La Chine vise la neutralité carbone d’ici 2060

culture geek

Par Victor Keller le

Xi Jinping, le Président chinois, a présenté ses nouveaux objectifs en matière de lutte contre les émissions carbones lors de la visio-conférence de l’Assemblée générale de l’ONU qui s’est tenue mardi.

Nikola Belopitov – Pixabay

La Chine porte toujours la lourde charge de premier émetteur d’émissions carbone au monde, et Xi Jinping, le président chinois, a tenu à montrer qu’il en était conscient et que des mesures concrètes allaient être prises. Lors de l’Assemblée générale de l’ONU qui s’est tenue par visioconférence mardi,  il a annoncé l’objectif ambitieux de porter les émissions nationales de carbone à un pic d’ici 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 en Chine. Pour cela, le pays devra renforcer sa contribution nationale déterminée (ou NDC, c’est-à-dire les réductions des émissions de gaz à effet de serre en vertu de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques) et respecter au mieux l’Accord de Paris sur le climat qui consiste à maintenir la hausse de la température mondiale « bien en dessous » d’une augmentation de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels. Au début de l’année, l’ONU avait accusé de nombreux pays, dont la Chine, d’être trop en-deçà de ces objectifs.

Cette déclaration était très attendue, étant donné que la Chine a émis 11,4 milliards de tonnes de pollution au dioxyde de carbone en 2019, confortant sa première place mondiale d’émetteur d’émissions carbone. Le président Jinping a d’ailleurs profité de cette occasion pour appeler les autres pays à renforcer leurs plans climatiques mais aussi leur lutte contre la pandémie de Covid-19. Selon lui, la crise sanitaire mondiale « nous rappelle que l’humanité devrait lancer une révolution verte et aller plus vite pour créer un mode de développement et de vie écologique, préserver l’environnement et faire de la Terre mère un endroit meilleur pour tous ».

Si les engagements de Xi Jinping sont encourageants, la Chine n’a cependant investit que 1,9% de son plan de relance économique post-coronavirus dans l’énergie propre et autres projets écologiques. Après tout, les NDCs de l’ONU ne sont pas contraignants, il faudra donc croire Xi Jinping sur parole.