Dossier

[Dossier] X-Men : Retour sur une chronologie chaotique

La saga X-Men existe depuis l’an 2000 au cinéma. Une saga qui continue toujours aujourd’hui avec Apocalypse, le nouveau film de Bryan Singer. Au total, la saga compte neuf films. Néanmoins, il faut bien admettre que l’histoire de cette série se montre complètement chaotique. Osons même le mot « bordélique ».

deadpool-shocked

En effet, les films ont tendance à se contredire entre eux, à reprendre des événements, à réutiliser des personnages dans un autre contexte… Bref, c’est le chaos total. Dans ce dossier, nous allons essayer de démêler tout ce boxon pour tenter de comprendre la vraie timeline.

Ici, nous nous concentrerons que sur les films, et non sur les comics. Feel l’a déjà fait dans ses dossiers.

x-men-e1422918598260

Vous êtes prêts pour un voyage au cœur de la chronologie de l’univers cinématographique X-Men ? C’est parti !

[nextpage title= »L’univers X-Men, c’est quoi ? »]

Déjà, il faut bien définir ce qu’est l’univers cinématographique X-Men. Les plus assidus d’entre-vous savent déjà de quoi il en retourne, néanmoins, la présence des héros Marvel non-inclus dans le Marvel Cinematic Universe peut perdre, surtout au moment où Marvel Studios nous sort deux films par an.

X-Men-Character-Guide-X-Men-The-Last-Stand-Group

Revenons d’abord au tout début de l’histoire, voulez-vous ? Nous sommes dans les années 90 et Marvel connaît de graves difficultés financières. Pour survivre, la Maison des Idées commence à vendre ses licences à divers studios. La Fox acquiert les droits cinématographiques des X-Men et de tous les personnages relatifs et met en branle un premier film sous la houlette de Bryan Singer.

Trois films sont d’abord réalisés (X-Men 1, 2 et 3). Puis, la Fox caresse l’idée de faire des spin-off. Un premier sort (X-Men Origins Wolverine) et c’est une catastrophe. La grève des scénaristes n’aidant pas, le studio décide alors de réaliser une préquelle aux faux airs de reboot (X-Men Le Commencement). C’est là que la timeline devient compliquée. Ensuite, deux suites sont mises en chantier, ainsi que plusieurs nouveaux spin-off (dont Deadpool qui n’a failli ne jamais voir le jour).

Bryan Singer, l'homme fort du X-Men Universe
Bryan Singer, l’homme fort du X-Men Universe

Pour faire simple, voici la liste des films se déroulant dans l’univers de X-Men.

2000 : X-Men de Bryan Singer
2003 : X-Men 2 de Bryan Singer
2006 : X-Men L’affrontement final de Brett Ratner
2009 : X-Men Origins Wolverine de Gavin Hood
2011 : X-Men Le Commencement de Matthew Vaughn
2013 : Wolverine, le combat de l’immortel de James Mangold
2014 : X-Men Days of Future Past de Bryan Singer
2016 : Deadpool de Tim Miller
2016 : X-Men Apocalypse de Bryan Singer

Voici donc la liste des films se déroulant dans l’univers X-Men déjà sortis. Mais la Fox, souhaitant profiter de la hype super-héroïque et concurrencer Marvel Studios, prévoit également beaucoup d’autres projets :

2017 : Gambit de Doug Liman
2017 : Wolverine 3 de James Mangold
Non daté : Deadpool 2 de Tim Miller
Non daté : New Mutants de Josh Boone
Non daté : Un nouveau film X-Men

Pour ceux un peu dépassés par les films de super-héros, il faut repréciser que tous ces films ne se déroulent pas dans le même univers que ceux de Marvel Studios (Iron Man, Captain America). Si Marvel Studios a conclu un partenariat avec Sony pour faire apparaître Spider-Man dans le MCU, une telle chose semble pour l’instant bien improbable pour les mutants.

maxresdefault

La saga X-Men est la plus ancienne dans le monde des super-héros, et pour ça, elle dispose d’une aura particulière. Rappelons que le MCU n’a été créé qu’en 2008 avec le film Iron Man. Mais Marvel a bien rattrapé son retard depuis puisque nous comptons 13 films dans le MCU, plus quatre séries.

Voir les films listés comme ça, ça n’a pas l’air méchant. Pourtant, nous allons voir que tout l’univers part en sucette au bout d’un moment. Le coupable est tout trouvé : il s’agit de X-Men Origins Wolverine. Même si Days of Future Past a tenté de corriger le tir par une pirouette scénaristique, cela reste quand même bien chaotique.

