Pornhub, xvideos ou Jacquie et Michel vont-ils se faire déréférencer ?

Sur le web

Par Remi Lou le

Trois associations unissent leurs forces et demandent au CSA de mettre en demeure de nombreux sites pornographiques, qui permettent toujours aux mineurs d’accéder à des contenus choquants.

Crédits : Charles Deluvio via Unsplash

Pornhub, Jacquie et Michel, xvideos ou encore xhamster risquent-ils d’être un jour inaccessibles depuis les moteurs de recherche traditionnels ? C’est en tout cas le souhait de trois associations qui appellent le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel à limiter l’accessibilité de ces sites aux mineurs. Ces associations – l’Observatoire de la Parentalité et de l’Éducation Numérique (OPEN), le COFRADE et l’UNAF – estiment que les sites pornographiques comme Pornhub, xvideos ou Jacquie et Michel ne sont pas en conformité avec le droit français qui n’autorise l’accès à la pornographie qu’aux adultes. Or, si ces sites proposent bien un dispositif de vérification de l’âge sous la forme d’un message d’avertissement, il est jugé bien trop permissif et en aucun cas dissuasif pour les jeunes.

Comme on peut le lire dans cette lettre adressée au CSA, ces trois associations demandent à « mettre en demeure les sites dont la liste est établie ci-après de se mettre en conformité avec le droit français » et qu’à « défaut de retour satisfaisant de leur part sous quinzaine, de lancer la procédure de blocage du référencement et de l’accès à ces sites internet. »

Reste à voir si cette procédure pourra bel et bien aboutir, notamment maintenant que l’amendement visant à rendre les sites pornographiques plus regardant en matière de vérification de l’âge a été adopté en juin par le Sénat. L’initiative de ces trois associations est par ailleurs soutenue par Adrien Taquet, secrétaire d’État à l’Enfance et aux familles, qui « soutient complètement cette démarche » tout en saluant l’action « sans relâche » de ces associations afin de « protéger nos enfants des dangers de l’exposition à des images qui peuvent choquer », comme on peut le lire dans une déclaration transmise à l’AFP et relayée par BFMTV.

Source: BFMTV