Jacquie et Michel visé par une enquête pour viols et proxénétisme

Sur le web

Par Remi Lou le

Les conditions de tournage de certaines scènes de la plateforme pornographique sont aujourd’hui pointées du doigt par trois associations féministes, qui ont saisi le parquet de Paris. Une enquête a été ouverte pour viols et proxénétisme.

Le 10 juillet dernier, le Parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour viols et proxénétisme à l’encontre de Jacquie et Michel. Le célèbre site pornographique, connu pour ses vidéos amateurs, est accusé d’avoir imposé des pratiques sexuelles non consenties à certaines actrices. Tout a démarré en février lorsque Konbini a diffusé une vidéo dans laquelle témoignent deux actrices ayant tourné des scènes pour Jacquie et Michel. Elles expliquaient notamment avoir été forcées à réaliser certaines pratiques auxquelles elles n’avaient pas consenties préalablement. Plusieurs associations féministes (Les Effrontées, Osez le Féminisme ! et Le Mouvement du Nid) ont alors envoyé un signalement au parquet.

C’est aussi l’utilisation de ces images qui inquiètent ces associations, puisque les vidéos sont par la suite diffusées aussi bien sur Jacquie et Michel que sur d’autres plateformes, dans le but de multiplier les revenus. « Les profits générés sont importants. L’infraction de proxénétisme aggravé est sans nul doute caractérisée », précise la présidente du Mouvement du Nid dans son signalement auprès du parquet de Paris.

Interrogé par 20 Minutes, le directeur marketing Thierry Doucre de Jacquie et Michel a déclaré «Pour cette enquête pour viol, je tombe des nues. Nous ne tournons pas de films. Nous ne faisons que diffuser les films tournés par d’autres sociétés de productions. Et quand on nous remonte un problème, nous cessons toute collaboration avec cette société. ». Il précise que l’équipe du site « va collaborer avec la justice […] Nous serons avec elle s’il faut poursuivre un producteur qui n’a pas bien fait son travail. ».