L’Univers aurait vécu plusieurs Big Bang, selon le nouveau prix Nobel de physique

Espace

Par Felix Gouty le

Sir Roger Penrose, l'un des deux nouveaux prix Nobel de physique, pense que l'Univers n'est que le résultat d'un cycle. Autrement dit, il n'y a pas eu qu'un Big Bang : il y en a eu un avant nous et il y en aura un après.

Crédits : geralt / Pixabay.

“Le Big Bang n’était pas le début : il y avait quelque chose avant le Big Bang que nous rencontrerons à l’avenir”, a déclaré le mathématicien et astrophysicien britannique, Sir Roger Penrose, au Telegraph (relayé par Big Think). Ce dernier a reçu, mardi dernier, l’un des deux prix Nobel de physique décernés cette année. Il l’a obtenu en récompense de ses travaux sur la relation entre les trous noirs et la théorie de la relativité générale énoncée à l’origine par Albert Einstein. Il a notamment découvert qu’un objet cosmique massif, comme une étoile, qui devient trop dense finit par subir un effondrement gravitationnel. Celui-ci peut les amener à devenir des trous noirs ou mêmes à des singularités gravitationnelles – des régions spatio-temporelles de masse, théoriquement, infinie. Le Big Bang aurait été justement l’une de ses singularités. Mais contrairement à la pensée actuelle, Sir Roger Penrose affirme qu’il n’a pas été la première singularité cosmique et qu’il ne sera pas la dernière.

L’Univers serait un phénix

Sa théorie d’une “cosmologie cyclique conforme” avance que l’Univers n’est pas né du Big Bang puis d’une phase d’inflation continuelle. Celui-ci serait seulement le résultat d’un cycle perpétuel de développement puis de dégradation de la matière, donc de naissance et de destruction de la toile cosmique, à l’image d’un phénix. En somme, l’Univers pourrait, à l’avenir, subir un nouveau Big Bang pour renaître. Selon le chercheur de l’université d’Oxford, les trous noirs sont la clé de l’existence de ce mystérieux cycle. Il prend pour preuve sa découverte de six “points de Hawking“, décrits pour la première fois par le regretté Stephen Hawking. Ces derniers correspondraient à des trous noirs dont l’immense radiation fuit ou s’évapore. Selon l’astrophysicien défunt, ce processus prendrait non seulement plus longtemps que l’âge de l’Univers lui-même mais suggérerait qu’il existe des trous noirs “morts” dans l’Univers. Ces fossiles cosmiques seraient ainsi des témoins de précédents cycles, ou “aeons“, antérieurs au dernier Big Bang. Cette hypothèse reste grandement controversée, notamment, compte-tenu notamment de l’impossibilité actuelle d’observer ces cadavres de trous noirs. Le reste des cosmologistes aurait aussi du mal à admettre que toute la matière de l’Univers pourrait un jour disparaître. Enfin, la théorie de la cosmologie cyclique conforme implique donc que l’Univers n’a pas eu nécessairement de début ni de fin. Il faut avouer que cela aurait de quoi troubler n’importe qui.

Big-bang: Comprendre l'univers...
25 Commentaires
Big-bang: Comprendre l'univers...
  • Uzan, Jean-Philippe (Author)

29 Commentaires

  1. Mart1nnn

    12 octobre 2020 at 11:16

    J’ai rien compris

  2. cdewez

    12 octobre 2020 at 11:18

    Futurama Saison 6 Episode 7
    Ou comment montrer cette théorie de manière ludique dans un épisode diffusé en 2010

  3. BlaBla

    12 octobre 2020 at 12:28

    Et si l’Univers est une sorte de bulle, il est difficilement concevable de ne plus rien « rencontrer » au-delà… La théorie des multivers, d’une infinité d’univers est intéressante.

  4. Jcc13

    12 octobre 2020 at 13:38

    Et si l’univers que l’on n’aperçoit que maintenant à cause de leur extraordinaire distance qui nous sépare, et se calcule en année-lumière, n’existe plus du tout. L’espace serait à un réel instant T un vide absolu. Tout ce que nous apercevons n’existe plus.
    Et là il est concevable de ne rien rencontrer lorsqu’on arrive au point visé (si tant est qu’on puis y arriver un jour…)

  5. BloBlo

    12 octobre 2020 at 14:58

    Ca ne me trouble pas plus qu’il n’y ai pas eu de début ou de fin, plutôt qu’il y ai eu un début sorti de nulle part.

