Critique

[Alors, on regarde ?] The Walking Dead Saison 9 : des changements inefficaces… pour le moment

Série

Par Mathieu le

The Walking Dead va mal. La série inspirée du comics de Robert Kirkman ne fait plus autant frissonner les téléspectateurs et ses audiences s’en ressentent (20 millions de personnes en moyenne devant la saison 5 pour seulement 11,5 millions l’année dernière). Si le show reste un classique très attendu par les fans, force est de constater qu’AMC se doit de changer les choses. Est-ce réussi pour ce premier acte de la saison 9 ?   NB : Cette critique contient d’importants spoilers révélant une partie de l’intrigue du premier épisode de la saison 9.

Des changements, vraiment ?

Scott Gimple, le showrunner de The Walking Dead depuis plusieurs années a été remplacé par la scénariste Angela Kang. Un choix nécessaire pour relancer l’intrigue qui commençait doucement, mais surement à tourner en rond. Il y a peu, on apprenait même qu’Andrew Lincoln, le protagoniste principal du show, allait partir à l’issue de la neuvième saison. Une décision étrange, surtout lorsqu’on sait que Lauren Cohan est elle aussi annoncée sur le départ. Mais ces choix ont-ils porté leurs fruits dès ce premier épisode ? Malheureusement non, a-t-on envie de répondre d’emblée.

Ce début de saison 9 repart sur des bases similaires à ce qui a été réalisé l’année dernière. Alors que Negan n’est plus à la tête des Sauveurs et que notre groupe est désormais séparé entre les différentes factions de survivants (Maggie à la Coline, Carol au Royaume, Rick à Alexandria et Daryl chez les Sauveurs), c’est bien l’Homme qui prend le dessus sur le rôdeur. Les tensions entre les survivants, les différences d’idéaux, la violence face à la paix…autant d’éléments qui sont encore et toujours mis en avant. Alors qu’on aurait apprécié un changement de ton, un nouveau virage dans la façon de mettre en scène et de conter une histoire, ces premières minutes donnent l’impression de repartir sur des bases similaires aux années passées.

Mise en place

Bien évidemment, il paraissait ardu de révolutionner une recette en seulement un épisode. Il faut alors s’accrocher aux quelques nouveautés de ce premier acte. Rick parait plus torturé que jamais et doit faire face, pour la première fois, à des tensions au sein même de son groupe, face à ses alliés de toujours. Maggie a pris du galon et n’est plus simplement un bon petit soldat, mais bien un leader qui veut faire dicter sa loi. Daryl est en désaccord avec Rick, son ami le plus proche et n’hésite pas à le faire savoir. Carol, quant à elle, est désormais en couple avec Ezekiel, une surprise qui n’en est finalement pas vraiment une.

On ressent que cette petite heure n’a pour but que de poser les bases sur lesquelles la neuvième saison va se monter. Negan n’est pas mort et risque bien de jouer son rôle de trouble-fête jusqu’au bout tandis que Rick, qui va devoir faire face à ses démons, va quitter la série d’une manière ou d’une autre. Il faut avouer que beaucoup d’éléments ont été annoncés durant les derniers mois. Déjà, on aimerait savoir à qui appartient l’hélicoptère que l’on a pu apercevoir à plusieurs reprises la saison dernière. Ensuite, connaitre le rôle exact et futur des Whisperers, ce groupe de survivants d’un genre nouveau qui porte la peau des morts-vivants pour avancer au milieu d’eux et s’en servir. Enfin, comprendre ce que mijotent Daryl et Maggie qui ont l’air de ne plus être en phase avec l’homme qui était, et n’est visiblement plus, leur guide.

Maggie n’est plus la même femme qu’il y a quelques années.

Du neuf avec du vieux

Ce premier épisode est aussi l’occasion d’en finir avec Gregory, l’insupportable ancien chef de la Coline qui a tenté un dernier coup bas face à Maggie. C’est d’ailleurs une scène marquante que de voir la jeune maman décidée à faire pendre cette figure emblématique devant les autres membres de sa faction. Autre point intéressant : l’aspect cohésion est lui aussi beaucoup présent. Au-delà du partage « équitable » des provisions entre les quatre groupes (les Sauveurs n’ayant presque plus de vivres pour se nourrir), on remarque que Daryl et Eugène dirigent un autre groupe afin de créer de l’éthanol dans le but de remplacer, à terme, l’essence. Il devrait s’agit d’une nouvelle ressource très importante qui aura un rôle à jouer dans les négociations futures entre chaque clan.

Réalisé par Greg Nicotero, qui officie sur The Walking Dead depuis la seconde saison, ce premier épisode impose rapidement un rythme décousu, mais très certainement souhaité par l’auteur. La première scène, qui donne quelques sueurs au spectateur, est vite oubliée pour se concentrer sur le plus important : le sort qui attend Rick et les choix que les divers héros du show vont devoir faire pour répondre à leur propre ambition.

Notre avis

Alors, on regarde le neuvième acte de The Walking Dead ? On est tenté de dire oui, plus par curiosité qu’affection. Si ce premier épisode ne tranche pas avec les défauts des dernières années, reste qu’il n’est qu’un prélude à tout ce qui est censé se dérouler durant les prochaines semaines. On peut donner une dernière chance à la série de Robert Kirkman. Espérons simplement que c’est un bon choix.