Critique

You vs Wild : on a testé la série interactive de Netflix (et tué trois fois Bear Grylls en 2 épisodes)

L'avis du Journal du Geek :
Série

Par Julie Hay le

Après Black Mirror : Bandersnatch, Netflix se lance un peu plus dans les contenus interactifs et propose aujourd’hui You vs Wild. Présentée et incarnée par Bear Grylls, l’émission propose à tout à chacun de devenir aventurier.

Vous êtes bien au chaud ? Prenez un bon café et plongez avec Bear Grylls au cœur de l’Amérique du Sud. Votre première mission, si vous l’acceptez, aider une docteure à livrer des médicaments pour des villages isolés. La jeune femme s’est perdue, à vous de la trouver. Si l’aventurier a reçu des personnalités comme Barack Obama et Jake Gyllenhaal, le héros aujourd’hui, c’est vous. Par le biais de 8 aventures, Bear Grylls fait le pari de vous en apprendre un peu plus sur la nature. Faites les bons choix, sa vie en dépend.

Pas question pour Bear Grylls d’emprunter le col de la Marmotte, lorsqu’il skie, l’aventurier le fait à flanc de falaise.

Dès le début, le ton est donné, c’est vous qui décidez de la tournure que prennent les événements. Vous avez le choix entre emporter un grappin ou vous munir d’un lance-pierre. Grylls se charge de vous donner religieusement les avantages de chaque choix. N’y cherchez aucun indice, le but de l’expérience est apprendre de ses erreurs.

L’aventure dont vous êtes le héros

Dans le premier épisode, que l’on a fait deux fois, vos décisions influent directement sur la durée. Avec environ 18 minutes par aventures (certaines sont en deux chapitres) et une nouvelle intrigue à chaque fois, la mécanique se répète à chaque obstacle.Vous avez tout de même intérêt à être rapide puisque votre décision doit être prise en 10 secondes. Un temps parfois trop court pour que l’on puisse peser le pour et le contre.

Dans des lieux hostiles, vos choix sont primordiaux. Grylls parcourt le monde et vous êtes du voyage. L’aventurier vous emmène dans divers endroits allant de l’Amérique Centrale à la Suisse, en passant par les Canyons Américains. Il faut avouer qu’après avoir mis notre aventurier dans des situations inconfortables, on commence à prendre un peu de plaisir à le voir réussir. Si nos choix influent sur l’intrigue et arrêtent complètement l’expérience, certains nous font faire des détours inutiles.

Vous avez 10 secondes pour faire votre choix

Pour ceux qui souhaitent jouer les aventuriers, la série a l’avantage de tester votre instinct naturel dans la chaleur et le confort de votre appartement. L’aventure, qui s’adresse aux enfants à partir de 7 ans, ne fait pas dans le sensationnel. Bear Grylls ne vous demandera pas de choisir entre un œil d’un Yak ou les testicules d’une chèvre, mais se contentera de vous demander le chemin à suivre.

I’m a survivor

Si l’intrigue du premier épisode nous capte assez facilement, on se lasse rapidement de sa forme hybride. Entre le jeu et le documentaire, la série peine à trouver sa voie et on se retrouve à se demander si tout cela à bien un sens. You vs Wild se retrouve confronté à un problème technique, la création de la narration est tellement compliquée et longue que le format est irrémédiablement court.

Une intrigue étalée sur plusieurs épisodes et plus scénarisée aurait peut-être sauvé le tout. La série n’assume pas sa dimension fictionnelle et c’est bien dommage. Si on sursaute les premières fois que notre héros se retrouve confronté à des difficultés, la possibilité de revenir en arrière fait tomber la pression comme un château de cartes. Pour ce qui est de l’esthétique de la série, les plans des paysages sont impressionnants, même si dans le feu, de l’action, l’image tremblote parfois. On ne peut pas s’empêcher d’avoir une pensée émue pour le cadreur, qui a du suivre Grylls dans toutes ses aventures, sans jamais avoir voix au chapitre.

Grylls s’octroie quand même un petit festin.

Jungle Master Class

Bear Grylls, avec son programme joue sur l’aspect ludique et en fait un argument de vente. La difficulté n’augmente pas à chaque épisode mais les expériences passées peuvent donner des éléments de compréhension pour les futures aventures. Après plusieurs épopées, le constat est sans appel : les enfants sont le cœur de cible. Si la série divertira les adultes, elle n’a pas le spectaculaire de Man vs Wild. On imagine tout de même faire que faire le jeu à plusieurs, corsera un peu la chose et engendrera des débats plus ou moins animés.

You vs Wild est actuellement disponible sur Netflix.

Notre avis

Avec son programme Netflix fait un pas de plus dans l’interactivité. Si Bandersnatch séduisait par sa forme et son fond, You vs Wild divertit le temps d’un épisode, mais ne convainc pas. Le premier épisode est intéressant, mais la mécanique lasse rapidement. La forme hybride entre le jeu et la téléréalité, a raison de l’implication du joueur. La série pourra tout de même intéresser les plus jeunes qui rêvent de partir à l’aventure. La série est ludique sans être novatrice.

L'avis du Journal du Geek :

19 réponses à “You vs Wild : on a testé la série interactive de Netflix (et tué trois fois Bear Grylls en 2 épisodes)”

  1. Franchement cet article est juste honteux. Je n’avais pas remis les pieds sur le JdG depuis des années, je comprends pourquoi. You vs Wild est d’une nullité sans borne, entre les choix sans aucune conséquence, lles histoires nulles, les effets spéciaux et Bear qui fait semblant de se noyer dans des flaques d’eaux, c’est extrêmement gênant. Autant que cet article / pub.

  2. Un article / pub ? Autant s’ils avaient encensé la série j’aurai compris l’agacement, mais là… Ils expriment clairement un avis plutôt négatif donc je ne vois pas l’aspect publicitaire mentionné o_O ? 
    Cher Patrick, vous devriez vous détendre un petit peu, à voir le mal partout vous allez finir avec un ulcère 🙂

  3. franchement j’adore Bear mais la horrible cette série interactive, repetitive, mal monté, et ca ressemble bien plus a Dora l’exploratrice que man vs wild

  4. De la pub, vraiment ? Mais ne ne comprends pas, je croyais que quand on faisais de la pub pour quelque chose, il fallait être positif… étrange ! La critique que je lis est plutôt nuancée… Ce commentaire est du crachage de venin pur et simple… M’enfin…

  5. C’est vrai que c’est pas terrible mais Julie est bonne alors on lui pardonne cet article de très bonne mauvaise facture.

  6. Bah Bandersnatch n’avait aucun fond non plus =/ il avait le mérite d’avoir une réal exceptionnelle mais il ne se passait absolument rien et n’amenait aucune réflexion post-watching. Le format interactif c’est rigolo mais pour le moment y’a aucun contenu qui ne lui donne une perspective d’avenir.

  7. Contrairement à ton commentaire sexiste/insultant/condescendant qui n’a aucun autre intérêt que te donner 5 secondes d’érection égocentrique, tout en n’assumant pas assez ce que tu dis pour afficher ta véritable identité (Ane Onymous, ça pense avoir de l’humour en plus). Bravo, tu es un magnifique être humain.

  8. Visiblement ce n’était pas suffisant pour t’étouffer, mais rien d’étonnant compte tenu que tu es une bonne grosse pompe à ******* />Ce n’est pas tant d’énergie quand elle est utilisée au service du plus grand nombre.

  9. D’accord. Et sinon à part ça, qu’est ce qui est arrivé de dramatique dans ta vie pour que ton plaisir personnel se résume à être un gros rageux sur internet ?

  10. Ah, Monsieur ne comprend donc pas le français ?
    Je t’engage à relire le premier commentaire en t’équipant d’un dictionnaire pour chercher les mots que tu ne comprends pas.
    Prêter un vie à quelqu’un en y faisant vivre ses propres fantasmes relève très largement de la schizophrénie. C’est une maladie de plus en plus répandue de nos jours.
    Peut un être es tu un fumeur d’herbe régulier ? 
    Je peux te conseiller des confrères spécialistes dans ce domaine.
    Ça ne se soigne pas mais au moins tu seras pris en charge et tu feras partie des statistiques.
    Cette belle société qui empêche la sélection naturelle de faire son travail. C’est tout de même dommage n’est-ce pas ?
    Tu sais au moins pourquoi tu te lèves le matin ?
    En tous cas, c’est une belle contribution que tu apportes à l’humanité ici.

  11. Ce qui est dommage c’est de voir quelqu’un qui écrit plutôt bien et qui a de la créativité utiliser ses talents pour ça =/ je pense sincèrement que ça cache des problèmes d’érection ou de confiance en soi mais c’est quand même triste.

  12. Genre ! On apprends des choses ??? J’adore l’épisode ou Bear ce fais attaquer par un loup … 
    Les loups n’attaque pas l’homme et ils n’aboient pas …  dommage on repasse sur Man vs wild

  13. Les loups aboient moins que les chiens mais ils aboient… renseignes toi…… Les loups attaquent l’homme selon certains facteurs ; – la rage, ils ne gardent pas la bactérie produite par la rage dans leur corps, ils en souffrent uniquement , la rage est responsable de la plupart des attaques des loups contre l’homme.
    – les habitudes, les loups n’ont plus peur des hommes surtout en Amérique du Nord, car ils associent les hommes à la nourriture. Chez les ours on connaît bien les conséquences de cela.
    – la provocation le loup se sent attaqué, il attaque pour sa survie..
    – la situation sociale ambiante extrême la destruction de son habitat, l’absence de proie font que les loups se rapprochent des habitants. Bref donc ce n’est pas impossible memm si cela est rare , c’est possible….

  14. Les choix sans conséquence ??? Tu veux qu’il crève ? Y a pas d’effets spéciaux vu qu’il le vit…une flaque d’eau alors qu’il a la jambe enfoncée jusqu’à la hanche ? Pertinent au sens ironique bien sûr…

  15. Non, les loups n’aboient pas …   Il y’a jamais eu d’attaque de loups sur l’homme.. renseigne toi… Jamais il n’a mangé de petit enfants… Regarde la situation du loups en France si tu en croise bravo à toi c’est impossible… un Loup sent a plusieurs km et il très farouche. Donc quasi impossible… On a des renard en ville c’est pas pour autant qu’on des attaques… 
    Et puis ça vas y’a une différence de taille entre un loup et un chien (et pas que …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *