l’intelligence artificielle, il n’en reste pas moins un fervent partisan des nouvelles technologies de communication, lui qui revendique avoir été l’un des premiers « connectés » à Internet à ses débuts.

Reprenant les propos du directeur du GCHQ (Government Communications Headquarters, la NSA britannique ), pour qui Internet est devenu le « centre de commandement » des terroristes et criminels de tous bords, il nuance cependant : « Les entreprises d’internet doivent faire plus pour contrer la menace, mais la difficulté est de le faire sans sacrifier la liberté et la vie privée ».

Source: Source