  6. francois morin

    12 octobre 2020 at 15:03

    En tout cas si l’univers à une fin vous et moi avons la possibilité de le rebooter… en mourant.

    Pourquoi ? entre l’instant 0 et 13.7 Mds d’années de votre point de vue cela c’est passé en un battement de cil puisque vous n’étiez pas conscient, et bien pour le prochain reboot aussi loin qu’il puisse être, c’est pareil. Passer à l’état inconscient permet d’atteindre le prochain univers en un battement de cil.

  7. Bernard Gacel

    12 octobre 2020 at 15:18

    ” La théorie de la cosmologie cyclique conforme implique donc que l’Univers n’a pas eu nécessairement de début ni de fin.”

    Je dirais que cette théorie n’est qu’une singularité gravitationnelle de la pensée. En tant que créationniste “Jeune Terre”, je ne partage pas.
    Nolens volens

  8. Hammer

    12 octobre 2020 at 16:01

    C’est faux l’univers n’est né de rien et notre existence n’est que le fruit du hasard.

  9. pitivier

    12 octobre 2020 at 16:35

    Avant… Après… et pendant ?
    De toutes les certitudes : pas de choix possible !

  10. Léon Dincesoar

    12 octobre 2020 at 17:24

    “la théorie de la cosmologie cyclique conforme implique donc que l’Univers n’a pas eu nécessairement de début ni de fin. Il faut avouer que cela aurait de quoi troubler n’importe qui.”

    Non seulement ça ne me trouble pas outre mesure mais de plus cette remarque est déplacé.

  11. Edward Aloysius Murphy

    12 octobre 2020 at 17:57

    C’est faux aussi. “Quelque chose” parfois ne donne “rien”. “Quelque chose” donne “autre chose”, mais “Rien” donne … toujours “rien”. La notion de “hasard” est une construction de l’esprit, et est donc le fruit de notre existence, et non pas l’inverse.

  12. [email protected]

    12 octobre 2020 at 18:34

    Avant.., apres,..Voila des notions qui n ont peut etre pas de sens pour tenter de se representer les phenomenes de l univers . Debut.. Fin.. face à l absolu ca ne peut pas se concevoir ni s’ integrer dans un raisonnement de cet ordre …de meme l infini n ‘a de sens que pour nous ….

  13. pitivier

    12 octobre 2020 at 18:48

    Il est bien entendu qu’avant le big bang le temps n’existait pas. Les questions se posent à notre humble niveau. Au-delà, l’absolu est incertain… C’est cette part d’imaginaire qui fait vaciller quelques-uns dans la plénitude apparente du religieux. La science ici restant la seule issue.

  14. N0001481763

    12 octobre 2020 at 19:10

    Questions d’un béotien passionné des questions de l’Univers: si l’univers n’a ni début ni fin pourquoi existe-t-il ? Et s’il existe, comment ose-t-on dire qu’il n’y a pas de début ? Et s’il y a un début, il peut y avoir une fin, sauf si à l’origine il a été créé dans le but qu’il n’y ait pas de fin. Ceci est le début de mes questions et il n’y aura pas de fin tant que je n’aurai pas de réponses.

  15. Guillaume

    12 octobre 2020 at 22:15

    Ton commentaire m’a retourné le cerveau. La mort serait, comme Charon, un moyen de transport… Les Egyptiens étaientt complétement sensés à momifier les corps, pour les retrouver à la fin du voyage, si on suit ton idée. En tout cas, cela m’inspire. Merci.

  16. Glen

    12 octobre 2020 at 22:36

    L’univers serait donc comme une matrice qui serait détruite à un certain moment et reconstruite dans un cycle indéfini de destruction et de reconstruction.

