CES 2021 : la 11e génération de CPU Intel s’agrandit, la gravure stagne

Hardware

Par Jerome Durel le

À l’occasion du CES 2021 Intel a présenté la seconde partie de sa 11e génération de processeur. Les nouveautés concernent principalement les modèles destinés aux ordinateurs portables, mais nous avons aussi droit à quelques informations côté desktop.

Intel profite du CES 2021 pour agrandir sa la 11e génération de processeur lancée initialement à la rentrée 2020. Principale nouveauté, l’arrivée de processeur Tiger Lake H35 prévus pour les ordinateurs portables orientés gaming. Sans surprise, ces puces consomment donc plus que celles annoncées précédemment, mais se limitent tout de même à une enveloppe thermique de 35W, c’est 10W de moins que la 10e génération comparable.

Tous les CPU offrent 4 cœurs et 8 threads et sont gravés en 10 nm. Les fréquences sont en hausse et démarrent à 3,1 GHz (4,4 GHz en boost) pour le core i5-11300H et 3,3 GHz pour les deux Core i7. Le premier Core i7 numéroté 11370H pourra monter à 4,8 GHz en boost tandis que la « Special Edition » 11375H touchera les 5 GHz. À noter que toutes ces puces pourront être limitées à un TDP de 28W pour des machines plus fines, en sacrifiant quelques GHz.

De manière plus générale, Intel présente ces puces comme 15% plus performantes — en calcul simple cœur — que les versions précédentes comparables. Elles prennent nativement le PCIe 4.0 en charge ainsi que le Wi-Fi 6. Sur la partie graphique, Intel annonce des performances deux fois supérieures. Mis bout à bout, cela sera traduira par du jeu en full HD à plus 70 image par seconde sur des FPS type Valorant dans des machines de moins de 18 mm d’épaisseur selon le fondeur.

Rocket Lake S : la 11e gen pour les ordinateurs de bureau

Intel a également donné un peu plus de détail sur la 11e génération pour PC de bureau en donnant un aperçu du Core i9 11900K. L’essentiel à retenir : 8 cœurs et 16 threads et la possibilité de monter à 5,3 GHz sur un seul cœur. Pas de détail sur la fréquence de base en revanche. Si vous espériez voir du 10 nm également, ce n’est pas le cas, cette puce reste à 14 nm. Ce n’est pas cette fois qu’Intel réduira l’écart avec AMD qui grave ses derniers Ryzen en 7 nm. Arrivée prévue durant le 1er trimestre 2021.

Pour le 10 nm sur les PC de bureau, il faudra donc attendre la génération suivante, Alder Lake, qu’Intel a également présenté rapidement pendant la conférence. On n’en saura guère plus sur ces derniers. On savait en revanche déjà qu’ils adopteraient une stratégie similaire à ce que fait ARM depuis longtemps : associer des cœurs performants à des cœurs efficients pour optimiser la consommation d’énergie. Rendez-vous donc plus tard cette année pour en savoir plus. Certainement à l’occasion du Computex début juin.