Dossier

[Dossier] Moon Knight ou le culte de la (multiple) personnalité

Il est très riche, porte un costume doté d’une longue cape et d’un masque pour protéger son identité quand il sort estropier de la racaille, cogne dur et est accessoirement complètement schizophrène. C’est ? C’est ? C’est… Oui bah c’est Moon Knight. En même temps vous avez lu le titre du dossier. Qui est-il ? D’où vient-il ? Pourquoi ? Quand ? Comment ? Fera-t-il beau demain ? Le journal du Geek vous dit tout.

Créé en 1975 par Doug Moench et Ron Perlin, Moon Knight fait sa première apparition dans Werewolf By Night N°32, dans la peau d’un méchant. Sa popularité immédiate lui vaudra très rapidement d’être transformé en gentil, et sa première apparition sera maquillée en mission d’infiltration. Les mecs ne doutent de rien, on dirait des politiciens. Bref. Moon Knight, alias Marc Spector est au départ un mercenaire qui a la bonne idée de se faire tuer en Egypte, au pied d’une statue représentant Khonshu, le dieu de la Lune. Khonshu lui propose alors de lui redonner vie, si Spector l’accepte en lui (ce n’est pas sale) et devient son vaisseau sur terre. Spector accepte, bien décidé à ne pas rater le prochain Hanoukka, et revient à la vie, comme prévu. Il rentre donc chez lui, la statue de Khonshu sous le bras, et le linceul gris-blanc dans lequel il se trouvait dans son sac.

De retour aux États-Unis, Spector décide d’utiliser la petite fortune qu’il s’est composée en tant que mercenaire et se crée l’identité de Stephen Grand, un genre de Bruce Wayne, mais sans Batcave. Puis il décide de commencer à combattre le crime. Non, parce que c’est vrai que l’Amérique n’a pas encore assez de super héros. Il se fabrique donc un costume argenté, inspiré par le fameux linceul dans lequel il a repris vie, et se fait appeler Moon Knight (le chevalier de la lune, pour les anglophobes). Et si gérer trois personnalités distinctes n’était pas déjà un challenge assez compliqué, il décide de se créer une quatrième identité, celle du chauffeur de taxi Jake Lockley, qui va lui permettre de garder un œil sur les rues sales et les ruelles moites.