Dossier

Faire du sport en salle est-il sans risque avec le coronavirus ?

Science

Par Antoine Gautherie le

Le sport en contexte de Covid-19 est une question centrale pour beaucoup, et ce depuis le début de la pandémie. Alors que les règles de distanciation sociale sont toujours censées s’appliquer, est-ce bien raisonnable d’aller faire son sport en salle ? Nous avons posé la question à des spécialistes.

© Gustavo Fring – Pexels

Alors que les joggeurs ont longtemps été décrié pendant le confinement, la question du risque de faire du sport en salle en contexte de coronavirus reste tout à fait légitime après la réouverture des salles de sport le 2 ou le 22 juin dernier, selon leur localisation. Et une fois arrivé en salle, tous les sports ne sont pas logés à la même enseigne. Une impression confirmée par une étude italienne réalisée en mai dernier à la demande du comité olympique transalpin. Les sports de contact et de combat en général présentent des risques particulièrement importants : “Dans les sports de contact, on se crache un peu à la figure. Dans une prise au judo ou une clé à la lutte, on est vraiment dans la proximité !”, constate le Dr. Pfersdorff, généraliste à Strasbourg.

Un contexte difficile et un peu anxiogène, dans la mesure où les chances d’être infecté changent radicalement avec la distance comme l’explique Stéphane Gayet, infectiologue et médecin hygiéniste spécialiste de la question.

Plus on est en vase clos et plus il y a de promiscuité, plus le risque augmente, théoriquement. Le virus se transmet majoritairement par voie respiratoire; mais lors d’un effort, on hyperventile ! […] On inspire plus, on expire plus, et donc si on est contagieux, on projette dans l’air beaucoup plus de particules infectieuses qu’au repos. Donc le risque augmente, tout à fait.

En effet, lors d’un effort particulièrement intense, le volume d’air inspiré et expiré peut être supérieur d’un facteur dix ! Faut-il alors décupler la distance de sécurité ? Selon ce spécialiste, il s’agit d’une idée reçue.

Même en hyperventilation, [la distance] est toujours d’1m50. Qu’on hyperventile ou non, ça ne change rien : cette distance est liée au devenir des micro-gouttelettes. Comme elles ont une forte densité par rapport à l’air, elles décrivent une courbe vers le bas quelle que soit la force de projection.

Par contre, le fait d’hyperventiler fait exploser les chances de contamination à courte distance. “Là, vous avez un risque qui est proche de 90% !” , indique-t-il. Il est donc absolument indispensable de respecter à la lettre les règles de distanciation sociale en salle de sport car le moindre manquement se paiera bien plus cher qu’en extérieur. Et ce, même si la transpiration n’est pas un vecteur de transmission. Et quid du masque ? Faut-il en porter un ? Est-ce indiqué, ou au contraire, préjudiciable ?

« Le masque ne gène pas l’inspiration quand on fait un effort physique très intense, très soutenu comme de la course à pied ou du vélo. Ce qui va intervenir, c’est la qualité du masque. Un masque de qualité ne devrait pas gêner, même en hyperventilation. Par contre un mauvais masque à la porosité mal calibrée risque de vous gêner, alors même que son pouvoir filtrant ne sera pas très bon ». 

Il est donc tout à fait possible de porter un masque, à condition qu’il soit de bonne qualité et permette une inspiration correcte même en hyperventilation. Globalement, les surfaces  ne sont qu’un vecteur de transmission très marginal. « Si vous attendez plusieurs minutes après que l’utilisateur précédent ait terminé avec un équipement, vous pouvez l’utiliser sans risque. » En cas de gros doute, vous pourrez toujours désinfecter la surface en question.

Mais le vrai problème des salles de sport, c’est le vestiaire”, reprend le Dr. Pfersdorff. “Ce n’est pas un endroit où j’irais m’enfermer en ce moment”, explique ce médecin en concédant toutefois que la problématique est différente pour des gens plus jeunes. Les sports qui se pratiquent traditionnellement en salle comportent donc globalement plus de risques et nécessitent d’être encore plus vigilant. Mais il est donc tout à fait possible d’adapter sa pratique pour se dépenser en sécurité : il suffit simplement de respecter les règles de sécurité, de s’équiper correctement et surtout, de bien choisir sa salle.