Intel confronte l’Apple M1 à ses processeurs avec des comparaisons à son avantage

Apple

Par Remi Lou le

Dans un exercice de comparaison de performances entre ses processeurs Tiger Lake de 11e génération et les puces Apple M1, Intel démontre la supériorité de ses puces. Mais ses points de comparaison sont nettement à son avantage… 

Crédits : Apple

Intel semble être dans l’embarras en ce moment, tandis que sa suprématie sur le monde des processeurs d’ordinateurs est peu à peu ébranlée. Qu’il s’agisse d’AMD et ses Ryzen à l’excellent rapport qualité-prix ou les premières puces d’Apple pour Mac, les processeurs d’Intel ont en effet été durement attaqués par une concurrence qui évolue particulièrement vite. C’est pourquoi, après s’être adonné à des comparaisons entre les processeurs d’AMD et les siens en fin d’année dernière, Intel compare désormais ses derniers processeurs aux Apple Silicon M1. 

En prenant bien soin de choisir les benchs à son avantage, Intel a ainsi comparé sa 11e génération « Tiger Lake » à l’Apple M1 présent sur quelques produits d’entrée de gamme de la Pomme, comme le MacBook Air, le MacBook Pro 13 et le Mac mini. En bureautique, Intel affirme que son processeur Core i7-1165G7 de 11e génération domine largement le processeur d’Apple dans les tâches du quotidien, avec, par exemple, une exportation en PDF 2,3x plus rapide sur Powerpoint. Côté autonomie, Intel affirme qu’un PC Acer équipé de son processeur ferait jeu égal avec un Mac M1, soit 10h au total, dans un test de lecture vidéo sur Netflix via un navigateur web avec une luminosité très faible de 250 nits. Ce point de comparaison nous semble étrange, tant les Mac M1 ont été encensés pour leur excellente autonomie par tous nos confrères. 

Intel a entrepris d’autres comparaisons un peu bancales, et s’appuyant sur des situations extrêmement précises et à son avantage. C’est le cas dans les jeux vidéo, où les différences de performances sont plutôt minces, mais le test biaisé puisque de nombreux titres sont indisponibles sur Mac. Même constat du côté des tests sur Première Pro, qui est encore en version bêta sur ARM, d’autant plus que le logiciel de montage vidéo d’Adobe n’a jamais été particulièrement bien optimisé sur Mac. Intel a également démontré que son processeur pouvait se montrer 5 à 6 fois plus rapide sur le logiciel Topaz Labs que le M1, sauf qu’il s’agit d’un soft parfaitement optimisé pour les derniers processeurs du fondeur, et pas sur les Mac M1. Enfin, Intel explique dans une comparaison douteuse que les Mac M1 pourraient se montrer incompatibles avec les micro-casques (faux), les manettes de jeu (encore faux, puisque macOS est compatible nativement avec les manettes de PS4 et d’Xbox One, et bientôt avec celles de la PS5), et même aux lecteurs d’empreintes, qui sont pourtant intégrés aussi bien sur le MacBook Air M1 que le MacBook Pro M1, et même les tablettes Wacom, ce qui n’est absolument pas le cas. 

Le fondeur de Santa Clara aurait-il peur des puces d’Apple pour émettre des comparaisons aussi douteuses ? Rappelons par ailleurs que l’Apple M1 n’est qu’un processeur destiné à des machines d’entrée de gamme, et qu’il est évidemment moins véloce qu’un processeur haut de gamme d’Intel. Normalement, Apple devrait dégainer l’artillerie lourde à partir de cette année sur ses machines haut de gamme, il conviendra donc d’effectuer de nouvelles comparaisons à ce moment-là. 

Source: PCWorld