Savez-vous sur quoi a été écrit Fifty shades of Grey ?

Cinéma

Par Redac JDGe le

La diffusion ce soir sur TF1 du film 50 shades of Grey (Cinquante Nuances de Grey) est l’occasion de se rappeler la genèse de l’ouvrage. E.L. James, son auteur, avait confié en 2012 avoir écrit une grande partie de son œuvre sur son BlackBerry !

@Universal Pictures

On imagine souvent les romanciers courbés sur leur bureau, la plume à la main à noircir indéfiniment des pages blanches jusqu’au point final. Mais ça, c’était avant. Avant l’arrivée des ordinateurs, smartphones et autres tablettes. Plus besoin d’avoir son calepin et un stylo pour coucher ses idées sur le papier à la manière d’Eminem dans 8 miles. Un peu de batterie et quelques touches suffisent.

Si on a appris il y a quelques années que George R.R. Martin avait donné vie à sa saga Song of Ice and Fire, à l’origine de Game of Thrones, sur son vieux PC marchant sous DOS, l’auteur de Fifty shades of Grey a écrit le sien en grande partie sur son BlackBerry. Des séries de notes remplies et transférées ensuite sur son Mac une fois rentrée chez elle où elle continuait à écrire.

On imagine non sans mal le courage et la patience qui lui a fallu. D’ailleurs dans le livre, Christian Grey possède un BlackBerry, qui se verra remplacer par un iPhone dans le film. Placement produit oblige.

Voilà pour la petite histoire !

Blackberry 8320 Curve @JDG
Source: Source

24 Commentaires

  1. mogo

    18 février 2015 at 18:16

    Ecrire un roman de 600 pages sur un Blackberry c’est pas faire du sado-masochisme à ses doigts ?
    🙂

  2. Cobby

    18 février 2015 at 18:24

    C’est un début mais ça ne nous explique pas pourquoi c’est de la merde

  3. metalpower

    18 février 2015 at 18:25

    cette bouse ce bouquin…
    Dire qu’il y en a plusieurs Oo…
    Sans parler du film naze que meme les femmes fan des bouquins n’ont pas apprécié du tout hahaha.
    Je me marre.

  4. chris

    18 février 2015 at 18:33

    Slt. Ce n’est pas le seul livre écrit sur un blackberry moi même je bosses sur Excel ou words avec un blackberry et c’est très facile

  5. Niko

    18 février 2015 at 18:37

    Vu le niveau du bouquin je viens de comprendre en partie pourquoi c’est vraiment mais vraiment de la grosse merde. Ensuite je pense que l’auteur est un enfant de 8ans fan des porno des années 80, je continue l’enquête

  6. vaal

    18 février 2015 at 19:00

    révélation : la première version était écrite en langage SMS !

  7. Dageek

    18 février 2015 at 19:08

    Les mystères de la littérature… quand on voit que Lévy et Musso écrivent la même daube tous les ans.. et qui sont multi millionnaires, monde de merde

  8. shinn95

    18 février 2015 at 20:58

    Ce qui me fait rire ce sont ceux qui critique sans avoir ouvert le livre et vous êtes nombreux j’en suis certain.
    Mais bon quand on est con on est con le seul truc c’est qu’il serait cool que les con ferme leurs gueule =D
    Mais vue ou va le JDG je suis pas surpris de voir des com’s pareil dessus.

    j’attend les -1 merci ^^

  9. arcana

    18 février 2015 at 22:29

    Et c’est une news “geek” parce que ?

    Non parce que des écrivains qui écrivent sur des pc, ils font légion…

    Sur un vieux système que personne n’utilise, je vois bien le cote geek… Mai sur un blackbe…. Oh wait

  10. glott

    19 février 2015 at 1:21

    Donc achetez Blackberry, merde!

  11. chiche-pois

    19 février 2015 at 2:54

    Comment passer du SMS au SM 🙂 (fier de sa blague)

  12. zouzouzou

    19 février 2015 at 6:58

    Film et livre nullissime qui font passer les femmes pour des moins que rien, vraiment, il faut arrêter avec ce genre de saloperie. Je ne comprend pas que certains adultes puissent aimer ce truc d’ados pré-pubère.

  13. sevine06

    19 février 2015 at 8:29

    @shinn95: Au vu de ton orthographe, tu en ouvres pas beaucoup des livres toi non plus…

  14. vaal

    19 février 2015 at 9:09

    shinn95 : tu peux te baser sur la critique pour savoir ce qu’il y a dans un bouquin. Par exemple, sans l’avoir lu je sais que Mein Kampf n’est pas un recueil de recettes de cuisine, et que 50 shades est l’ouvrage, écrit selon les fantaisies d’une adolescente, qui a plus ou moins remis au goût du jour ce qu’on appelle désormais le mummy porn. Pour ce qui est du style, j’ai ouvert le livre en grande surface, une page suffit.
    Donc on va convenir que parler de 50 shades et de littérature, c’est comme parler de Coca Cola et de gastronomie : ça n’a rien à voir, mais comment l’expliquer à des gens qui ne connaissent ni la gastronomie ni la littérature ?
    Allez, pour tuer les éventuels doutes : http://fr.wikipedia.org/wiki/Naked_Came_the_Stranger

