Une intelligence artificielle a interviewé Billie Eilish

L’interprète de la bande originale de Mourir peut attendre s’est prêtée au jeu de l’interview. Billie Eilish, habituée à l’exercice, a pourtant vécu une expérience un peu différente, lorsqu’une intelligence artificielle s’est placé de l’autre côté du micro. La chanteuse a répondu à plusieurs questions, posées par l’intelligence artificielle.

L’intelligence artificielle a bouleversé bien des domaines et s’attaque désormais à celui du journalisme. Dans une interview de Vogue, la chanteuse américaine Billie Eilish a découvert l’étendue de ce que la technologie avait à offrir. Sur Twitter, la technologue créative Nicole He, à l’origine du projet, décrit le processus. “Comme pour toute “IA”, il y avait un niveau élevé d’intervention humaine. Le robot a été formé par moi et les questions ont également été choisies à la main à partir des résultats.” C’est grâce au système d’intelligence artificielle GPT-2 d’OpenAI, capable de générer des textes cohérents, que les équipes de Vogue ont développé le projet. Nicole He a affiné le modèle à partir des questions qui lui ont déjà été posées lors de précédents entretiens. Le but de cette démarche : livrer une interview qui sort de l’ordinaire, “Billie a dit que les journalistes humains posaient toujours les mêmes questions. Elle a apprécié le fait que l’intelligence artificielle n’ait pas d’intention cachée, elle n’essaie pas d’obtenir quoi que ce soit d’elle.” Ainsi l’artiste a répondu à plusieurs interrogation, presque philosophiques, comme “Y a-t-il eu un moment où vous avez dû choisir entre regarder le ciel ou internet ?” À la fin de l’interview, l’ordinateur a aussi généré une chanson à partir des paroles de la discographie de Billie Eilish.

L’intelligence artificielle au service du journalisme

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’intelligence artificielle est utilisée dans le domaine journalistique. De nombreux médias font appel à ses services dans le cadre de soirées électorales et d’événements sportifs. Ces outils peuvent rédiger des petits textes à partir de données brutes et ainsi suivre un événement plus rapidement que leurs homologues humains. Le Washington Post utilise d’ailleurs son propre robot, l’Heliograph. Il intervient en soutien aux équipes et permet de traiter des sujets que les journalistes ne peuvent pas traiter. L’agence de presse américaine Reuters développe d’ailleurs un outil capable de créer des comptes-rendus vidéos automatisées. À partir d’images pré-enregistrées d’un journaliste, l’intelligence artificielle relate les événements d’une compétition sportive. La technologie se base sur le principe des deepfake pour animer le présentateur. L’interview de Billie Eilish a été diffusée le 13 février, soit quelques jours avant que Bruxelles lance son grand débat sur l’intelligence artificielle. La Commission européenne va se pencher sur la question et devrait fournir des propositions législatives d’ici à la fin de l’année.

Source: Vogue