Critique

[Alors, on regarde ?] Super Dragon Ball Heroes, de la publicité à regarder d’un seul œil

Série

Par Mathieu le

Annoncée en mai dernier, la « série » Super Dragon Ball Heroes a eu droit à son premier épisode hier au Japon. La réticence était de mise pour cet animé promotionnel. Nous avons tout de même jeté un œil à ses débuts. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils étaient courts. À peine neuf minutes, c’est la durée de ce premier acte, loin, très loin de la qualité de Dragon Ball Super. C’est vous dire. Attention, cette petite critique spoile largement le premier épisode.

Entre incohérences et incompréhensions

Tout débute sur la planète Birusu-Sei où vivent Beerus et Whis. Gokû et Vegeta s’entraînent durant une timeline inconnue. Miraï-Trunks (ou Trunks du futur) est censé être lui aussi présent à cet entraînement. Maï, également revenue dans le passé, court et vient prévenir nos héros que le jeune saiyan a disparu. On ne sait pas ce qu’elle fait là, et encore moins comment elle a pu arriver sur cette planète. Mais passons. Ni une, ni deux, Vegeta et Gokû s’empressent de rejoindre la planète Prison, aiguillés par un mystérieux Fuu arrivé ici, à l’instar de Maï, dans des circonstances plus que suspectes. En moins de deux minutes, on est donc passé d’une situation assez classique (entrainement des deux grands héros de la franchise) à un événement très étrange et mal amené. On commence à avoir peur.

“Bonjour, je suis méchant”

À peine leurs pieds posés sur cette fameuse planète Prison, Maï, Gokû et Vegeta voient arriver un étrange personnage, au loin. On reconnait rapidement sa silhouette, c’est bien un autre Gokû. Celui-ci affirme « venir d’une autre dimension » et être un « Patrouilleur du temps » (Time Patroller en version originale, que l’on connait via les jeux Xenoverse). Fuu revient et l’on comprend que c’est lui l’investigateur de toute cette situation. Sans que l’on comprenne pourquoi, Xeno Gokû (ou Gokû Super Saiyan 4) et Gokû dans sa forme Blue commencent à s’affronter. On comprend alors qu’il est impossible de s’échapper de la planète Prison qui est entièrement scellée. Après un double KaMeHaMeHa, les esprits se calment et les deux compères finissent par tenter d’éclaircir la situation.

Ajoute des méchants, ça va le faire

Fuu annonce « rassembler des guerriers puissants de différents univers pour les faire combattre entre eux pour toujours » avant de préciser « si vous voulez vous échapper, vous devrez réunir les Dragon Ball que j’ai données à d’autres guerriers ». Déjà en possession d’une boule de cristal, Goku, Xeno Gokû, Vegeta et Maï s’apprêtent alors à affronter au moins six autres adversaires. Fuu, qui est retourné dans une salle secrète, en profite pour analyser la rencontre entre Trunks, qui vient de se réveiller, et Cooler, le frère de Freezer. Il explique à un mystérieux personnage présent derrière lui que « ce sera bientôt son tour ». Il s’agit en réalité du Saiyan maléfique, dont l’apparence fait penser à un mélange entre Gokû et Broly. L’épisode se termine tandis que la suite est déjà annoncée pour le lundi 16 juillet au Japon.

Le Saiyan maléfique

Comment réagir à ce Super Dragon Ball Heroes ? Il faut bien l’avouer, ne serait-ce qu’en découvrant la durée de ce premier acte, il n’est pas prévu que cet animé concurrence ou soit de la même qualité qu’un show comme Dragon Ball Super. Le but est tout autre : faire la promotion du jeu Dragon Ball Heroes, améliorer son image à l’international et convaincre de nouveaux joueurs. Le problème, c’est qu’il était annoncé « un combat de taille » entre Gokû et Xeno Gokû. Et même là, c’est la déception. À peine quelques coups, un KaMeHaMeHa et… c’est tout. Toute l’intrigue est incohérente, tout comme la présence de personnages ou les décisions de certains autres (à quel moment Whis et Beerus acceptent qu’un étranger vienne tranquillement sur leur planète ?).

Jeu vidéo grandeur nature

Côté chara design, c’est bien Yukihiro Kitano, qui a déjà travaillé sur les pires épisodes de Dragon Ball Super, qui est à la baguette. Pas étonnant que les animations soient d’une qualité plus que banale et que les traits de certains personnages soient grossiers. En ce qui concerne le scénario, il reprend trait pour trait le script du jeu vidéo tout en essayant de lui apporter un minimum de consistance, animé oblige. Mais ce n’est guère passionnant. Fuu fait déjà partie des ennemis à jeter à la poubelle tandis que le Saiyan maléfique intrigue un petit peu plus. Reste des doublages réalisés avec les voix officielles et un lien étroit avec le jeu vidéo qui peut être intéressant pour peu qu’il sorte un jour dans nos contrées.

Selon les derniers retours, Super Dragon Ball Heroes pourrait donc avoir droit à un épisode toutes les deux semaines, d’une durée de neuf minutes. Il ne devrait pas y en avoir beaucoup (moins de dix) puisque le but est de faire combattre Gokû et Vegeta un nouvel ennemi chaque semaine. Certains affirment même que l’épisode du 16 juillet sera le dernier. Si cela est peu probable, reste qu’il ne faut pas attendre grand-chose de cet animé promotionnel et qu’il faut le prendre comme il est, à savoir une publicité géante pour un jeu vidéo auquel on ne jouera peut-être jamais.

Notre avis

Alors, on regarde Super Dragon Ball Heroes ? La réponse est non si vous êtes un grand fan de l’œuvre d’Akira Toriyama. Si jamais vous êtes trop en manque de nouveautés et que vous comptez importer les jeux Dragon Ball Heroes ou que vous collectionnez les cartes, pourquoi pas. Sinon, passez votre chemin et attendez le mois de décembre avec l’arrivée du long-métrage Dragon Ball Super, qui devrait relever un tant soit peu le niveau.