  17. Glen

    12 octobre 2020 at 22:37

    Comme le phénix à chaque destruction il renait de ses cendres

  18. bloubil

    12 octobre 2020 at 22:51

    Peu importe la “réponse”, ce sera difficilement concevable 🙂

  19. bloubil

    12 octobre 2020 at 22:53

    Le “pourquoi ?” est une question très humaine et naïve, qui est toujours la même que depuis que l’on essaye de chercher un sens caché derrière tout ce que nous ne comprenons pas ^^

    Et les notions de début et de fin sont intrinsèquement liées à notre conception linéaire du temps, qui est la seule conception que nous pouvons avoir , qui s’applique difficilement dans ce type de physique 🙂

  20. pourech

    14 octobre 2020 at 11:25

    et bien non , rien peut donner quelque chose en mécanique quantique justement… et le hasard est une notion bien physique qui est meme a la base de tout le reste, toujours en mecaQ… La construction de l esprit est justement le reel et non le hasard.

  21. pourech

    14 octobre 2020 at 11:29

    le probleme est dans la compréhension de la bulle.

    L’univers est par définition le tout. Il n y a pas d au dela, puisque l au dela fait parti d el univers par définition meme.

    La bulle dont on parle est une représentation mathématique de la courbure d’un espace. Ce n ‘est pas une bulle de qulque chose dans rien ou dans quelque chose…

    Le multi univers n implique d ailleurs pas une infinite d univers non plus. Il peut y en avoir de tout sorte.

    Et en fait, c est aussi un probleme de mot. le multivers est un univers. Les univers multiples sont en fait des “bulles” dans cet univers, qu’on appelle “nos univers”.

  22. pourech

    14 octobre 2020 at 11:30

    non le vide absolu ne peut xister du fait du principe d incertitude sous tendant sa description.

    Si il y a un vide absolu, alors on cannait son energie (0) donc on viole le principe d incertitude donc on viole la mecanique quantique donc on n peut plus decrire l”univers dans ces terme. ce qui abouti a dire qu on ne peut plus raisonner sur la notion d univers en l absence d autre theorie efficace.

  23. pourech

    14 octobre 2020 at 11:31

    je confirme : le pourquoi est une notion humaine, tres centree sur l humain 🙂

    et quelque chose peut exister sans début. en quoi ce serait plus choquant que la notion de début qui implique une cause 🙂

  24. pourech

    14 octobre 2020 at 11:32

    pas necessairement, cela depend des theories des bigbang.

    Dans le cadre du bigbang de penrose , le temps existe bien AVANT le bigbang.

  25. pourech

    14 octobre 2020 at 11:34

    disons que penrose suppose que le bigbang n est pas juste le debut de tout mais une phase qui se repete . l univers vit, meurt et renait par exemple. un grand cycle.

    Pour la notion de trou noir, disons que les trous noirs “rayonnent” en mecanique quantique, ce qui implique qu ils meurent petit a petit. et que le bigbang peut se representer comme un trou noir particulier en phase finale.

  26. Jcc13

    14 octobre 2020 at 14:27

    Merci pour ce rappel :-).
    Ce que je voulais mettre en avant, c’est que l’image que nous avons de l’univers à l’instant T est fatalement erronée car saturée de doutes (le principe d’incertitude), et que audit instant T l’univers réel ne ressemble déjà plus à l’image que nous recevons. D’où le vide que j’ai exagérément qualifié d’absolu.

  27. pitivier

    14 octobre 2020 at 14:42

    Merci pourech, c’est bien de suppostions dont il s’agit.
    Et notre imagination est sans limite un peu comme l’univers, jusqu’à ce que la science nous en donne une image certaine… pour nous. Sûr que d’ici là on peut ne pas être rassuré et même divaguer, comme notre espace qui n’est qu’un lieu de nauffrage dans le néant du savoir.
    Tiens je me rassure en me disant qu’imaginer ce néant, c’est comme avant de naître et de vivre ici… La non-existence de la pensée ; le vide de sens, en fait la vrai insouciance… Tandis que l’univers bat la mesure.

  28. Dominique Talib

    20 avril 2021 at 8:55

    Dieu est une éternité de créations et c’est ce que nous sommes car notre conscience ne cessera jamais d’évoluer …

  29. Barca

    26 juin 2021 at 8:41

    Et la matière alors ? Cette soupe primaire ? À ma connaissance aucune théorie n’explique le passage de l’inerte au vivant ?
    La création de la matière elle même est elle expliquée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *