Critique

[Critique] Lego Batman

Cinéma

Par Pierre le

Trois ans après le film Lego, la licence revient sur les écrans avec un long-métrage dédié au seul et unique Batman. Un spin-off qui reprend la même formule à la lettre, sans sortir des jalons posés par la première aventure.

lego Batman 1

I’M BATMAN !

Batman vit tout seul sur sa bat-île, isolé du reste de Gotham dans sa bat-cave. Il passe son temps dans son bat-peignoir à regarder des bat-films dans son bat-cinéma et à manger des bat-homards. Sa seule raison de vivre ? Combattre les méchants et sauver la ville quand c’est nécessaire. Mais la retraite du commissaire Gordon couplé au nouveau plan diabolique du Joker va complètement bousculer sa vie. Alors que Phil Lord et Chris Miller se sont chargés de lancer la licence sur grand écran, c’est Chris McKay (Robot Chicken) qui se charge de donner une aventure solo au Batman incarné par Will Arnett.

Les décors fourmillent de détails
Les décors fourmillent de détails

On prend les mêmes…

Le film Lego Batman n’est pas fondamentalement différent de la première itération Lego au cinéma. Ainsi, la même technique d’animation est utilisée, à grand renfort de 3D pour donner l’impression que les briques Lego prennent vie sous nos yeux. De même, l’humour reste dans le même ton, tout comme l’écriture.

Les fans ne connaîtront pas la surprise de voir l’univers Lego prendre vie, comme cela à été le cas dans le premier film. En réalité, Lego Batman n’apporte même pas grand-chose à la licence, si ce n’est une aventure agréable et surtout quelques éclairs de génie, hélas trop rares. Sans être un mauvais film, loin de là, Lego Batman échoue juste là où son prédécesseur avait réussi : nous surprendre à chaque minute.

La Bat-family est au grand complet
La Bat-family est au grand complet

Na na na na na na na na na BATMAAAAAAN

Néanmoins, Lego Batman arrive à nous surprendre quelques fois grâce à des vannes ou des répliques bien placées. Film centré sur un super-héros, le film ne perd jamais une occasion de se moquer du genre. C’est d’ailleurs sur ce point qu’il est le meilleur. L’autodérision débute d’ailleurs avant même le film dans une introduction très bien pensée.

Certains séquences impressionnent par leur détail
Certains séquences impressionnent par leurs détails

Les fans de Batman seront aux anges concernant le nouveau film du héros. Toujours dans un esprit d’autodérision, le Batman de Will Arnett n’hésite jamais à faire des références à ses prédécesseurs (films ou dessins animés), allant même jusqu’à ce moquer de certaines productions précédentes.

Ajoutez à cela une myriade de petits détails cachés dans les décors qui font référence à l’univers DC et vous avez une épopée orgiaque pour les fans. Les profanes, eux, ne verront pas forcément les clins d’œil. Mais Lego Batman reste assez intelligent pour balancer des références connues de tous, ne venant pas forcément de l’univers Batman.

Le Joker est de la partie... avec tous les méchants de Gotham !
Le Joker est de la partie… avec tous les méchants de Gotham !

Lego Batman est donc mené tambour battant comme le premier film. Néanmoins, il n’échappe pas à quelques trous d’air, notamment en milieu de film, qui ralentissent le rythme. De même, on regrettera un quatrième acte un peu convenu et pas forcément aussi intelligent qu’on pouvait s’y attendre.

Verdict

Bouts de chou, fans de Batman, profanes, tous trouveront leur compte dans ce Lego Batman, maîtrisé jusqu’au bout des batarangs. Sans vraiment surprendre, le film de Chris McKay nous fait passer un bon moment, tout en se payant le luxe de pratiquer une auto-dérision constante.