Dossier

Dossier : Comment les camgirls ont révolutionné le monde du porno

Sur le web

Par Malik Cocherel le

On dit qu’elles sont les nouvelles stars du divertissement pour adultes. Certaines camgirls sont même mieux payées aujourd’hui que des actrices X. Comment en sont-elles arrivées-là, à l’heure où le porno se consomme massivement et gratuitement sur les sites de vidéos en streaming ? Pour le savoir, on s’est rendu au Cam Con, l’une des plus grosses conventions de camgirls organisé chaque année aux États-Unis, à l’hôtel SLS de Miami Beach.

Crédit: Malik Cocherel

Pourquoi payer pour voir une camgirl quand la plupart des vidéos pornos sont aujourd’hui accessibles gratuitement sur Pornhub ou YouPorn ? «Les camgirls, ce n’est pas juste du sexe, c’est de l’interaction humaine, explique Darren Press, vice-président de CamSoda. Les filles qui ont le plus de succès sont celles qui sont capables de bâtir une vraie relation humaine avec leurs fans, une relation qui dépasse le cadre du sexe. Le porno gratuit c’est bien, mais en payant, tu peux avoir beaucoup mieux.» 

Le pouvoir des tokens

Si on peut avoir accès gratuitement aux vidéos de camgirls en direct sur CamSoda, Chaturbate et d’autres sites du même type, il faut en effet acheter des tokens, la monnaie virtuelle de référence chez les camgirls, pour pouvoir interagir avec elles. Certains internautes payent même pour avoir une simple conversation avec elles.

Crédit : Malik Cocherel

« Quand je fais de la cam, il est rare que je me déshabille, témoigne Alissa Avni, une New-Yorkaise de 30 ans qui cumule les casquettes de camgirl et actrice porno. Le plus souvent, je ne fais que parler aux gens. Ils ne peuvent pas échanger avec moi quand ils regardent mes vidéos pornos, alors ils en profitent quand je suis devant ma webcam. On parle de tout et de rien. L’autre jour, j’ai gagné 100 dollars pour parler de taux de glycémie avec quelqu’un pendant une heure. Et je n’étais pas nue, je portais un bikini.»

Jeux et sextoy

Les sites de camgirls proposent toutefois des jeux variés afin d’inciter les utilisateurs à consommer des tokens. Sur le site de CamSoda, il est par exemple possible (pour 90 tokens, soit près de 6 €) de prendre le contrôle du sextoy d’une camgirl durant 45 secondes, en réglant à distance la vitesse de son vibromasseur (prévoir un délai de 6 secondes entre la commande et le résultat à l’écran).

«C’est du porno comme tu ne l’as jamais expérimenté, ce n’est même pas vraiment du porno, ça se rapproche plus du sexe selon moi parce que tu interagis avec quelqu’un, commente Darren Press. Il est aussi possible de tourner une roue ou jeter des dés pour commander une action.

« Ce sont des jeux très simples et funs qui aident à briser la glace avec les camgirls. Ce sont les filles qui choisissent les jeux auxquels elles veulent jouer.»

Les sites reversent ensuite une partie du montant payé pour l’achat de tokens aux camgirls. Généralement, c’est du 50-50. Suivant les sites, les filles peuvent aussi toucher un peu plus que la moitié de la somme qui est facturée aux utilisateurs. «On vend nos tokens à peu près 8 cents l’unité, et on paye les filles jusqu’à 5,5 cents par token», explique Darren Press.

2 à 3 dollars la minute pour un « tête-à-tête »

Les camgirls sont libres de fixer leur prix pour ce qui concerne les sessions privées. La moyenne tourne autour de 2 à 3 dollars la minute. Pour ce prix, les «fans» (comme certaines filles les appellent) peuvent s’offrir un moment privilégié «en tête-à-tête» avec leur camgirl préférée, à qui ils peuvent demander quasiment tout ou presque (que ce soit sexuel ou non).

Crédit Malik Cocherel

Ces sessions privées fonctionnent toujours sur le principe de la négociation et les filles sont libres d’accepter ou non les demandes des utilisateurs. La plupart des sites organisent également des concours pour récompenser les camgirls qui font le plus de vues chaque mois. Les primes varient de 2000 $ (1700 €) pour la première à 250 $ (212 €) pour la quatrième. Sur Chaturbate, des primes (de 10 à 5 $) sont également attribuées à l’heure aux filles les plus populaires.

Près de 8500 euros par semaine

Pour les camgirls les plus populaires, le business peut être extrêmement rentable. «On a des filles qui gagnent plus de 10 000 dollars (pas loin de 8500 euros) par semaine», révèle Darren Press de CamSoda. Les stars du milieu, comme Kristin Kavallari, Brandy Grindz, Stoni Ray ou Kiari Marie, pour ne citer qu’elles, peuvent se permettre de ne se filmer que quelques heures par semaine pour gagner des sommes rondelettes. Pour la plupart des autres camgirls, moins connues, cela demande souvent plus de temps.

