Test

HTC Vive Pro : Prise en main du nouveau casque VR d’HTC

Hardware

Par Jules le

En janvier dernier, à l’occasion de l’édition 2018 du CES, HTC dévoilait une nouvelle version de son casque VR Vive. Le bien nommé Vive Pro se veut comme la nouvelle norme en matière de casque de réalité virtuelle. Mais est-on en face d’une simple mise à jour matérielle ou d’une réelle version 2.0 du Vive classique ?  

On entre tout de suite dans le vif du sujet en attaquant avec ce qui fâche : la facture. Là où le HTC Vive classique affiche un tarif de 599 euros, contrôleurs et stations de bases compris, le Vive Pro gonfle la note pour atteindre la bagatelle de 879 euros. Et pour ce prix-là, vous n’avez le droit qu’au casque et à l’adaptateur pour le relier à votre ordinateur. Vous devrez donc rajouter 150 euros pour chaque station et 145 euros par contrôleur. En admettant que vous optiez pour un kit équivalent à celui du Vive classique, vous devrez débourser 1 469 euros. Et on ne vous a pas encore parlé de la configuration requise.

Smack my config up

Si vous possédez déjà un HTC Vive et que vous envisagez de craquer pour la mouture Pro, soyez prévenu : votre configuration n’est peut-être plus adaptée. Les caractéristiques minimales requises restent inchangées de celles du Vive classique. En revanche, si vous voulez profiter de la meilleure résolution d’image, votre tour devra embarquer au moins une Nvidia GeForce GTX 1070, ou une carte équivalente, telle que la Radeon Vega 56 de AMD. On est bien loin de la GTX 1060 demandée par le Vive classique.

Oubliez également les ports USB 2.0 et HDMI. Le HTC Vive Pro nécessite un port USB 3.0 ainsi qu’un DisplayPort 1.2 pour fonctionner convenablement. Enfin, HTC a fait savoir que Windows 7 ne faisait plus partie des systèmes d’exploitation supportés par le casque, et que les utilisateurs devront migrer vers Windows 8.1 ou Windows 10.

Prendre de bonnes résolutions

Mais ces contraintes techniques ne sont pas sans raison. En effet, HTC a donné un bon coup de fouet à son casque concernant la résolution. Contre 2160 × 1200 pixels (1080 × 1200 pour chaque oeil) pour le Vive normal, le Vive Pro dispose de deux écrans AMOLED, rafraîchis à 90 Hz, pour une résolution combinée de 2880 × 1600 pixels (1440 × 1600 sur chaque lentille), soit une amélioration de 78%. Oui, vous l’aurez compris, le HTC Vive Pro propose une qualité d’image en 3K.

Testé sur DOOM VFR, Fallout 4 VR et Payday 2 VR, le casque affichait sans peine un rendu plus net, plus précis, mais qui souffre encore d’un aliasing notable. Entièrement réglables, les lentilles du casque offrent un champ de vision à 110°, rendant l’immersion plus agréable.

Quand l’ergonomie va, tout va

L’autre changement appréciable apporté par le Vive Pro concerne l’ergonomie. Alors non, le casque n’est pas encore sans fil, vous devrez toujours composer avec le câble contraignant lors de vos sessions de jeux. On dit bien “le”, car HTC a quand même réduit le nombre de fils, passant de 3 à 1.

Non content d’intégrer un casque audio, le nouveau serre-tête offre une meilleure répartition du poids. Même après une heure de jeu, le poids du casque ne s’est pas fait ressentir sur le cou. Si de prime abord, les écouteurs font pâle figure face à un casque audio classique, ils s’en sortent convenablement en jeu, notamment avec une bonne élimination du bruit environnant.

Si malgré tout, vous préférez coupler votre casque VR avec un casque audio, sachez que les écouteurs du Vive Pro peuvent être détachés.

En conclusion, le HTC Vive Pro est plus une amélioration matérielle du Vive classique que le nouveau mètre étalon en matière de périphérique VR. Si son ergonomie et sa résolution ont de quoi séduire, sa facture le place définitivement hors de portée de toutes les bourses. Un casque qui se destine avant tout aux professionnels, tant l’attrait du catalogue de jeu ne justifie pas un tel investissement.