Test

[Impressions] Furi – L’art du Boucher-do [PS4]

Par Corentin le

Pas besoin de chercher bien loin pour saisir les inspirations déglinguées de Furi. Des couleurs foudroyantes, un héros qui l’est tout autant, les lames qui côtoient les pétoires, des boss au look barjo futuriste, mais toujours avec ce petit côté japonisant traditionnel. Oui, on est bien dans du Afro Samurai. Et ce n’est pas un hasard, puisque le chara designer du jeu n’est autre que Takashi Okazaki, le créateur de la série.

Furi_imp_09

Il ne faudra donc pas s’étonner de croiser des personnages aux multiples visages d’oni ou des combattants se dissimulant sous d’immenses masques représentant des animaux en peluche. En jouant à Furi, on signe pour ce que Emeric Thoa, son créateur Montpelliérain, définit comme de la cyber-fantasy. Non sans un sourire d’ailleurs, lui-même trouvant un peu ridicule ce besoin irrépressible du marketing de mettre les univers dans des cases. En attendant, case ou pas, on est devant un univers assez unique, qui est là pour servir des personnages hauts en couleur.

Le personnage principal est un prisonnier. Torturé jour après jour, il fomente sa vengeance jusqu’à ce que le destin vienne lui filer un petit coup de pouce. Un coup de pouce qui prend la forme d’un guerrier à tête de lapin qui lui rendra sa liberté et son sabre. Le geôlier devient alors le premier ennemi du jeu, le premier d’une longue série d’un contre un. Furi, à l’instar d’un No More Heroes ou d’un Titan Souls est un long boss rush dans lequel il faudra jouer de ses attaques, de ses esquives, de son flingue et de ses parades.

[nextpage title= »Un jeu décapé d’épées »]

La vue est de trois quart et dégagée. Le but sera de comprendre le schéma d’attaque de l’ennemi et y répondre de manière adéquate. En cas de frappe adverse, le joueur rapide placera une parade. Celle-ci à l’immense avantage de rendre de la vie, en contrepartie, sa fenêtre d’effet est bien plus courte que l’esquive qui permet également de se téléporter de quelques mètres. De plus, si la parade est placée au tout dernier moment, elle ouvrira la voie à un contre dévastateur qui peut faire la différence.

Furi_imp_02

L’esquive reste cependant indispensable, car certains coups ne peuvent être parés. Ils sont représentés sous la forme d’une grande zone d’effet sur le sol et il faudra vite déguerpir d’une téléportation bien placée. De la même manière, le jeu proposera presque des phases de danmaku, où cette téléportation se révélera être la seule manière d’éviter des ondes de choc inéluctables. Dans ces moments-là, où la distance est mise avec l’adversaire, le joueur pourra également compter sur son pistolet qui lui permettra de rendre la pareille. Toutes ces actions, parades, esquives et attaques peuvent être chargées. La vitesse du personnage s’en trouvera évidemment réduite, toujours dans cet esprit de risque/récompense.

Furi_imp_07

Mais outre cette jouabilité au cordeau, le potentiel de Furi réside dans son système de points de vie extrêmement subtil. L’ennemi, tout comme le joueur, possède une barre de santé ainsi que des unités, chacun représentant une jauge supplémentaire à vider, un peu comme dans Metroid. L’astuce est que si le joueur parvient à vider une barre de vie de l’ennemi entièrement, il récupère la sienne. Ainsi, comme au tennis où toutes les balles ne se valent pas, dans Furi, tous les coups n’ont pas les mêmes conséquences. En lui faisant la remarque, Emeric Thoa me rétorque : « Ça me fait plaisir que tu évoques le système de score au tennis, car c’est exactement ce que j’ai essayé de retranscrire. » Sur la fin de l’unique boss jouable de la démo, j’ai manqué plusieurs fois de mourir face aux assauts de mon assaillant. À un coup de la défaite et avec quelques risques qui ont fini par payer à base de parades bien senties, j’ai réussi à remonter la pente, à venir à bout de la barre de mon ennemi et à restaurer entièrement la mienne. « Non seulement tu as fini par remporter la manche, mais tu as sauvé plusieurs balles de set là ! » Plus aucun doute possible, l’analogie au tennis prend tout son sens.

Après avoir fini ce combat haletant rythmé par une bande-son qui risque d’envoyer sévèrement (des artistes comme Carpenter Brut sont déjà impliqués dans le projet), le héros s’en va pour tenter de rentrer sur terre, traversant les unes après les autres ces geôles qui sont autant d’arènes suspendues dans le ciel. Cet univers intrigant, mystérieux suffit à lui seul pour nous titiller la curiosité. On veut continuer de descendre, retourner sur Terre, si c’est bien la Terre, et découvrir quel est le MacGuffin qui nous y attend.

Notre avis

Avec Furi, j’espère deux choses. Premièrement, que le scénario soit à la hauteur, car avec ce genre de structure, c’est tout ou rien. Deuxièmement, que la parade ne se révèle pas être une mécanique trop puissante. Tout ça, on le verra dans quelques mois pour la sortie du jeu, prévu cette année sur PS4 et PC. Et j’ai hâte. Vraiment hâte. Car après avoir mis la main sur un gameplay aussi pur et précis, j’attends énormément de ce titre.

stopwatch 4 min.
Test : Withings Go