[nextpage title= »Les trois premiers films : tout roule »]

Les trois premiers films se déroulent sans encombres au niveau de la chronologie, mis à part deux ou trois accrocs pas bien graves. Vous avez tous vu ces films, pas besoin de faire un résumé détaillé.

prout

Mais pour la faire courte, la trilogie X-Men raconte le duel entre Xavier (Patrick Stewart) et Magneto (Ian McKellen) sur la question mutante. Si le premier pense qu’humains et mutants peuvent cohabiter, le second estime que les humains ont fait leur temps.

Nous suivons donc cette histoire par le prisme de Wolverine, notamment, avec ses rebondissements et sa conclusion dans L’affrontement final. Déjà, quelques petites choses choquent, comme Hank McCoy qui passe d’humain à Fauve sans explication (qui sera donnée plus tard dans dans Le Commencement). Mais dans les faits, tout roule.

profxandmagneto

Voici quelques petits éléments à retenir pour la suite du dossier :

_ Charles Xavier indique que Magneto l’a aidé à construire le Cerebro
_ Cyclope est l’un des premiers élèves de Xavier
_ Wolverine botte les fesses de Sabretooth, un gars qu’il ne connaît pas.
_ Bolivar Trask est incarné par Bill Duke.
_ Charles Xavier marche encore au début des années 80. Il a même déjà la tête de Patrick Stewart.
_ Jean Grey meurt dans X-Men 2, puis Wolverine la retue (enfin, pas exactement elle) dans X-Men 3.
_ Xavier meurt à la fin de X-Men 3, mais semble revenir à la vie à la toute fin, sous les yeux du docteur Moira MacTaggart.

Jusque là, tout va bien. Il y a encore plein de petits détails mineurs qui mettent à mal la cohérence des films, mais voilà ce qu’il faut retenir pour le moment.

X-Men-The-Last-Stand

La trilogie est terminée en 2006 et la Fox met en branle un premier spin-off consacré à Wolverine. Vous allez voir que c’est là que les choses vont commencer à devenir compliquées.

[nextpage title= »Les deux films Wolverine mettent à mal la chronologie »]

Le premier spin-off, X-Men Origins Wolverine, commence déjà à faire quelques entorses à la timeline instaurée dans les trois premiers films X-Men. Si, avec beaucoup d’imagination, on peut raccrocher les wagons avec la première trilogie, nous allons voir que le film est devenu un véritable boulet pour la Fox, qui l’a tout simplement exclu de la chronologie. En effet, Wolverine n’a pour effet que de rajouter des paradoxes à une chronologie développée par la suite.

mEuDxpLNBCarVgXRqDznHT7bdS8

Nous n’allons pas revenir sur la qualité du film. Considéré par beaucoup comme le vilain petit canard de la saga, Wolverine empile les paradoxes avec Le Commencement et Days of Future Past.

Première chose qui choque dans le film, Wolverine et Sabretooth sont frères. Soit, c’est une idée qui aurait pu être intéressante… si les deux personnages ne s’étaient pas déjà affrontés dans le premier film de 2000. Car dans le premier film, il est clair que les deux mutants ne se connaissent ni d’Adam ni d’Eve, ce qui pose déjà un problème avec la première trilogie. Nous passerons sur le changement d’acteur, chose habituelle à Hollywood.

Sabretooth
Sabretooth

Pour le reste, ça se raccroche tant bien que mal avec la trilogie originale, à quelques détails près. Mais c’est bien les films suivants qui vont en pâtir.

Par exemple, le film (qui se déroule en 1990) nous montre un Xavier campé sur ses deux jambes venant recruter des mutants, dont Emma Frost. Jusque là, rien d’anormal. De même, nous voyons un Gambit jeune au début des années 90, là aussi, rien de bien choquant… pour l’instant. Mais le film prévu pour 2017 effacera-t-il cette donnée ?

Emma Frost
Emma Frost

Mais le coup de grâce, le paradoxe qui a bien montré que le film était un boulet pour la saga, c’est bien Deadpool.

Dans Wolverine, Deadpool (Ryan Reynolds) est un soldat faisant partie de l’équipe de choc menée par Wolverine. Disparaissant rapidement, il revient à la fin affronter le mutant avec un design qui a fait rager les fans. Création de Stryker, monsieur Pool est un mélange de tous les mutants apparaissant dans le film. Une création bien loin des pages de comics, donc. Notons que lors de la scène post-générique, nous voyons le personnage revenir d’entre les morts, promettant une suite.

POURQUOI ?
POURQUOI ?

Une suite qui mettra très longtemps à voir le jour, comme nous vous en parlions dans ce dossier. Une suite, ou plutôt un reboot, qui efface complètement le premier film. Dans Deadpool, les origines du personnage sont revues et corrigées. Ici, c’est Francis Ajax qui lui donne ses pouvoirs, dans une genèse complètement différente. De même, le personnage avant sa transformation dispose d’une histoire qui ne reprend rien du film X-Men Origins.

deadpool-trailer-2

Mais alors, qu’est-ce que c’est donc que ce dawa ?

Officiellement, le film Wolverine n’a pas été renié par la Fox, mais tous les films suivants (Deadpool en est l’exemple le plus flagrant) l’ont complètement oublié de la timeline (Le personnage s’en amuse, même). Car c’est bien ce X-Men Origins qui sème le trouble dans la chronologie (mais pas que) et qui a fait de X-Men une saga bien compliquée à suivre…

The Wolverine, ou Le Combat de l’Immortel, n’a pas arrangé les choses, sans pour autant s’enfoncer comme son prédécesseur. Dans ce film de James Mangold, Logan part au Japon rencontrer un vieil ami. Il sera très rapidement embarqué dans une aventure le dépassant complètement.

Le problème de ce film (arrivé en 2013, après Le Commencement, donc), c’est qu’il ne sait pas trop bien où se placer. Nous suivons un Logan après les événements de X-Men 3, encore hanté par la mort de Jean. Mais voilà, l’univers repris par Le Commencement semblait faire fi des trois premiers films (nous y reviendrons). The Wolverine représente une sorte de pont encore les deux trilogies, néanmoins, cela créé quelques petites incohérences.

The Wolverine

Tout d’abord, notre bon vieux Logan perd ses griffes en adamantium à la fin du film… qui réapparaissent comme par magie dans le film suivant. De même, la fin nous montre le barbu retrouver Magneto et Charles Xavier (encore en vie), incarnés par les deux anciens acteurs (alors que la place a été prise par James McAvoy et Michael Fassbender).

Des incohérences qui perdent un peu le spectateur. A ce moment, on peut admettre que Le Commencement n’est qu’une préquelle racontant les origines des X-Men. Mais voilà, la chose est bien plus compliquée qu’elle en a l’air.

[nextpage title= »La nouvelle trilogie : Reboot, préquelle, ou toute autre chose ? »]

En 2011, la Fox nous sort un nouveau film X-Men. On délaisse nos bons vieux Patrick Stewart et Ian McKellen, remplacés par les plus jeunes John McAvoy et Michael Fassbender. Le film prend en effet place dans les années 60 et veut nous raconter la création de l’institut Xavier ainsi que la naissance de la rivalité entre Magneto et Charles Xavier.

1936e06bcf77e63fc56e1db10ed19bcb_large

X-Men Le Commencement peut aisément être considéré comme une préquelle, mais voilà, quelques petites choses vont dans le sens du reboot pur et simple.

Tout d’abord, dans ce film réalisé par Matthew Vaughn, Xavier et Mystique se connaissent depuis l’enfance. Pourquoi pas, après tout, rien n’indique le contraire dans les trois films précédents. Néanmoins, plein de petits détails viennent appuyer la thèse du reboot, et vous le savez, le diable se cache dans le détail.

Ainsi, on apprend que Magneto n’a pas aidé Xavier à créer le Cerebro, contrairement à ce qui est dit dans le premier film. La présence de Cyclope chamboule encore tout (il n’est finalement pas le premier élève). Charles Xavier devient paralysé à la fin du film, alors que dans la trilogie originale on le voit encore marcher… 20 ans plus tard. Emma Frost apparaît dans le film… alors qu’elle était déjà dans X-Men Origins, plus jeune 20 ans après. Enfin, Moira MacTaggart a un rôle important dans le film… alors qu’elle apparaissait déjà en X-Men 3. Sachant que les deux personnages ont le même âge en 1960 et 2006, il y a un truc qui cloche.

Moira MacTaggart
Moira MacTaggart

La plupart de ces incohérences seront expliquées dans X-Men Days of Future Past (2014), qui tentera de renforcer le lien entre les deux trilogies (chose déjà amorcée dans The Wolverine). Néanmoins, des questions restent en suspens… et le film de 2014 va rajouter une couche à ces incohérences.

Days of Future Past a signé le grand retour de Singer dans l’univers X-Men. Cette fois, nous sommes propulsés dans une guerre dans laquelle les mutants sont emprisonnés dans des camps. Un monde apocalyptique déjà évoqué à la toute fin de The Wolverine, mais qui prend tout son sens dans ce nouveau film. Stewart et Mckellen envoient Wolverine dans le passé, en 1973 pour être précis, pour rencontrer McAvoy et Fassbender (eux plus jeunes). Soit. Diverses choses sont expliquées, comme la condition physique de Xavier ou les Sentinelles.

Tous ces paradoxes me fatiguent...
Tous ces paradoxes me fatiguent…

Néanmoins, dans le monde dépeint dans le film, Wolverine est loin d’être un mercenaire au Vietnam (et sa rencontre avec Stryker est différente), Trask fait un changement drastique d’acteur (Peter Dinklage remplace Bill Duke… difficile de voir une ressemblance)… Mais le film retombe parfaitement sur ses pattes à la toute fin. Wolverine ayant été envoyé en 1973, il a complètement changé le passé, et donc le présent. Il revient donc dans un présent où l’institut Xavier existe toujours et où Jean est encore vivante.

Même personnage, deux acteurs radicalement différents
Même personnage, deux acteurs radicalement différents

Ce reboot de la chronologie passe parfaitement dans l’univers. Néanmoins, il pose certaines questions. Que deviennent les trois premiers films ? S’incluent-ils dans cette chronologie ? Dans une réalité alternative ? Que devient The Wolverine dans tout ça ? Toute l’histoire a-t-elle été effacée, étant donné que Wolvie est toujours dans l’institut ?

Questions en suspens ou pas, Days of Future Past a signé l’un des plus gros rattrapages aux branches de l’histoire du cinéma en réglant bon nombre de problèmes. Et les incohérences qui restent ? « Oubliez les », a affirmé Bryan Singer lors de la promo.

« Tous ces paradoxes me fatiguent… « 

Et Apocalypse dans tout ça ? Le film se déroulera dans les années 80 et sera la suite de Days of Future Past (période 70, car la période 2010 a été effacée, m’voyez ?). Cette fois, les jeunes élèves de l’institut Xavier (les mêmes personnages version ados des personnages du film de 2000) devront affronter Apocalypse, un mutant surpuissant ayant plus de 5000 ans. Mais une question se pose tout de même (on espère que le film y répondra) : Pourquoi dans la timeline originale (celle des trois premiers films) Apocalypse n’est pas apparu dans les années 80 ? Mystère, mon cher Albert !

[nextpage title= »Comment aborder l’univers cinématographique X-Men ? »]

Vous l’avez vu, l’univers cinématographique X-Men semble bien compliqué pour les néophytes. Si les fans ont tenté d’apporter une certaine cohérence à tout ça, à grand coup d’univers alternatifs créés par les voyages temporels, notre conseil serait d’aborder les deux trilogies de manière complètement indépendante, sans lien entre elles. Mais ce n’est que notre avis et vous pouvez toujours tenter de les raccorder.

ob_e4eb78_x-men-the-last-stand-screencap-x-men

Ainsi, nous pouvons dire que la première trilogie conclue en 2006 se termine… en 2006. La trilogie débutée en 2011 représente un tout autre univers, avec cependant la présence d’acteurs déjà à l’écran dans les trois premiers films.

Concernant The Wolverine, il est aisé de le prendre comme une suite de X-Men 3, le film faisant des références aux événements ayant secoués la vie de Wolverine, sans pour autant l’attacher forcément à Days of Future Past (la question de savoir pourquoi Wolvie a récupéré ses griffes dans ce dernier film reste sous silence, par exemple).

Screenshot

Deadpool ? Le film se love parfaitement dans l’univers contemporain apparu à la fin de Days of Future Past avec l’évocation de Xavier (McAvoy ou Stewart ? On s’y perd !) et de l’institut toujours présent. Aucun problème là-dessus.

Et concernant X-Men Origins ? Oubliez-le. Ce film (nous ne parlons pas de sa qualité) peine à trouver sa place auprès des deux trilogies, même s’il est plus aisé de le placer dans l’univers de la première. Si vous le regardez, concevez-le simplement comme un stand alone, un film totalement indépendant du reste.

Et Apocalypse, alors ? Inutile là aussi de le rattacher à la première trilogie. Prenez le film pour ce qu’il est, c’est-à-dire une suite de Days of Future Past.

x-men-apocalypse-quicksilver-evan-peters

Néanmoins, si vous tenez absolument à raccorder tous les films entre eux, il est possible de lier les deux trilogies grâce à la fin de Days of Future Past. Néanmoins, il faudra complètement oublier X-Men Origins, véritable fauteur de troubles du X-Men Universe. Et concernant les paradoxes qui restent ? Suivez le conseil de Bryan Singer : Passez au-dessus.

Maintenant, il n’y a plus qu’à espérer que les futures productions X-Men n’en remettent pas une couche dans les incohérences.