Crédit Malik Cocherel

«La moyenne, c’est 20 dollars (près de 17 euros) par heure. Les filles ne gagnent jamais moins de 10 dollars (8,50 euros) de l’heure, c’est plus ou moins le minimum salarial», précise Darren Press. Foxi Mochi, une camgirl de 21 ans originaire du Kentucky, s’est lancée en janvier sur Chaturbate, le principal site concurrent de CamSoda, et avoue qu’il n’est pas toujours facile pour elle de décrocher le gros lot. «Je peux rester jusqu’à 12 heures en ligne sans gagner beaucoup d’argent. Mais j’essaye de ne pas me décourager parce que tu peux toujours tomber sur un « Moby Dick », un gros poisson qui peut lâcher jusqu’à 200 dollars (170 euros) en une fois. Pour moi, c’est beaucoup d’argent parce que je débute.»

Douze heures devant la webcam

Allisa Avni connaît bien ce genre d’horaires : “Il m’est arrivée de rester 12 heures de suite devant ma webcam. Je n’ai pas dormi jusqu’à 8 heures du matin, mais ça valait le coup. J’ai gagné 1800 dollars (près de 1530 euros) en une nuit. Aujourd’hui, je me fais beaucoup plus d’argent avec la cam qu’avec le porno.» Mais tout le monde n’est pas prêt à se priver de nuits entières de sommeil, même si ça peut rapporter gros. Certaines filles préfèrent ainsi se tourner vers d’autres modèles moins contraignants – et encore plus lucratifs – que ceux proposés par les traditionnels sites de webcam.

Contenus explicites sur smartphone

Originaire de Medellín en Colombie, Mia, 26 ans, a commencé comme camgirl avant de devenir «mannequin» pour la plateforme Fancentro.com. En payant un abonnement mensuel d’une vingtaine de dollars, on peut avoir un accès privilégié à son compte Snapchat premium.

«Je gagne 10 fois plus d’argent aujourd’hui que quand j’étais une camgirl, juste avec Snapchat, se réjouit Mia. Je peux me faire jusqu’à 3000 dollars (2550 euros) par jour facilement pour un show de 10 minutes! Je n’ai même plus besoin d’un ordinateur. Je poste du contenu explicite tous les jours de mon téléphone, c’est beaucoup plus rapide que la cam.»

Des shows sur Snapchat

En monétisant leurs shows sur Snapchat sur la base d’un abonnement mensuel, les camgirls n’ont plus à passer des heures en ligne pour trouver des fans prêts à débourser des tokens. Ce système permet aussi d’éviter le risque de voir ces mêmes fans partir vers d’autres filles, comme c’est souvent le cas sur les sites de webcam. De leur côté, les abonnés sont séduits par le sentiment d’avoir leurs modèles préférés rien que pour eux, en exclusivité, avec la possibilité de les suivre dans l’intimité de leur vie privée et de leur envoyer des messages en direct.

Conçu au départ comme un site de financement participatif pour les artistes, notamment les musiciens, Patreon propose encore une autre alternative aux camgirls qui désirent s’émanciper du traditionnel système des tokens. Contre le paiement d’une souscription mensuelle (en moyenne de 5 à 50 dollars), certaines accordent à leurs «mécènes» un accès privilégié à divers contenus NSFW. L’année dernière, une mère de famille américaine, Summers VonHesse, a ainsi beaucoup fait parler d’elle en déclarant gagner 5000 dollars (un peu plus de 4000 euros) par mois en vendant uniquement des photos sexy ou des vidéos coquines de quelques minutes sur Patreon.

 

C’est plus dur pour les camboys…

On ne croise pas que des filles sur les sites de webcam. Il y a aussi des camboys, même s’ils sont moins nombreux, et si c’est plus difficile pour eux de tirer leur épingle du jeu. Thony_Grey, un Français de 19 ans rencontré au Cam Con de Miami, a réussi à en faire son gagne-pain. «J’ai commencé sur le site de Cam4 il y a un an. Aujourd’hui, je suis sur Chaturbate. Les gros mois, je peux toucher jusqu’à 7000 $ (5945 €), sachant qu’on gagne généralement moins que les filles. » 

Les filles montent plus facilement dans les classements

Thony_Grey a commencé la webcam en duo avec un ami, Nikhorsedick, âgé de 22 ans. «On est hétéros tous les deux, mais ce sont principalement des gays qui nous regardent», confie Thony_Grey.  Contrairement aux camgirls qui peuvent se permettre de rester en ligne de longues heures pour échanger de simples conversations avec leurs fans, les camboys doivent «passer à l’acte» rapidement pour se faire remarquer. « Les filles ont moins besoin de rentrer dans le sexuel que nous parce qu’elles montent plus facilement dans les classements au nombre de vues sur les sites de webcam. Leurs profils sont plus visibles, explique Thony_Grey. Plus tu as de vues, plus tu montes dans les classements, et plus c’est facile pour les gens de cliquer sur ton profil pour te voir. Mais généralement, les mecs ne sont pas les plus regardés. »