  15. Diablo

    19 février 2015 at 9:18

    Vous avez oublié de dire assis sur la cuvette des chiotes aussi…

  16. cal

    19 février 2015 at 9:57

    @Dageek : pas d’accord, malgré ce qu’on peut entendre ou lire de-ci de-là, Levy et Mussot savent écrire. Si le fond est moyen, le style n’est pas nul mais neutre.
    En ce qui concerne James, on est en face en effet d’une qualité littéraire proche de celle qu’on peut trouver en début de lycée chez des élèves pas très doués.
    @vaal : merci pour la piqûre de rappel, j’avais oublié ce canular. On manque cruellement de mémoire collective et notre comportement s’apparente trop souvent à un comportement grégaire.

  17. lecureilfou

    19 février 2015 at 11:00

    écrire avec un clavier blackberry n’a rien de sm, leur clavier est très bon.
    il ne faut pas le comparer avec un clavier tactile….

  18. thorkhan

    19 février 2015 at 11:17

    Etant moi même écrivain il est amère d’accepter effectivement la pauvreté du paysage littéraire français : Trierverller : haineux (merde sur du papier) les gens achète. Zemmour : que de la Provoque (mais dans l’air du temps) les gens achetent. houellbecq : que de la provoque; les gens achetent.

    Par contre, si 50 shades avait été écrit par un homme et non pas une cougar, je suis pas sur que le livre aurai eu le même succès, le livre pue trop le pseudo roman érotique feministe pseudo assumé trop revendiqué genre les femmes sont des hommes comme les autres, nous aussi on aime le sexe, la soumission…

    @vaal ton lien est une référence dans les cours de littérature, car nombre de professeur de bonne qualité (et il y en a peu) deplore le niv casi nul de la littérature francasie, car les auteurs francais quisont édités sont les mêmes : Lévy, BHL

  19. vaal

    19 février 2015 at 14:46

    @thorkan : pour Trierweiler, je ne présume pas de la qualité de son écriture (ou de celle de son nègre) ou de l’intérêt du récit ; on va dire que c’est probablement de la littérature de caniveau. Mais pour le reste, je te trouve trop sévère.
    Pour Houellebecq, on ne peut pas dire qu’il ne sait pas écrire, à la limite on peut condamner le côté provocateur, mais un bon écrivain ne doit-il pas savoir appuyer là où ça fait mal ? C’était une habitude chez Zola ou Hugo…
    Pour Zemmour, sans y avoir touché, c’est un essai qui en plus colle aux valeurs fondamentales du bonhomme, déjà médiatique ; personne ne va le lire pour le style. Cela dit, s’il écrit comme il sait parler, aussi agaçant puisse-t-il être pour certains, je ne pense pas qu’on puisse réduire son écriture à la provocation.
    Non, ce sont bien les mièvreries à la Musso, Lévy et E.L. James qui devraient nous alarmer.

  20. thomas kx67

    19 février 2015 at 21:46

    Sur blackberry on écris beaucoup plus vite qu’avec un tactile donc je vois pas trop le “courage” que l’auteur a du avoir..

    Alalala jdg tjr la pour proner Apple et descendre le reste. Quel bel avis impartial pour des journaliste.

  21. SuneJ

    20 février 2015 at 0:10

    @Dal: même s’il est devenu d’usage de taper sur Levy et Musso sans forcément les lire, il suffit d’ouvrir quelques pages pour se convaincre qu’il s’agit en effet de nullité, et pas d’un style neutre. Quand Levy décrit par exemple “une rue bordée de maisons”, il ne désigne pas seulement un fait (une rue avec des maisons) mais déroule une description qui ne sert strictement à rien (une rue est toujours bordée de maisons…). Et tout est à l’encan. Quant à Musso, j’en ris encore. C’est presque aussi drôle que les traductions faites à la hussarde de best-sellers états-uniens déjà passablement moisis (Dan Brown et consorts)…

  22. shinn95

    20 février 2015 at 19:25

    @chiche-pois: pas si mal =p
    @sevine06: si détrompe toi mais oui c’est simple de juger,après oui mon orthographe est a chier mais je ne critique pas sans savoir c’est tout, je ne remet pas en question les livres ou le films mais certain commentaires.
    @vaal : chaque personne a son point de vue la différence est que toi tu argumente (même si tu n’es pas seul heureusement) tu t’es plus ou moins informer mais certain non et c’est justement ce qui m’énerve.

  23. souleater34

    11 octobre 2021 at 5:25

    @Cobby Je pensais avoir une explication en pensant que le support premier avait été du PQ!

  24. RedaM

    11 octobre 2021 at 11:55

    ca risque de faire mauvaise pub pour blackberry, dommage qu’il ne soit pas tombé en panne , il aurait perdu son ‘travail’ , en aurait pas eu a supporter cette merde et les suites qui viennent après.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *