Panne des numéros d’urgence : on fait le point sur la situation

Une importante panne d’équipement a perturbé l’accès aux numéros d’urgences français hier. Une enquête administrative a été ouverte après la mort d’un homme dans le Morbihan.

5G réseau mobile
© Pixabay

Dans la nuit du mercredi 2 au jeudi 3 juin 2021, une panne massive du réseau Orange a fortement perturbé l’accès aux numéros d’urgence et aux lignes fixes. Qu’il s’agisse du SAMU, des pompiers ou de la police, l’incident a eu de lourdes répercussions sur l’ensemble du territoire, rendant parfois les services d’urgence totalement injoignables dans certaines régions. Ce n’est qu’à la mi-journée de jeudi que le PDG d’Orange Stéphane Richard, a confirmé dans un communiqué que la situation était revenue “sous contrôle”, tandis que le Ministre de la santé Olivier Véran évoquait un réseau toujours “instable”, nécessitant de rester sous surveillance accrue.

La thèse cybercriminelle écartée

Face à cette mise à pied du réseau d’urgence français, il était facile de craindre un incident similaire au ransomware criminel qui a récemment touché le système de santé irlandais. Pourtant, la thèse cybercriminelle a rapidement été écartée au profit d’un scénario plus plausible, celui d’une “défaillance logicielle dans des équipements critiques du réseau”, a ainsi estimé Stéphane Richard, tout en confirmant “Nous n’avons aucun signe qui nous permette de penser qu’il pourrait s’agir d’une attaque externe”.

Un bilan humain incertain, mais déjà lourd

Si l’incident n’aura duré “que” quelques heures, la suspension des services d’urgence aura eu de lourdes répercussions humaines. Pendant un point presse sur la situation, Gérald Darmanin a confirmé aujourd’hui la mort d’un homme de 63 ans dans le Morbihan, décédé des suites d’une maladie cardio-vasculaire aux urgences faute d’avoir “pu joindre les services de secours à temps”. Deux autres accidents mortels similaires auraient eu lieu à la Réunion. Reste cette fois à déterminer si l’indisponibilité des numéros d’urgence a joué dans leur issue. Olivier Véran fait quant à lui état de “trois à quatre décès enregistrés sur le territoire national”. Il est donc encore trop tôt pour établir le bilan précis de cette panne, mais les conséquences semblent déjà importantes.

Face à l’ampleur de cette panne, la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) a estimé dans un communiqué qu’il était temps de rénover en profondeur “notre système d’alerte”, notamment en créant un numéro unique d’urgence.