Test

[Impressions] Bloc N Load – Tu vises comme un pied ? T’as qu’à creuser ! [PC]

Par Kocobe le

Je pensais jouer à une sorte de Team Fortress générique, j’ai en fait joué à un FPS de construction en équipe. Oui, je sais, c’est bizarre dit comme ça.

BNLimp0

Non franchement, je n’étais pas très enjoué à l’idée d’essayer Block N Load. La direction artistique des personnages ne me vendait pas du rêve, le concept n’était pas clair, bref, un mauvais a priori. Je m’installe donc sur un poste pour du 5 contre 5. Je choisis un personnage un peu au hasard. La scientifique un peu folle, allez. Et c’est parti.

Le but du jeu est de détruire le cristal adverse, à l’autre bout du terrain. Je suis prêt à en découdre, mais un énorme mur infranchissable se dresse devant moi. Il y a aussi un compte à rebours et les développeurs, présents dans la salle, nous incitent à utiliser ce temps où les deux équipes sont hermétiquement séparées pour construire les défenses autour de notre propre cristal.

Je commence à comprendre ce qu’on attend de moi. Le jeu propose en réalité deux sets d’actions différentes. On passe de l’une à l’autre en appuyant simplement sur une touche. Ce qui fait que chaque personnage peut-être soit en “mode combat”, soit en “mode construction”. Cette dualité de gameplay est vraiment ce qui rend Block N Load unique et la gymnastique consistant à passer rapidement d’un mode à l’autre est peut-être la mécanique la plus difficile à appréhender au début.

BNLimp3

Quoi qu’il en soit, le temps passe, des pièges sont dispersés devant notre cristal. Quant à moi, je me rends compte que je possède plusieurs centaines de briques. Niveau construction, c’est vraiment comme dans Minecraft. L’unité de base est le cube et la construction se déroule vraiment de la même façon. Très bien, puisque c’est comme ça, je vais construire un grand pont au-dessus de la mêlée.

Près de notre cristal, j’ai construit un escalier rudimentaire. C’est très facile puisque les blocs restent suspendus en l’air, comme dans Minecraft, mais il faut malgré tout avoir un bloc contigu pour en poser un nouveau. Je monte, je monte, je monte très haut pour que les ennemis, une fois que le combat aura commencé, ne puissent pas me voir et me tirer dessus. Puis, j’ai commencé à avancer, bloc par bloc en direction du centre de l’arène.

Le compte à rebours tombe à zéro, la barrière disparaît, en bas, la bataille commence. Moi, bien à l’abri sur ma voie céleste, on me laisse tranquille. Personne ne semble remarquer ce que je suis en train de faire. Je continue d’avancer, doucement, mais sûrement. J’arrive enfin au niveau du cristal ennemi. Je me laisse tomber derrière et je le détruis (il se détruit comme on détruirait un bloc dans Minecraft, simplement en beaucoup plus long). Notre équipe gagne grâce à moi, j’ai dû tirer, allez, quatre coups de feu.

BNLimp2

Ma stratégie débile a fonctionné. C’était tellement idiot que c’en était drôle. Les autres joueurs lèvent la tête : « Qu’est-ce qui s’est passé ? », « C’était qui ce pont dans le ciel ? », « Je t’ai regardé jouer, c’était dur de ne pas me retenir de rire quand j’ai vu ce que tu faisais ». C’était à la fois drôle et bizarre.

Deuxième round, cette fois, on a tous compris la puissance de la construction. Et vas-y que ça construit tout et n’importe quoi pour gagner. De notre côté, nous avons complètement recouvert notre cristal de briques. Un énorme dôme de briques, avec plusieurs couches. Je vous laisse imaginer la surprise quand nos adversaires sont arrivés devant. Oh, et à l’intérieur de cette carapace, on avait mis des tourelles, évidemment. Pendant ce temps, un ninja très patient a creusé un tunnel sous le champ de bataille pour réapparaître sous le cristal ennemi et le détruire.

BNLimp1

La fois suivante, suivant les conseils d’un des concepteurs, j’ai pris le problème complètement à l’envers. Plutôt que de mettre des murs partout autour de notre cristal, j’ai creusé d’immenses fossés. Le seul moyen pour nos ennemis d’infliger des dégâts à notre cristal était de tenter un saut de la foi pour arriver pile dessus. En effet, il n’est pas possible de l’endommager à distance, il faut forcément être à côté et le « miner ». Si un adversaire y parvenait, il se retrouvait en équilibre, debout, sur un pilier, avec une dizaine de tourelles braquées sur lui. L’enfer pour eux, mais c’était vraiment très drôle pour tout le monde.

Les six classes disponibles permettent de placer différents types de pièges et d’utiliser différentes capacités. Certains sont plus faits pour le combat, d’autres pour la construction, d’autres le placement de pièges, d’autres l’infiltration, etc. Mais quoi qu’il arrive, on finit toujours par casser du bloc et de l’ennemi. C’est un jeu qui demande à la fois de l’imagination, de l’ingéniosité et du skill. Une très belle surprise dont j’ai vraiment hâte d’apprendre plus. En tout cas, à haut niveau, ça doit être vraiment quelque chose Block N Load.

Block N Load est prévu sur Steam courant 2015. Les inscriptions pour la bêta de décembre sont déjà ouvertes sur le site officiel du jeu.

