Test

[Impressions] Divinity Original Sin 2 : possiblement un des meilleurs RPG de 2017

Par Pierre le

Les fans de RPG occidentaux à l’ancienne vivent un nouvel âge d’or. Pillars of Eternity, Torment Tides of Numenera, Baldur’s Gate EE, Wasteland 2… et surtout Divinity Original Sin en 2014. Le jeu de Larian avait séduit les adeptes de RPG en plus d’apporter un souffle nouveau au genre. Et Original Sin 2, prévu pour 2017, veut continuer sur cette lancée en améliorant la formule sur tous les points.

Surfaces_001

Avant de plonger dans l’aventure, il faut noter qu’Original Sin 2 n’est pas une suite directe au premier volet. Se déroulant plus de 1000 ans après le premier jeu (et donc après les Divine Divinity), il se montrera accueillant envers les nouveaux joueurs, ceux n’ayant pas un doctorat en Divinity. Neuf auteurs, contre un seul pour le premier jeu, ont travaillé pour améliorer l’univers, sa cohérence et écrire les dialogues. D’ailleurs, Larian promet plus de dialogues mais moins de pavés à lire afin de fluidifier l’expérience. Le ton se veut également plus sombre, plus dramatique, et le design suit cette logique, se montrant moins cartoon. D’ailleurs, lors de la création du jeu, Larian n’a eu qu’une idée en tête : se rapprocher le plus possible d’une expérience jeu de rôle papier.

Vamos a la playa

Me voilà aux commandes d’une magicienne humaine (préconçue) du nom de Lohse (nom prédestiné s’il en est) ; un autre journaliste incarne un homme lézard. Comme le premier jeu, l’aventure débute sur une plage. Mais pas le temps de bronzer avec le reptile puisque nos héros se rendent vite compte qu’il sont sur une île prison. Un genre d’Alcatraz pour les sourciers, élus du monde de Divinity.

Secret_Area_001

D’ailleurs, pendant que mon lézard et moi tuons nos premiers scarabées sur la plage, un développeur de Larian nous explique que le jeu permet de créer seulement un seul personnage (avec des traits de caractère poussés qui influent sur les dialogues), même en solo. Dans ce mode, un autre joueur pourra s’incarner dans un de nos compagnons (pendant le temps qu’il veut). Mais l’intérêt d’Original Sin, c’est de vivre une partie à plusieurs dès le début du périple chacun muni de son propre personnage. Cette fois, le jeu nous permettra de jouer à quatre, quatre héros prêts à joindre leurs forces… ou à se trahir si les objectifs de quêtes le veulent…

Lhose_Dialog