Google se lance dans le business du VPN

Sur le web

Par Olivier le

On ne compte plus le nombre de VPN disponibles sur le marché, et c’est loin d’être terminé : Google vient en effet d’ajouter son nom à la longue liste des services permettant de surfer en tout anonymat.

Google a annoncé la mise à disposition d’un service de VPN pour tous les abonnés à la formule 2 To de Google One. Pour le moment, cette nouveauté est réservée aux utilisateurs américains de smartphones Android. À terme, l’offre sera disponible aussi sur iOS, Windows et macOS ainsi que dans d’autres pays.

découvrez notre comparatif VPN

Uniquement pour les abonnés Google One

Google One est un ensemble de services dont le principal atout est du stockage en ligne supplémentaire par rapport à un compte gratuit Google (15 Go). L’offre 2 To, facturée 9,99 €, comprend également l’accès à des experts Google pour les questions de SAV, des sessions Pro, des récompenses Google Store (dans une poignée de pays, pas en France hélas) et autres avantages. Le VPN peut aussi être activé sans frais supplémentaires sur les appareils des membres de la famille connectés au même compte (jusqu’à 5 personnes supplémentaires).

Il ne s’agit donc pas d’un VPN gratuit, mais rappelons que les VPN gratuits ne le sont pas vraiment : les données qui transitent par les serveurs d’un fournisseur de VPN peuvent être exploitées pour de l’affichage publicitaire, voire pour des opérations plus malveillantes encore. L’offre de Google a l’avantage de s’appuyer sur l’infrastructure du moteur de recherche qui rappelons-le, gagne de l’argent avec la publicité ciblée.

Ce n’est pas la première fois que Google se lance dans le VPN : le groupe avait déjà tenté cette aventure avec les abonnés à son service de téléphonie Google Fi, disponible uniquement aux États-Unis.

Les sessions Pro, qui sont une autre nouveauté lancée par Google, permettent de discuter avec un spécialiste afin de profiter au maximum des appareils de l’entreprise. Ces rendez-vous virtuels seront lancés dans les prochaines semaines aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni.

Source: Google