Critique

[Critique] Kung Fu Panda 3

Cinéma

Par Zacharia G le

Le troisième opus de Kung Fu Panda arrive, presque quatre ans après le précédent. À l’instar de la franchise Dragons, le panda aime prendre son temps, et ça ce voit, vu la qualité de chaque film. Ce nouveau long-métrage honore cette tendance et offre une expérience assez mémorable, avec des personnages qui évoluent et des thèmes qui visent tous les âges.
Le troisième film est assez attendu par les petits comme les grands, bien que beaucoup craignent qu’il ne soit le chapitre de trop. Voici notre verdict… avec les spoilers tenus au minimum, bien sûr.

kung-fu-panda-affiche

Et re-belotte… ou presque

Po est de retour, et il est assailli de doutes. “Encore !” me direz-vous, mais de manière assez surprenante, le nouveau chapitre des aventures du Kung Fu Panda parvient une nouvelle fois à faire évoluer le personnage. Au début du film, Po est très (trop?) sûr de lui, fort de sa victoire contre le maléfique Seigneur Shen.
Cependant, son train-train agréable va se retrouver perturbé de plus d’une manière. Et ces épreuves sont les plus dures qu’il ait jamais eu à affronter. D’ailleurs, la franchise finit par abandonner les efforts “simples” de la discipline du Kung Fu, pour partir presque complètement dans la magie et le spirituel. On en trouverait presque un schéma de Shônen (manga d’action, dans lequel les protagonistes avancent en affrontant un ennemi à chaque fois plus fort, et ce, tout le long du scénario).

Un humour à la fois potache et subtil

kung-fu-panda-3-village

Ces aventures sont de nouveau bercées par l’humour classique qui est devenu la signature de ces films. L’écriture s’est d’ailleurs clairement affinée par rapport aux deux derniers opus. Les blagues sont souvent récurrentes (et vont dans ce cas en crescendo), et plutôt subtiles. Elles ont fait s’esclaffer plus d’une personne dans la salle, quelque soit l’âge. Après, il est clair que l’humour n’est pas non plus à un niveau qui vous pliera en quatre sur votre siège.
Toutefois, celui-ci n’est jamais vraiment utilisé en vain. Chaque blague ou presque, vient nourrir le caractère des personnages. Elles s’équilibrent en plus, très bien avec les moments plus sérieux et/ou dramatiques.

En mettant plusieurs pandas en scène, les réalisateurs et scénaristes ont pris le risque de tomber dans la surenchère. Ils évitent cependant le piège avec brio, ce qui donne lieu à des scènes assez délirantes. Des pandas catapultés dans le ciel, ça vous tente ?

L’équilibre entre la famille et “soi”

kung-fu-panda-3-1920x1200-po-family-7123 (1)

La famille, c’est aussi dur à équilibrer qu’un plat de nouilles sur un doigt. C’est d‘ailleurs l’un des thèmes majeurs de ce film qui, de façon relativement moderne, aborde la question des familles déchirées et recomposées. De manière tout à fait subtile, on voit même sous nos yeux naître une famille avec deux parents du même sexe. Si, si, ce n’est pas dit à haute voix mais je maintiens.

Un autre thème qui parlera aux adultes, est celui des bienfaits de la paresse. De stopper parfois ses efforts, pour souffler et simplement profiter de la vie. Les passages qui vont dans ce sens sont d’ailleurs très “Hakuna Matata”, sans être pointés d’un doigt accusateur par le film, au contraire.

Les amitiés même si elles sont présentes, en sont presque reléguées au second plan. Sur les Cinq Cyclones, seulement un est véritablement mis en valeur. D’ailleurs, ce petit zoom sur le personnage en question, le rend je trouve, bien plus intéressant et attachant.
Pour ce qui est de la morale, elle est multiple. Elle reprend en partie celle des précédents titres et la pousse un peu plus loin. Elle prône l’accomplissement et la découverte totale de soi.

Kung Fu Panda Apocalypse

kai

Pour l’antagoniste, Kaï, je dirais qu’il est l’enfant que Kratos (protagoniste du jeu God of War) aurait pu avoir avec Shendu (le dragon aux talismans du dessin animé Jackie Chan) et un boeuf. Je vous laisse un instant pour digérer cette image.
Bref, vous l’aurez compris, le vilain méchant est un gros bourrin.

Le film ne cherche pourtant pas à le prendre au sérieux. Rappelons que dans les précédents opus, les deux antagonistes sont relativement impressionnants, chacun à leur manière. Tous deux sont parfois tournés en dérision certes, mais ils ont aussi leurs moments “incarnation du mal”. Dans le deuxième film, le réalisateur est même parvenu à rendre un paon intimidant, ce qui mérite franchement des applaudissements. Au niveau impact sur le héros, Kaï ne touche cependant pas aussi personnellement Po que l’a fait le Seigneur Shen.

Dans Kung Fu Panda 3, contrairement aux précédents titres, le méchant est tourné en ridicule dès que possible. C’est d’ailleurs un contraste plutôt réussi avec le grand sérieux du personnage. C’est au final lorsque Kaï est absent qu’il est le plus terrifiant. La menace qu’il représente est omniprésente tout le long du film et la peur qu’il cause aux protagonistes comme aux personnages secondaires, est palpable.

Une très belle fresque

kung-fu-panda-fresque

Visuellement, le film offre un panel assez varié. Les images de synthèse sont plus travaillées que jamais (le détail des poils des pandas peut paraître anodin, mais reste impressionnant). Les personnages bougent de manière fluide, ce qui aide énormément les scènes d’actions et même, la comédie. Pas grand chose de changé sur ce dernier point certes, mais tout passe au niveau supérieur.
La 3D se mêle avec des scènes de montage format BD, bien plus présentes dans cet opus. Ces passages peuvent ne pas plaire, mais les efforts et le dynamisme insufflés dans leur style sont indéniables. Ce film est beau. Point barre. Tout le long d’ailleurs, faites attention à l’évolution du ciel : celui-ci illustre très bien l’ambiance à chaque scène. Lors du climax, le film se lâche complètement au niveau du visuel, nous offrant une explosion de couleurs, de détails, de mouvements et d’effets de lumière.

Pour la musique, celle-ci accompagne très bien l’action. Hans Zimmer est de retour pour la composition, qui ajoute une part d’enchantement au réçit. Rien à y redire, bien qu’il n’y ait pas non plus grand chose de transcendent à ce niveau.

Everybody’s kung fu fighting ! ♫

po-cinq-cyclones-maitre

Si vous avez aimé les deux premiers films Kung-Fu Panda, celui-ci vous plaira. Peut-être même le trouverez-vous supérieur aux autres, sans pour autant dépouiller les précédents de leur mérite.
Le film est beau, drôle, émouvant, aborde des thèmes qui parleront à tous, bien que les adultes soient ici un peu plus servis qu’auparavant (vive la paresse).

Il n’a pas été précisé si cet opus serait le dernier. Les dernières scènes ont cependant un goût de fin de saga.
Kung Fu Panda 3 a en tout cas gagné son pari et prouve qu’une trilogie peut être réussie sans vilain petit canard pour ternir son image. Le film n’est pas parfait, mais est fortement recommandé à ceux qui ont apprécié les deux premiers volets.