Microsoft et Oracle travaillent à un passeport sanitaire numérique

apps

Par Olivier le

Les vaccins sont la porte de sortie qui permettront de mettre enfin la pandémie derrière nous. Mais avant que la COVID-19 ne devienne de l’histoire ancienne, il faudra mettre en place de nouvelles règles avant de retrouver une vie normale.

Crédit : Angelo Esslinger, Pixabay
Crédit : Angelo Esslinger, Pixabay

De plus en plus de pays prennent des mesures envers les voyageurs : ces derniers doivent prouver qu’ils ont passé un test négatif de dépistage du coronavirus. En parallèle, les campagnes de vaccination ont débuté en début d’année, avec une montée en force progressive qui va se poursuivre au moins jusqu’à l’été.

Retrouver une vie normale

Pour montrer patte blanche, les documents en papier pourraient ne plus suffire. Ils peuvent en effet être falsifiés. C’est pourquoi des systèmes de passeports de santé numérisés sont en développement un peu partout dans le monde. Le principe est de présenter aux douanes ou avant d’embarquer en avion une preuve de sa vaccination ou d’un test, sur un smartphone.

Aux États-Unis, un projet lancé par la Vaccination Credential Initiative (VCI) consiste à mettre au point un mécanisme permettant aux personnes de recevoir une copie chiffrée de son statut vaccinal, qui sera stockée dans un portefeuille numérique sur leurs smartphones. On compte Microsoft, Oracle, Salesforce et le réseau de cliniques Mayo dans cette initiative.

Les individus qui ne possèdent pas de smartphone recevront un code QR à imprimer, qui contiendra les informations vaccinales. Ce n’est qu’un projet parmi d’autres. Plusieurs compagnies aériennes expérimentent actuellement une application de passeport de santé développé par Commons Project, qui fait aussi partie du groupe VCI. Équipés de cette app, les voyageurs pourront embarquer pour certains vols internationaux (si leur test est négatif).

Pour le moment, ni Apple ni Google ne se sont lancés dans un tel système. Mais comme ils l’ont fait pour les notifications d’expositions à la COVID-19, les deux entreprises pourraient travailler ensemble à un passeport sanitaire, ce qui faciliterait le retour à la normale dans bien des situations.