Les satellites de Starlink responsables de la moitié des alertes de collision dans l’espace

Espace

Par Olivier le

L'orbite terrestre commence de plus en plus à ressembler à un bouchon aux heures de pointe. Et qui dit embouteillage, dit aussi possibilité d'accident ! Les satellites de Starlink pourraient bien être les plus impliqués…

© Nasa

Les satellites de la constellation Starlink, qui distribuent un accès internet dans les zones les moins couvertes du globe, sont actuellement responsables de la moitié des 1.600 alertes de collision entre deux satellites enregistrées chaque semaine ! Et selon l’Astronautics Research Group de l’université de Southampton, cela devrait empirer dans les prochaines années.

Des risques réels

Lorsque Starlink aura terminé d’envoyer tous ses satellites en orbite, c’est à dire 12.000 unités, ils seront responsables de 90 % des alertes de collision. Ces rencontres incluent des situations où deux engins spatiaux se frôlent à une distance d’un kilomètre. Depuis 2019, le nombre d’alertes de collision a été multiplié par deux, selon les calculs du groupe de recherche.

Les 1.600 alertes comprennent celles entre deux satellites Starlink. En excluant ces événements, le nombre de rencontres est de 500 chaque semaine. Le concurrent OneWeb est responsable de 80 alertes avec des satellites d’autres opérateurs. Il faut dire que OneWeb ne compte que 250 engins dans l’espace pour le moment.

Des alertes de collision, ce ne sont pas des collisions. On n’en dénombre que trois dans l’histoire, dont celle qui a désintégré le satellite chinois Yunhai 1-02 au mois de mars. Le pire épisode remonte à février 2009, lorsque le satellite de télécommunication Iridium 33 et le satellite militaire russe Kosmos-2251 se sont pulvérisé à 789 kilomètres d’altitude. Ces collisions provoquent des débris qui, à leur tour, peuvent endommager d’autres engins.

Avec la multiplication des satellites en orbite, les risques de collision vont eux aussi fortement augmenter. Et Starlink aura sa part de responsabilité dans cette situation qui va provoquer un véritable nuage de débris tout autour de la Terre.

Source: Space

7 Commentaires

  1. Synack

    22 août 2021 at 10:08

    Je ne comprend pas, si on retire les alertes collision entre satellites starlink vous dite dite que l’on arrive à 500 sur les 1600 mais que sur les 1600 alertes starlink est responsable de 50% des alertes. On est d’accord que y’a quelque chose qui cloche non ? Ou je suis passé à côté de qqch ?

  2. Mort de rire

    22 août 2021 at 14:02

    “Les satellites de Starlink responsables de la moitié des alertes de collision dans l’espace” …

    j’adore ce genre d’analyse
    c’est un peut facile :
    bien sur que starlink sera responsable de la moitié …
    enlevons tout ce qui ne sert plus a rien et tous les débris et le chiffre diminuera
    c’est comme si on avait 75% d’une marque auto et le reste d’autre marque , c’est sur que le plus grand taux d’accident viendrait des 75% , mais est ce que ca voudrait dire que cette marque est dangereuse … ???

  3. obyoneone

    22 août 2021 at 16:14

    le ciel va vraiment nous tomber sur la tête, en plus du reste…

  4. nafnaf

    22 août 2021 at 17:45

    Quand les pollueurs dépolurons à leur frais cela ira surement mieux pour tout le monde !!

  5. Actustragicus

    22 août 2021 at 19:31

    Le plus ennuyeux c’est ceci : “Ces collisions provoquent des débris qui, à leur tour, peuvent endommager d’autres engins” – autrement dit, les collisions vont inexorablement progresser de façon exponentielle, jusqu’à empêcher à brève échéance toute circulation sur l’orbite basse (ce n’est pas comme si le nombre de ces collisions était proportionnel au nombre de satellites, ce qui serait déjà problématique ; ou comme si on pouvait nettoyer les débris après une collision, comme sur l’autoroute). Autrement dit, il est déjà trop tard… et personne ne se soucie de réglementer la chose (ben oui, c’est une entreprise privée, faudrait surtout pas songer à intervenir).

  6. goodsenz

    22 août 2021 at 20:03

    Inquiétant de voir que le secteur public est “dépassé” et que du coup l’espace est en train de se privatiser … Pour les quelques voyants verts, je vois beaucoup de voyants rouges … 🙁
    Quelqu’un qui peut voir à tout instant ce qui se passe partout sur la planète + a le contrôle potentiel sur les moyens de communication = pas bon, … ou en tout cas très risqué à minima

  7. FrankP

    23 août 2021 at 2:30

    Tous ces donneurs de leçons… qui n’ont pas été capables de gérer l’espace et en ont fait une véritable poubelle de débris dangereux… c’est inadmissible !
    Mais comment peut-on accepter cela sans leur en faire supporter l’intégralité du coût des conséquences ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *