Dossier

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les sexbots (sans jamais oser le demander)

Robots

Par Amandine Jonniaux le

Bien loin des poupées gonflables inertes et informes de l’imaginaire collectif, les “sexbots” nouvelle génération s’offrent aujourd’hui des cerveaux à la pointe de la technologie. Alors que la promesse d’un monde où robots et humains cohabitent en parfaite harmonie se généralise, où en est l’industrie de la poupée-robot sexuelle aujourd’hui ?

Crédits : X-Dolls via Facebook

“Si ça existe, il y a un porno pour ça”. La règle 34 imaginée par Peter Morley-Souter n’échappe pas à l’explosion des objets intelligents et connectés. Alors que les robots nous assistent aujourd’hui dans la médecine, l’industrie ou la vie quotidienne, ils pourraient bien, à l’avenir, nous satisfaire sur le plan sexuel. Si les poupées gonflables n’avaient, à l’époque rien de très excitant, leurs créateurs utilisent désormais la science et les nouvelles technologies pour les rendre de plus en plus réalistes, et surtout de plus en plus intelligentes.

“Dans 10 ans, on aura des robots sexuels chez soi, comme on a des micro-ondes aujourd’hui” – Douglas Hines à Reuters

Plus qu’une simple poupée inerte, le sexbot affiche une sexualité consentante, et surtout démonstrative. À San Marcos aux USA, Matt McMullen a commercialisé en avril 2017 Harmony, un modèle ultra réaliste de poupée sexuelle de la marque RealDoll capable de tenir plusieurs positions sexuelles, et même “d’avoir un orgasme”. Selon la société, la poupée aux mensurations de Barbie fruit de 20 ans de recherche réagirait aux stimulis extérieurs et serait dotée de capacités d’apprentissage.

Sextoy ou partenaire ?

Si les sexbots ont évidemment pour but premier de satisfaire leur propriétaire sur le plan sexuel, les acteurs du secteur tentent d’élargir leur capacités, afin d’en faire des partenaires de vie. Une application permet par exemple de créer de toutes pièces le caractère fantasmé de la love doll Harmony. Capable de se souvenir de la date d’anniversaire de son propriétaire, de tenir une conversation, de citer Shakespeare ou d’afficher un comportement jaloux, le sexbot simule de manière toujours plus réaliste les relations humaines.

“Je veux créer quelque chose d’interactif qui va vraiment exciter un humain sur le plan émotionnel et intellectuel, au-delà du physique” – Matt McMullen, fondateur de RealDoll

Rick and Morty S01EP07 – Crédits AdultSwim

Bien plus onéreuses et encombrantes qu’un simple sextoy, les poupées sexuelles robotisées veulent apporter à leur propriétaire une s(t)imulation intellectuelle et émotionnelle qui irait au-delà de la masturbation. Présentées en 2010 à Las Vegas, les dolls imaginées par TrueCompanion ont chacune leur propre “personnalité”. De son côté, la love-doll Samantha, imaginée par Sergio Santos pour la marque Syntha Amatus intègre une véritable phase de séduction. Pour espérer avoir un rapport sexuel avec la poupée, son utilisateur devra au préalable la séduire et la satisfaire.