Dossier

Classement Spider-Man : une saga capable du meilleur… comme du pire !

Cinéma

Par Remi Lou le

Alors que Peter Parker revient en salles avec Spider-Man : Far From Home, c’est l’occasion de vous faire part de notre classement de tous les films sur l’homme araignée.

À l’occasion de la sortie en salles de Spider-Man : Far From Home (lire notre critique), on a décidé de vous proposer un classement de tous les films sur l’homme araignée. Il faut dire qu’entre la trilogie de Sam Raimi, les deux versions « Amazing » de Marc Webb et les deux volets de Marvel Studios, il y a de quoi faire, et autant de matière pour comparer trois visions différentes de Peter Parker : de Tobey Maguire en passant par Andrew Garfield et enfin Tom Holland.

Nous avons volontairement mis de côté l’animé Spider-Man : New Generation pour plutôt se concentrer sur les films en live action de l’homme araignée, malgré le fait qu’il se serait très certainement retrouvé en tête du classement grâce à ses innombrables qualités (lire notre critique) Voici notre classement des sept films en live action estampillés Spider-Man, une saga capable du meilleur… comme du pire !

7 – The Amazing Spider-Man : Le Destin d’un héros (Marc Webb, 2014)

Suite peu inspirée du retour de Spider-Man dans la peau d’Andrew Garfield, The Amazing Spider-Man : Le Destin d’un héros fait encore pire que son prédécesseur en distillant un film clairement bâclé. Malgré son titre, le long métrage de Marc Webb n’a pas su donner de grand destin à son héros, puisque la saga s’est arrêtée net après ce volet, qui a rencontré un échec cuisant au box-office et collectionné les critiques virulentes.

Crédits : @Sony Pictures

Pourtant, il y avait du bon dans cette tentative « amazing » de Spider-Man, à commencer par Andrew Garfield qui n’a pas à rougir, tout comme Gwen, incarnée à l’écran par Emma Stone. Dans ce deuxième volet, le casting s’est même enrichi de Jamie Foxx dans le rôle de Max Dillon alias Electro, ou encore Dane DeHaan en Harry Osborn/Bouffon Vert. Pourtant, la sauce ne prend définitivement pas, avec des personnages bien trop simplistes ou caricaturaux et une succession de scènes sans âme. À oublier.

6 – The Amazing Spider-Man (Marc Webb, 2012)

10 ans après la fin de la trilogie de Sam Raimi, Spider-Man signait sous grand retour sous l’objectif de Marc Webb en 2012, dans une version « amazing » qui ne s’est finalement pas révélée aussi « amazing » que prévue. La faute à un reboot sans ambition du premier Spider-Man de Sam Raimi.

Crédits : @Sony Pictures

À défaut de proposer une vision différente du personnage autrefois incarné par Tobey Maguire, Andrew Garfield distille une performance correcte, mais sans le vrai travail d’écriture qui rendait le personnage de Peter Parker si pertinent, voire touchant. Son vrai défaut reste surtout d’être passé après la trilogie de Sam Raimi, sans rien apporter de plus. En résulte un film qu’on oublie très vite, sans pour autant être un échec.

5 – Spider-Man 3 (Sam Raimi, 2007)

Incendié par la critique, et marquant la fin des films où Peter Parker est joué par Tobey Maguire, Spider-Man 3 est l’un de ces films qui divise. Avec la lourde tâche de passer derrière Spider-Man 2, aujourd’hui considéré par les puristes comme le meilleur film de l’homme araignée au cinéma, Spider-Man 3 souhaite nous emmener découvrir le côté sombre de Parker et introduit pour cela son alter ego maléfique, qui deviendra par la suite Venom.

Crédits : @Columbia Pictures

Le problème, c’est que le long-métrage de Sam Raimi souffre d’un immense problème de rythme, avec une première partie très lente et ponctuée de passages voulus humoristiques qui dénotent avec le côté dark recherché, et une deuxième partie qui nous sert une conclusion express bâclée. Peut-être que Sam Raimi n’avait plus grand chose à dire avec cet opus, et c’est dommage que la trilogie se soit arrêtée en si bon chemin avec un troisième épisode qui ne rend pas honneur au travail du réalisateur sur le super-héros.

4 – Spider-Man : Homecoming (Jon Watts, 2017)

Loin du registre sérieux et la noirceur de la trilogie de Sam Raimi, et les volets « Amazing » de Marc Webb qui ont vaguement tenté de copier la même recette sans y insuffler la magie nécessaire, le retour à la maison chez Marvel signe un retour aux sources. Le ton est beaucoup plus léger, plus fun, avec un héros totalement réinventé et plus proche de l’esprit d’origine en la personne de Tom Holland. De la même façon, sa jeunesse insuffle à Spider-Man : Homecoming un côté extrêmement rafraîchissant qui manquait tant chez Marc Webb.

Crédits : @Marvel Studios

Homecoming n’est pas un chef d’oeuvre, mais il est prometteur, en intégrant avec brio Spider-Man dans le MCU tout en lui laissant la place nécessaire pour exister en tant que film dédié à l’homme-araignée. Un premier volet prometteur. 

3 – Spider-Man (Sam Raimi, 2002)

De la piqure d’araignée originelle à la découverte de ses pouvoirs en passant par un grand méchant d’envergure avec le Bouffon Vert de Willem Dafoe, Spider-Man a pris tout le monde de court à sa sortie il y a 17 ans (déjà !). Avec Spider-Man, Sam Raimi a posé les bases du film de super-héros, et il est parvenu à se placer comme un incontournable du genre. Mention spéciale à Tobey Maguire, l’interprète de Peter Parker et son côté looser qui a su insuffler de la vie au personnage de Marvel.

Crédits : @Columbia Pictures

Le long métrage de Sam Raimi aurait bien mérité la seconde place de ce classement, mais il a, avouons-le, un peu vieilli, et le film se regarde aujourd’hui avec moins de ferveur qu’à l’époque, alors que tant de films de super-héros sont aujourd’hui passé par là en reprenant à l’identique le schéma de Spider-Man de Sam Raimi. Il n’empêche qu’il reste un classique.

2 – Spider-Man : Far From Home (Jon Watts, 2019)

Spider-Man : Far From Home transforme l’essai Homecoming en réussite et rassure sur l’avenir de la franchise entre les mains de Marvel. Le film sait prendre des risques en nous emmenant voir du pays, loin du traditionnel décor new-yorkais du tisseur de toile, tout en distillant une version de Peter Parker qui semble être l’une des plus pertinentes jamais vu dans les salles obscures.

Crédits : @Marvel Studios

Comme son prédécesseur, le ton est toujours très fun, parfois enfantin, et flirte bon le teen movie. Le méchant du film est travaillé et sait poser les bonnes questions, et la conclusion laisse entrevoir des suites encore plus prometteuses. Spider-Man : Far From Home se pose comme le renouveau de l’homme-araignée au cinéma. Un film de super-héros plus moderne, plus dynamique, mais surtout rafraichissant au possible.

1 – Spider-Man 2 (Sam Raimi, 2004)

Sans conteste le meilleur film live action de Spider-Man au cinéma, et un volet qui se rapproche certainement de la palme du meilleur film de super-héros tout court, non loin derrière les Dark Knight de Christopher Nolan.

Après un premier volet qui définissait les bases du film de super-héros du XXIème siècle, Spider-Man 2 approfondi son sujet en délivrant une dimension humaine au blockbuster. Ici, jamais l’action ne passe avant l’écriture des personnages. Tobey Maguire incarne à la perfection ce Peter Parker tiraillé entre sa vie de super-héros et ses galères d’étudiant, en quête d’une vie normale, jusqu’à même en perdre ses pouvoirs. Jamais la phrase culte « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » n’aura eu autant de sens.

Crédits : @Columbia Pictures

Quant aux autres personnages, entre Kirsten Dunst dans le rôle de Mary Jane Watson, James Franco dans celui d’Harry Osborn, ou Alfred Molina dans la peau du Dr Otto Octavius, alias Octopus, tous sont parfaitement crédibles et rayonnent d’autant plus par la mise en scène magistrale de Sam Raimi, qui signait avec Spider-Man 2 un film de super-héros devenu depuis une véritable référence.