Critique

[Critique] Spider-Man : Far From Home : le tisseur de toile fait mouche

L'avis du Journal du Geek :
Cinéma

Par Remi Lou le

Après la déferlante Avengers : Endgame, c’est à Spider-Man qu’il incombe de conclure la phase III du MCU. Malgré la pression, l’homme araignée frappe fort et tisse plus loin que le bout de son nez en offrant à la fois une conclusion à la hauteur pour le Marvel Cinematic Universe, tout en se dressant comme le meilleur film live-action sur Spider-Man depuis le deuxième volet de Sam Raimi.

Spider-Man au cinéma c’est une longue histoire. Débarqué sous les traits de Tobey Maguire en 2002, l’homme araignée a su créer la surprise sous la direction de Sam Raimi, jusqu’à un troisième film catastrophique qui a stoppé net la saga. On a ensuite eu la chance (si on peut appeler ça comme ça) de retrouver Spidey dans deux Amazing Spider-Man signés Marc Webb, dont on se serait passé bien volontiers, avant de revoir le tisseur de toile dans Homecoming, clin d’oeil au retour de la franchise dans sa maison-mère : Marvel.

Crédits : @Marvel Studios

Passé la bonne surprise Homecoming et ses promesses pour le futur de Spidey, voilà que débarque sa suite directe : Spider-Man : Far From Home. Le film prend le risque de démarrer peu après les événements d’Avengers Endgame, et débarque avec la lourde tâche de conclure la phase III du Marvel Cinematic Universe. Ça fait beaucoup de pression sur les épaules du jeune Peter Parker, toujours incarné par Tom Holland, qui s’en sort pourtant admirablement bien dans ce dernier Spider-Man. On fait le point sur ce nouveau long métrage de Marvel Studios.

Comme d’habitude, notre critique est garantie sans SPOILER. En revanche, elle contiendra quelques éléments du scénario de Avengers : Endgame, indispensable à la bonne compréhension du film.

Spider-Man : Far From Home débute juste après les événements d’Avengers : Endgame et la mort tragique de Tony Stark. On retrouve Peter Parker dans son lycée, tentant de se reconstruire après avoir disparu pendant cinq longues années. Alors qu’un voyage scolaire en Europe se profile, Peter compte bien profiter de l’opportunité pour se ressourcer après les événements épiques d’Avengers, et surtout déclarer sa flamme à MJ, toujours interprétée par la fabuleuse Zendaya.

C’est sur le ton léger du teen movie que débute ce Spider-Man : Far From Home, nous rappelant que Peter Parker n’est encore qu’un adolescent. On saluera par ailleurs la brillante prestation de Tom Holland dans le rôle de l’homme araignée, qui représente certainement la version la plus crédible du super-héros au cinéma. Il s’avère même plus convaincant que ne le fut Tobey Maguire, dans un registre moins torturé, plus adolescent. 

Crédits : @Marvel Studios

Le teen movie vire au rouge

Passé une première partie pleine d’humour et au ton très léger et fun, se profile une seconde moitié bien plus portée sur l’action, alors que des événements inattendus viennent gâcher la fête quand de nouveaux ennemis pointent le bout de leur nez. Il croisera alors la route de Nick Fury, et d’un nouveau super-héros venant d’un autre monde surnommé Mysterio, et incarné par Jake Gyllenhaal.

Crédits : @Marvel Studios

Petit bémol en ce qui concerne Mysterio, qui, s’il pose des questions intéressantes notamment sur la manipulation des informations à l’heure des Fake News, reste relativement plat et surtout, extrêmement prévisible. C’est dommage d’avoir négligé l’écriture du personnage, d’autant plus que le choix de Jake Gyllenhaal dans le rôle aurait certainement pu l’amener beaucoup plus loin.

Crédits : @Marvel Studios

Hommage vibrant à Tony Stark

Durant tout le film, le fantôme de Tony Stark plane au dessus de la tête du jeune Parker, l’empêchant de vivre pleinement sa vie d’ado. Pourtant, si Iron Man est très présent, Marvel évite l’erreur de le laisser prendre trop de place, jusqu’à venir écraser l’araignée. Ici, Tony Stark est partout, certes, mais il sert d’autant plus au scénario que Spider-Man se pose la question de savoir si il est capable de prendre la relève et devenir le prochain Iron Man. On est donc plutôt sur une sorte d’hommage au personnage incarné par Robert Downey Jr. qui laisse toute sa place à l’homme araignée.

Crédits : @Marvel Studios

Enfin, on saluera également la prise de risque de Marvel Studios de s’émanciper de New York pour faire voir du pays à l’homme araignée. Plutôt qu’une énième aventure classique dans les rues new-yorkaises, Spider-Man : Far From Home nous emmène dans plusieurs villes européennes, et prend même le risque de ne pas fournir son costume habituel à l’homme araignée par moment.

Crédits : @Marvel Studios

Pour conclure, Spider-Man : Far From Home est définitivement une bonne surprise. Il parviendra à la fois à satisfaire les fans purs et durs de Marvel qui cherche une conclusion décente à Avengers : Endgame tout en restant divertissant pour d’autres qui viennent avant tout voir un Spider-Man. On est certainement en face d’un des meilleurs films sur l’homme araignée, ce qui rassure sur cet énième reboot de la franchise, cette fois chez Marvel.

Notre avis

Entre multiples rebondissements, prestations à la hauteur (même si un peu en deçà pour Jake Gillenhaal, alias Mysterio), et scènes d’action visuellement ébouriffantes, Spider-Man : Far From Home étonne à chaque instant par sa justesse. On pourra certes pester contre son côté teen movie, qui a au moins le mérite d’être résolument affirmé, mais on saluera la direction prise de proposer une conclusion décente et toute en détente à la phase III du MCU tout en accouchant d’une très belle suite à Homecoming. Soit dit en passant, restez bien après les deux génériques, tant les scènes post-crédit valent le détour, au point de largement rentabiliser le ticket de cinéma par leur seule présence pour les fans de Marvel. Sans vous en dire plus, l’une de ces scènes laisser également présager un troisième volet particulièrement haletant pour Spider-Man.
En résumé, Spider-Man : Far From Home, c’est du divertissement haut de gamme pour un Spider-Man qui se glisse aisément parmi les meilleurs films sur l'homme-araignée.

L'avis du Journal du Geek :