Je pensais jouer à une sorte de Team Fortress générique, j’ai en fait joué à un FPS de construction en équipe. Oui, je sais, c’est bizarre dit comme ça.

BNLimp0

Non franchement, je n’étais pas très enjoué à l’idée d’essayer Block N Load. La direction artistique des personnages ne me vendait pas du rêve, le concept n’était pas clair, bref, un mauvais a priori. Je m’installe donc sur un poste pour du 5 contre 5. Je choisis un personnage un peu au hasard. La scientifique un peu folle, allez. Et c’est parti.

Le but du jeu est de détruire le cristal adverse, à l’autre bout du terrain. Je suis prêt à en découdre, mais un énorme mur infranchissable se dresse devant moi. Il y a aussi un compte à rebours et les développeurs, présents dans la salle, nous incitent à utiliser ce temps où les deux équipes sont hermétiquement séparées pour construire les défenses autour de notre propre cristal.

Je commence à comprendre ce qu’on attend de moi. Le jeu propose en réalité deux sets d’actions différentes. On passe de l’une à l’autre en appuyant simplement sur une touche. Ce qui fait que chaque personnage peut-être soit en “mode combat”, soit en “mode construction”. Cette dualité de gameplay est vraiment ce qui rend Block N Load unique et la gymnastique consistant à passer rapidement d’un mode à l’autre est peut-être la mécanique la plus difficile à appréhender au début.

BNLimp3

Quoi qu’il en soit, le temps passe, des pièges sont dispersés devant notre cristal. Quant à moi, je me rends compte que je possède plusieurs centaines de briques. Niveau construction, c’est vraiment comme dans Minecraft. L’unité de base est le cube et la construction se déroule vraiment de la même façon. Très bien, puisque c’est comme ça, je vais construire un grand pont au-dessus de la mêlée.

Près de notre cristal, j’ai construit un escalier rudimentaire. C’est très facile puisque les blocs restent suspendus en l’air, comme dans Minecraft, mais il faut malgré tout avoir un bloc contigu pour en poser un nouveau. Je monte, je monte, je monte très haut pour que les ennemis, une fois que le combat aura commencé, ne puissent pas me voir et me tirer dessus. Puis, j’ai commencé à avancer, bloc par bloc en direction du centre de l’arène.

Le compte à rebours tombe à zéro, la barrière disparaît, en bas, la bataille commence. Moi, bien à l’abri sur ma voie céleste, on me laisse tranquille. Personne ne semble remarquer ce que je suis en train de faire. Je continue d’avancer, doucement, mais sûrement. J’arrive enfin au niveau du cristal ennemi. Je me laisse tomber derrière et je le détruis (il se détruit comme on détruirait un bloc dans Minecraft, simplement en beaucoup plus long). Notre équipe gagne grâce à moi, j’ai dû tirer, allez, quatre coups de feu.

BNLimp2

Ma stratégie débile a fonctionné. C’était tellement idiot que c’en était drôle. Les autres joueurs lèvent la tête : « Qu’est-ce qui s’est passé ? », « C’était qui ce pont dans le ciel ? », « Je t’ai regardé jouer, c’était dur de ne pas me retenir de rire quand j’ai vu ce que tu faisais ». C’était à la fois drôle et bizarre.

Deuxième round, cette fois, on a tous compris la puissance de la construction. Et vas-y que ça construit tout et n’importe quoi pour gagner. De notre côté, nous avons complètement recouvert notre cristal de briques. Un énorme dôme de briques, avec plusieurs couches. Je vous laisse imaginer la surprise quand nos adversaires sont arrivés devant. Oh, et à l’intérieur de cette carapace, on avait mis des tourelles, évidemment. Pendant ce temps, un ninja très patient a creusé un tunnel sous le champ de bataille pour réapparaître sous le cristal ennemi et le détruire.

BNLimp1

La fois suivante, suivant les conseils d’un des concepteurs, j’ai pris le problème complètement à l’envers. Plutôt que de mettre des murs partout autour de notre cristal, j’ai creusé d’immenses fossés. Le seul moyen pour nos ennemis d’infliger des dégâts à notre cristal était de tenter un saut de la foi pour arriver pile dessus. En effet, il n’est pas possible de l’endommager à distance, il faut forcément être à côté et le « miner ». Si un adversaire y parvenait, il se retrouvait en équilibre, debout, sur un pilier, avec une dizaine de tourelles braquées sur lui. L’enfer pour eux, mais c’était vraiment très drôle pour tout le monde.

Les six classes disponibles permettent de placer différents types de pièges et d’utiliser différentes capacités. Certains sont plus faits pour le combat, d’autres pour la construction, d’autres le placement de pièges, d’autres l’infiltration, etc. Mais quoi qu’il arrive, on finit toujours par casser du bloc et de l’ennemi. C’est un jeu qui demande à la fois de l’imagination, de l’ingéniosité et du skill. Une très belle surprise dont j’ai vraiment hâte d’apprendre plus. En tout cas, à haut niveau, ça doit être vraiment quelque chose Block N Load.

Block N Load est prévu sur Steam courant 2015. Les inscriptions pour la bêta de décembre sont déjà ouvertes sur le site officiel du jeu.