Une éolienne miniature qui génère de l’énergie avec une petite brise

Science

Par Olivier le

Les éoliennes sont de puissantes machines à produire de l’énergie avec du vent. Pour donner le meilleur d’elles-mêmes, la vitesse du vent doit être suffisante pour en faire tourner les pales. Des chercheurs sont parvenus à mettre au point une version miniature qui ne demande qu’un léger souffle.

Avec le solaire, la géothermie et la marémotrice, les éoliennes font partie de l’arsenal des énergies renouvelables. Mais pour qu’elles produisent de l’électricité, elles doivent être placées en hauteur, là où les vents sont plus forts. De plus, ce sont des machines énormes et complexes à construire et à installer. Des chercheurs de l’institut des nano-énergies et des nano-systèmes de Pékin ont mis au point le même genre de turbine, mais… pour un léger souffle d’air.

Une brise suffit

Il a fallu revoir complètement le design des turbines : pas de pales ici, mais des bandes de plastique fin, libres de flotter au vent. Le B-TENG génère de l’énergie au fur et à mesure que les lamelles entrent en contact et se séparent. Il suffit d’une brise de 5,79 km/h pour commencer à produire de l’électricité. Les chercheurs ont cependant constaté que la meilleure vitesse pour un maximum de d’efficacité était située entre 14,3 et 28,8 km/h.

Ces vitesses provoquent la synchronisation des battements des bandeaux de plastique, ce qui augmente les contacts entre eux. C’est une technologie qui promet, mais elle est encore loin d’offrir une alternative aux éoliennes traditionnelles ! Il n’est même pas question de recharger la batterie d’un smartphone en se baladant autour de chez soi avec le B-TENG sous le bras : le mieux qu’aient obtenus les chercheurs, c’est de faire flasher une grille de 100 LED, ou d’alimenter un capteur de température basse consommation.

Le B-TENG ne peut convertir que 3,23% du vent qui passe entre les bandes de plastique, contre 45% pour les turbines classiques. De plus, les essais ont été réalisés en laboratoire avec une brise constante, ce qui n’est pas le cas en conditions réelles. Bref, il y a encore beaucoup de travail pour aboutir à un générateur complètement fiable et efficace. Mais ces travaux restent intéressants à suivre, dans un contexte où il faudra limiter le recours aux énergies traditionnelles.

Source: Cell