Test

[Test] No Man’s Sky – Dans l’espace, personne ne vous entendra vous ennuyer

Notre avis
6 / 10

Par Pierre le

Plus l’équipe de No Man’s Sky présentait ses vidéos, plus le public se demandait ce qu’on pourrait bien faire dans leur jeu. La réponse est aujourd’hui tombée : pas grand-chose.

Certaines planètes sont magnifiques
Certaines planètes sont sublimes

No Man’s Sky, c’était avant tout des promesses. La promesse d’un univers ouvert sans temps de chargement. La promesse d’explorer 18 mille milliards de planètes générées de manière procédurale. La promesse de nous faire entrer dans la peau d’un explorateur découvrant des astres que d’autres joueurs pourraient éventuellement explorer à leur tour. Aujourd’hui, il faut se rendre à l’évidence, toutes ces promesses ne sont tenues qu’à moitié.

Il serait simple de juger le jeu sur pièce, de voir ce qu’il a à proposer et seulement ça. Néanmoins, le cas No Man’s Sky est un peu particulier. Jeu indépendant, il s’est très vite vu supporté par Sony, qui nous l’a marketé comme un jeu AAA à 60 euros. De même, Sean Murray ne s’est pas privé de communiquer sur l’aspect multi-joueur du titre, sous entendant (mais n’affirmant pas) que deux joueurs pouvaient se rencontrer, même si la chose était statistiquement impossible. Le bonhomme a été bien décontenancé lorsque l’exploit a eu lieu, le premier jour, et que les deux joueurs en question ne pouvaient pas se voir, puisque placés dans deux instances différentes.

Des promesses non tenues qui nous éloignent pourtant de l’essence même du jeu : il a d’abord été prévu pour le solo. Et c’est bien là-dessus qu’il faut le juger.