Vaccins : les prix des doses dévoilés par une secrétaire d’État belge

politique

Par Julie Hay le

Estimées il y a quelques mois à 30 euros, les doses de vaccins contre le SARS-CoV-2 sont finalement beaucoup moins chères que prévue. C’est la secrétaire d’État belge au budget et à la protection des consommateurs qui a donné par erreur les prix des différents vaccins que le royaume entend acheter.

Photo by Daniel Schludi on Unsplash

En Belgique comme ailleurs, l’heure est désormais à la vaccination. Alors que plusieurs commandes ont été passée, la secrétaire d’État belge au budget et à la protection des consommateurs a dévoilé le prix des différentes doses de vaccins que le pays compte acheter auprès de six fabricants. Ainsi, on découvre que c’est AstraZeneca qui propose le tarif unitaire le plus bas avec 1,78 euros. Ensuite, on retrouve Johnson&Johnson (6,93€), Sanofi/GSK (7,56€), Curevac (10€), Pfizer-BioNTech (12€) et enfin Moderna (14,68€). Chez nos voisins, ce sont plus de 33,5 millions de doses qui ont été commandées pour un coût total de 279 millions d’euros. Selon Le Monde, la différence de prix entre les différents vaccins est due aux technologies utilisées par les firmes pour mettre au point ces vaccins. Nos confrères soulignent aussi qu’ils sont finalement bien en déca des estimations faites il y a quelques mois.

200 millions de doses potentielles en France

En France, ce sont 200 millions de doses qui ont été précommandées par le gouvernement. Avec une population de 67 millions d’habitants, la France a donc vu large. L’hexagone aurait donc de quoi vacciner plus de 100 millions de personnes, le vaccin nécessitant deux injections. Pour rappel, la première phase de vaccination devrait débuter en janvier 2021 et concernera les résidents d’établissement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), les professionnels des EHPAD et les unités de soins de longue durée. Les professionnels de santé, du secteur médico-social et du transport sanitaire seront aussi concernés. Ce sera ensuite au tour des personnes ayant plus de 75 ans, puis les personnes de 65 à 74 ans risque. La troisième phase concernera les Français de plus de 50 ans ainsi que les professionnels de secteurs jugés indispensables comme l’éducation par exemple. La quatrième et la cinquième phase s’adresseront respectivement aux personnes de moins de 50 ans et aux personnes de plus de 18 ans. Pour en savoir plus sur les vaccins, vous pouvez lire notre dossier consacré à ce sujet, ici.

Source: Le Monde