Shadow va mal et se cherche un repreneur

Sur le web

Par Remi Lou le

Blade, l’entreprise qui est à l’origine du service de cloud computing Shadow, serait dans une mauvaise posture, si bien qu’elle chercherait actuellement un repreneur.

Crédits : Blade

Ça va mal chez Blade, l’entreprise française derrière le service de cloud computing Shadow. D’après les sources de Next Impact, l’entreprise chercherait activement un repreneur, après avoir été elle-même placée sous la protection du tribunal de commerce dans une procédure de redressement judiciaire. Ce matin, sur Twitch, le Creative Manager de la firme a confirmé que « la procédure collective en cours a pour but premier d’avoir un nouveau partenaire pour reprendre Shadow », tout en précisant que l’entreprise « communiquera très prochainement en live pour clarifier la situation. »

La situation ne semblait déjà pas être au beau fixe depuis un petit moment. Alors qu’elle multipliait les levées de fonds depuis 2015, année de sa création, l’entreprise semble avoir eu les yeux plus gros que le ventre en accélérant drastiquement son déploiement à l’international, tandis que de nombreux clients attendaient encore d’avoir accès aux offres souscrites. Au début de l’année dernière, Shadow avait en effet informé ses abonnés que ses dernières offres Infinite et Ultra ne pourraient pas être livrées à temps, et ces offres ont même fini par disparaître du catalogue. Au cours de l’année 2020, son cofondateur Emmanuel Freund quittait même l’entreprise après des désaccords en interne. Se sont ensuite succédé Jérôme Arnaud, Cyrille Even et Mike Fischer à la direction afin d’inverser la tendance. Reste donc à voir comment l’entreprise parviendra à se remettre sur pied, et qui pourrait bien mettre la main sur Blade. Toujours d’après Next Impact, plusieurs acteurs français, notamment « dans le monde des télécoms et du réseau », se seraient déjà montrés intéressés pour racheter l’entreprise.

[winamaz asin=”B08CHGJ89J” features_items=”no” template=”horizontal”]