Le mauvais trimestre des constructeurs de smartphones

Business

Par Olivier le

Le premier trimestre de cette année restera dans les mémoires des constructeurs de smartphones. L’épidémie de coronavirus a fortement réduit la demande, selon plusieurs analystes.

IDC, Strategy Analytics et Canalys ne sont pas d’accord sur les chiffres et l’ampleur de la baisse des expéditions de smartphones. Mais tous ont relevé une chute manifeste : 11,7% chez le premier, 17% pour le second, 13% pour le troisième. Les volumes oscillent entre 272,5 et et 330,4 millions d’unités livrées.

Une demande atone

Un très mauvais trimestre donc, et même le pire premier trimestre de l’histoire, selon IDC. Les trois firmes d’analystes évoquent les mêmes raisons : l’épidémie de coronavirus qui a poussé de nombreux gouvernements à émettre des mesures de confinement pour réduire la pression sur les systèmes hospitaliers. C’est en Chine que le recul de la demande a été le plus important : 18% d’expéditions en moins, selon Canalys.

Ce qui a débuté comme un problème de production (la plupart des smartphones sont assemblés en Chine) s’est transformé en crise de la demande au fur et à mesure que les marchés se protégeaient, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis. En confinement, les consommateurs ont repoussé les achats de smartphones, des appareils qui ont d’ailleurs un intérêt moindre quand on ne peut pas sortir de chez soi.

Les sociétés donnent le même trio de tête : Samsung en premier, suivi par Huawei puis Apple. Apple qui est d’ailleurs le constructeur qui limite la casse : les livraisons d’iPhone n’ont baissé que de 0,4% pour IDC, contre 18,9% chez Samsung et 17,1% pour Huawei. Les fabricants misent désormais sur un rebond économique aiguillé par la demande, et surtout sur la 5G pour pousser au renouvellement des équipements.