Dossier

Battle for Azeroth : pourquoi la Horde et l’Alliance se détestent autant ?

Jeux-Video

Par Partenaire le

Alors que la paix semblait revenue depuis quelques années entre la Horde et l’Alliance dans World of Warcraft, l’extension Battle For Azeroth à venir le 14 août prochain met de nouveau en avant l’éternel conflit entre les deux factions. Pourquoi la guerre éclate-t-elle si peu de temps après avoir sauvé Azeroth, alors que toutes les races se sont unies en un front commun face au titan noir Sargeras ? C’est ce que nous vous détaillons dans ce dossier qui revient sur l’histoire de World of Warcraft et les grands événements qui l’ont marquée.

Des origines de l’univers à la fin de la Légion

Si l’histoire de Warcraft se déroule principalement sur Azeroth, il faut savoir qu’il ne s’agit pas de l’unique planète de cet univers. Les titans, des entités astrales capables de façonner, créer et détruire plus ou moins tout ce qui se trouve dans le cosmos, veillent sur la prospérité de l’univers. Parmi eux se trouve Sargeras, le titan noir, le plus puissant des membres de ce Panthéon. C’est donc lui qui est en charge d’endiguer tout ce qui peut menacer l’harmonie de ce monde. Rendu fou par ses innombrables batailles face aux forces obscures (les seigneurs du Vide), il se désolidarise du Panthéon et crée la Légion Ardente. Principalement composée des démons qu’il avait combattus et emprisonnés pendant des millénaires, cette Légion lui permet de mener à bien sa croisade, qui ne consiste ni plus ni moins qu’à purger l’univers de toute vie afin que plus rien ne puisse être corrompu par les seigneurs du Vide.

S’il vient à porter son regard sur Azeroth, c’est parce que cette planète est infestée de Dieux très anciens, des entités maléfiques qui corrompent tout ce qu’ils touchent. Sargeras se fixe alors pour mission de détruire ce monde, mais il est repoussé et banni, ce qui l’empêchera de mettre à nouveau le pied sur cette planète. Il attendra pas moins de 10 000 ans avant de revenir pour semer les graines qui donneront naissance à la fameuse Première Guerre.

Lors de sa croisade, le titan noir a visité des centaines de mondes. Parmi eux se trouve Draenor, une planète sauvage qui abrite une race de puissants guerriers : les orcs. Conquérants dans l’âme, les orcs suivent toutefois un code d’honneur et ne trouvent pas de gloire à attaquer les plus faibles. Sargeras arrive pourtant à les soumettre en leur faisant boire le sang d’un démon supérieur, leur promettant ainsi une puissance décuplée, mais leur cachant la terrible haine et soif de sang qui les animera par la suite. Pour utiliser cette nouvelle arme déchaînée, il utilise les pouvoirs du démoniste Gul’Dan sur Draenor, et ceux de Medivh sur Azeroth, afin d’ouvrir un Portail sombre entre les deux mondes. Très rapidement, c’est une horde assoiffée de conquêtes qui foule le sol d’une Azeroth en paix depuis bien longtemps. Et les premiers ennemis des orcs ne seront autres que les humains du royaume de Hurlevent. La Première Guerre éclate, et avec elle, la naissance d’une haine féroce entre ces deux races.

Les événements de la sixième extension de WoW, Legion, correspondent donc au troisième assaut des forces de Sargeras sur Azeroth. Suite à leurs deux premiers passages lors de la Guerre des anciens (-10 000 ans avant l’ouverture du portail sombre) puis plus récemment lors de l’extension The Burning Crusade, les démons ont simplement été repoussés. Dans Legion, l’Alliance et la Horde ont intégré l’Armée de la Lumière afin de repousser et d’exterminer les démons à leur source, sur Argus. Ce n’est qu’après avoir pris d’assaut leur quartier général, Antorus, que les « azerothiens » ont appris la vérité sur l’origine des planètes : ce sont des titans en gestation, encore endormis. L’Armée de la Lumière décide alors de mettre le coup de grâce à la Légion en détruisant l’âme-monde d’Argus en personne, duquel les démons puisent leur pouvoir et peuvent sans cesse revenir à la vie. Voyant ces plans tomber à l’eau, le titan noir Sargeras, dans un dernier élan de folie, plante son immense épée au cœur d’Azeroth, blessant grièvement le titan qui y sommeille.

L’Azérite, nouveau nerf de la guerre

Suite à ce drame, la Horde découvre que la plaie béante de la planète a fait ressortir un minerai duquel émane une grande puissance. L’azérite, de son petit nom, est en fait imprégnée de l’essence du titan même. Il n’en faut pas plus à Sylvanas, chef de guerre de la Horde, pour se rendre compte de son potentiel destructeur. Rapidement informé des plans visant à extraire cette précieuse ressource, le nouveau roi de Hurlevent et leader de l’Alliance, Anduin Wrynn, décide d’empêcher la Horde de s’approprier cette denrée hors du commun. Sur les conseils de ses espions, il envoie des forces armées depuis Darnassus, capitale des elfes de la nuit et unique pied-à-terre de l’Alliance sur Kalimdor depuis la destruction de Theramore. Désormais, tout le monde veut mettre la main sur l’azérite afin de garder l’avantage militaire sur l’adversaire. On s’aperçoit pourtant bien vite que ce fameux minerai sort de terre un peu partout sur Azeroth : chaque camp va donc pouvoir profiter de sa puissance et se poser comme une réelle menace.

Forte de ce constat et désireuse de protéger son peuple, Sylvanas va prendre une décision lourde de conséquences : s’emparer de Teldrassil, berceau de Darnassus, dernier bastion de l’Alliance sur une Kalimdor presque entièrement gagnée à la Horde. Elle est cependant bien consciente qu’il lui sera impossible de prendre la capitale des elfes tant que ses habitants auront assez de volonté pour repousser l’envahisseur. Afin de les briser et de les pousser à la capitulation, elle choisit de prendre en chasse leur archidruide,  Malfurion Hurlorage. Si elle ne réussit pas à se débarrasser de cette figure emblématique de l’Alliance, elle arrive cependant à marquer à jamais ses adversaires en provoquant malgré elle l’incendie, et donc la destruction, de Teldrassil tout entier.

Anduin Wrynn, que l’on connaît comme un roi trop passif, ressemble chaque jour un peu plus à son père depuis sa mort sur le Rivage brisé. Accompagné du vindicatif Genn Grisetête, qui nourrit une haine féroce pour Sylvanas et ses réprouvés, Anduin va mener son armée sous les portes de Lordaeron. Il entame alors le siège du fief des morts-vivants et rend pour ainsi dire la monnaie de sa pièce à la Horde. Au terme d’une bataille acharnée, l’Alliance s’empare de l’ancienne capitale humaine et, par la même occasion, fait prisonnier le Haut Seigneur Saurfang, l’un des généraux de Sylvanas qui semble avoir perdu foi en sa chef de guerre.

La renaissance de Zandalar et de Kul Tiras

De retour à Hurlevent, Anduin et ses conseillers (Genn Grisetête et Jaina Portvaillant principalement) apprennent de la part d’un naufragé qu’une gigantesque flotte de trolls zandalari traverse la Grande Mer. L’Alliance profite de cette information pour capturer Zul, le fameux prophète, ainsi que Talanji, fille du dieu-roi de Zandalar. Il ne fallut pas bien longtemps pour que la Horde comprenne la valeur de ces prisonniers. Sylvanas envoie alors un commando d’élite pour libérer les deux otages, et peut-être s’adjoindre par la suite l’incroyable puissance maritime des trolls zandalari. S’ils n’ont pas pu empêcher l’évasion de leurs précieux invités, les chefs de l’Alliance savent qu’ils doivent réagir rapidement et renforcer leur force de frappe en mer. Jaina Portvaillant, qui est certes une talentueuse archimage, est avant tout la fille du feu Grand Amiral Daelin Portvaillant, ex-dirigeant de Kul Tiras. C’est donc vers sa mère Katherine Portvaillant, gouvernante de Kul Tiras, que Jaina va se tourner, essayant ainsi de rallier à sa cause sa terrible force de frappe navale. Seule ombre au tableau : Jaina a aidé la Horde à assassiner son propre père à l’époque de la construction d’Orgrimmar, et elle va devoir de nouveau gagner la confiance d’un peuple qu’elle a laissé meurtri par la perte de son souverain. Alors que cette course au pouvoir et aux alliances nouvelles occupe pleinement les deux factions, des menaces bien plus inquiétantes restent tapies dans l’ombre, ou plus précisément sous l’océan.

Que ce soit Azshara et ses nagas, ou encore le dernier des Dieux très anciens, N’Zoth, il viendra un moment où Horde et Alliance devront de nouveau s’unir, oublier la Bataille pour conquérir Azeroth, et se tourner vers la Bataille pour sauver Azeroth.